Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Conjoncture : Berlin prudemment optimiste

Le gouvernement allemand table sur un effondrement du PIB moindre que prévu, mais l'évolution de la situation sanitaire sera crucial

Le gouvernement allemand table sur un effondrement du PIB moindre que prévu, mais l'évolution de la situation sanitaire sera crucial, © picture alliance/ ZB

03.11.2020 - Article

Le gouvernement allemand table sur un affaissement moins brutal que prévu du PIB en 2020 et sur une reprise en 2021. Mais l’évolution de la situation sanitaire sera cruciale.

Après la pandémie, l’effondrement de l’économie ? La crainte s’exprime partout où la Covid-19 a gelé une partie de la vie économique et sociale. En Allemagne, le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, se montre néanmoins plus optimiste qu’au printemps. La récession devrait être en Allemagne un peu moins profonde que prévu, a-t-il exposé en présentant vendredi ses prévisions de croissance. Et la reprise est attendue pour 2021 si la situation sanitaire le permet.

Prévisions revues à la hausse

Selon Berlin, le produit intérieur brut allemand (PIB) devrait diminuer de 5,5 % en 2020. Puis il devrait reprendre sa croissance au rythme de 4,4 % en 2021 et de 2,5 % en 2022. Il retrouverason niveau de 2019 durant l’hiver 2021/22 si le scénario est favorable.

Le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier (dr.) a présenté il y a quelques jours les dernières prévisions de croissance du gouvernement fédéral
Le ministre allemand de l'Economie, Peter Altmaier (dr.) a présenté il y a quelques jours les dernières prévisions de croissance du gouvernement fédéral© Reuters-Pool

En avril dernier, Peter Altmaier avait brossé un tableau plus sombre, évoquant une récession de 6,3 % cette année. Mais l’été est passé par là. Une forte reprise s’est manifestée dès la fin des mesures de restrictions, en mai et en juin. Elle s’est poursuivie durant l’été, soutenue par le plan de relance du gouvernement (130 milliards d’euros pour 2020 et 2021). Le résultat : une croissance de 8,2 % enregistrée au troisième trimestre qui a amorti la récession liée au premier « confinement ».

Certes, l’économie est loin d’avoir retrouvé son niveau d’avant la crise sanitaire. La création de richesses reste inférieure de 4,2 % à son niveau de 2019, a calculé l’Office fédéral des statistiques. Mais les indicateurs avancés pour la fin de l’année sont plutôt encourageants, inique le ministère de l’Economie. Et l’environnement économique international s’est un peu éclairci.

« Un grand effort national » nécessaire pour franchir la vague

Reste une inconnue : l’impact sanitaire du « reconfinement allégé » qui a débuté en Allemagne ce lundi 2 novembre. Selon Peter Altmaier, l’existence d’une deuxième vague de la Covid-19 a été prise en compte dans les prévisions. Mais quelle ampleur prendra ce rebond de la Covid-19 ? Cela reste une inconnue de taille.

Le ministre de l’Economie a donc exhorté les Allemands à se conformer strictement aux restrictions en vigueur. La discipline observée au printemps a contribué à ce que l’Allemagne soit plutôt moins affectée que d’autres pays par la pandémie et ses conséquences économiques, a-t-il souligné. Il convient aujourd’hui d’agir « avec la même détermination face à la deuxième vague ».

Selon lui, l’Allemagne est à un « tournant ». « Un grand effort national » est nécessaire pour « casser ensemble la dynamique de contamination ». « La cohésion et la solidarité sont les impératifs du moment ».

L’Etat montrera l’exemple. En plus des aides mises en place au printemps, qui seront prolongées, le gouvernement vient d’annoncer une « aide exceptionnelle » pour les PME de moins de 50 salariés, indépendants et associations qui doivent fermer jusqu’à la fin du mois de novembre. Le dispositif sera généreux : l’Etat compensera jusqu’à 75 % de la perte de chiffre d’affaires (calculée par rapport aux chiffres de novembre 2019). Coût estimé : dix milliards d’euros.

A.L.

Plus d'informations (en allemand)

 

Retour en haut de page