Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Emploi : la crise sanitaire, et après ?

Dans l'ensemble, le marché du travail allemand s'est montré robuste face à la crise. Mais quelles perspectives pour demain ?

Dans l'ensemble, le marché du travail allemand s'est montré « robuste » face à la crise. Mais quelles perspectives pour demain ?, © picture alliance / Geisler-Fotopress | Christoph Hardt/Geisler-Fotopress

16.03.2021 - Article

Le ministre du Travail, Hubertus Heil, et le directeur de l’Agence fédérale pour l’emploi, Detlev Scheele, ont dressé le bilan d’un an de pandémie sur le marché du travail. Au-delà des aides, ils appellent à préparer l’« après ».

Que retenir d’une année de crise sanitaire sur le front de l’emploi ? Vendredi 12 mars, le ministre allemand du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil, et le directeur de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA), Detlev Scheele, se sont livrés à un exercice de synthèse à l’occasion du premier anniversaire de la pandémie de Covid-19.

Selon eux, le marché du travail allemand n’a pas été épargné par une crise économique historique, « la plus grave de l’après-guerre », a dit M. Heil. Mais « dans l’ensemble, il s’est révélé robuste ».

Ainsi, malgré deux confinements, le taux de chômage annuel (5,9 %) n’a progressé que de 0,9 point en 2020, selon les chiffres de la BA. A la fin février 2021, le nombre de demandeurs d’emploi avait augmenté de 509.000 sur un an (sur un total de 2,905 millions). Le nombre d’actifs rémunérés (44,39 millions en janvier 2021) avait reflué de 739.000. Et le taux de chômage était relativement stable, en cette fin d’hiver, à 6,3 %.

L’activité partielle, arme de choix contre la crise

« Nous devons [ces chiffres encourageants] à l’activité partielle », a souligné Hubertus Heil. « Au plus fort de la crise, elle a permis de garantir trois millions d’emplois et exercé un effet stabilisateur massif sur l’économie. Au sein de l’Agence fédérale pour l’emploi, jusqu’à 11.500 collaborateurs ont veillé, à l’apogée du premier confinement, à ce que l’argent arrive rapidement et effectivement dans les caisses des entreprises. » M. Scheele abondé dans le même sens. « L’activité partielle fonctionne, elle touche réellement ses bénéficiaires et elle sauve des emplois », a-t-il résumé.

Mais si elle a été une bouée pour de très nombreux salariés, l’activité partielle n’a pas atteint tout le monde. Pour les chômeurs de longue durée, la crise « a rendu le chemin du retour à l’emploi plus ardu », reconnaît M. Scheele. Le gouvernement va y répondre, a annoncé, de son côté, le ministre. Le projet d’Hubertus Heil consiste à relancer son dispositif de « marché du travail social », lancé en 2019 pour remettre le pied à l’étrier des chômeurs éloignés de l’emploi. L’année de sa création, il avait permis à 55.000 personnes de se réinsérer. Le redéployer « vaut la peine, surtout en période de crise », a déclaré le ministre.

Besoin de main-d’œuvre qualifiée

La formation de main-d'oeuvre qualifiée sera l'un des enjeux des années à venir
La formation de main-d'oeuvre qualifiée sera l'un des enjeux des années à venir© picture alliance / Zoonar | Robert Kneschke

Mais si « nous sommes toujours en mode crise », a déclaré M. Scheele, l’heure est aussi venue de voir plus loin. Quelles sont les perspectives pour les années à venir ? Sans surprise, ont estimé les deux hommes, le problème récurrent du manque de main-d’œuvre qualifiée va se faire sentir à nouveau avec acuité. « C’est pourquoi il est important de poser dès aujourd’hui les bons jalons pour l’emploi et la sécurité sociale de demain », a souligné Hubertus Heil.

Le ministre du Travail et le directeur de l’Agence pour l’emploi incitent donc toutes les entreprises, y compris les PME, à investir dès aujourd’hui dans la formation de leurs salariés.

Ils les appellent, par ailleurs, à se mobiliser pour garantir au plus grand nombre de jeunes possible une place en apprentissage, malgré la pandémie. M. Heil a annoncé qu’il allait prochainement revaloriser à cette fin la prime d’apprentissage et mettre en place un dispositif appelé « bouclier pour les places d’apprentissage ».

A.L.

Retour en haut de page