Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Hanovre, vitrine de la transformation industrielle… en ligne

Près du tiers des grandes entreprises industrielles allemandes (plus de 250 salariés) utilisent des robots

Près du tiers des grandes entreprises industrielles allemandes (plus de 250 salariés) utilisent des robots, © picture alliance/dpa-Zentralbild

13.04.2021 - Article

C’est l’un des plus grands rendez-vous mondiaux de l’industrie. Annulée en 2020 pour cause de pandémie, la Foire de Hanovre se déroule en ligne du 12 au 16 avril. Elle se veut plus que jamais le laboratoire de l’avenir.

Que peut apporter l’intelligence artificielle à l’industrie ? Comment générer de la valeur à partir de données ? Quel rôle l’hydrogène peut-il jouer dans l’usine et dans les transports de demain ? La Foire de Hanovre, rendez-vous phare des industriels du monde entier, est la vitrine des innovations qui dessineront le monde et l’entreprise de demain. Elle se tient du 12 au 16 avril, en format exclusivement numérique en raison de la pandémie. Elle reflète les grandes tendances de la transformation industrielle actuelle, et l’optimisme d’un secteur relativement épargné par les effets de la pandémie.

Grand rendez-vous international de l'industrie, la Foire de Hanovre se déroule cette année en ligne
Grand rendez-vous international de l'industrie, la Foire de Hanovre se déroule cette année en ligne© picture alliance/dpa | Julian Stratenschulte

Plus de 1.800 exposants du monde entier (dont 600 Allemands et 500 « novices ») présentent leurs nouveautés. Ils dévoilent plus de 7.000 produits et 400 projets de recherche et développement sur la plateforme numérique, en vidéo ou en streaming. Les grandes tendances sont l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique (« machine learning »), la robotique, l’industrie 4.0, la production neutre en carbone, les véhicules électriques et leur infrastructure.

Professionnels ou amateurs, les visiteurs dénicheront des solutions facilitant l’impression 3D, des véhicules de transport automatisés et connectés pour l’usine du futur, des systèmes de gestion de l’énergie basés sur l’intelligence artificielle, des systèmes de batteries innovants, des caméras intelligentes, des plateformes numériques ou encore des mini-lanceurs aérospatiaux. De l’usine du futur « intelligente » à la révolution verte de l’industrie automobile, les « tournants » et les bouleversements sont omniprésents.

A quoi va ressembler l’usine de demain ?

Est-ce à dire que les usines vont se transformer en univers peuplés de robots, quasi désertés par les humains ? Ce qui est certain, c’est que la transformation est progressive. En Allemagne, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis), moins d’un cinquième des entreprises industrielles de dix salariés ou plus employait en 2020 un robot industriel ou un robot de service. Le chiffre a progressé de 16 % à 19 % en deux ans. Mais ces entreprises ne représentent encore que 6 % de l’ensemble des entreprises allemandes de dix salariés et plus.

La taille joue un rôle important. Les grandes entreprises (plus de 250 salariés) sont beaucoup plus friandes de robots (31 %, +5 points sur deux ans) que les PME de moins de 50 salariés (3 %). Les tâches qu’elles confient aux machines sont principalement la soudure, le travail au laser, le vernissage, la surveillance, le transport et le nettoyage. Près d’un quart (23 %) des groupes et des grosses PME utilisent aussi l’impression 3D. Cette technologie en plein développement sert la plupart du temps (60 %) à créer des prototypes et des maquettes, plutôt qu’à fabriquer des produits directement proposés à la vente (19 %).

Une chose est certaine : malgré la pandémie, les industriels allemands ont le moral. La Fédération allemande du patronat de l’industrie (BDI) s’attend à un redressement de l’activité dans le courant de l’année et à une croissance de la production de 8 %, effaçant en partie le recul de 2020. Beaucoup d’entreprises industrielles reçoivent déjà des volumes croissants de commandes, note Siegfried Russwurm, président du BDI. Et les carnets de commandes sont déjà mieux remplis qu’avant la crise.

Les industriels s’attendent, par ailleurs, à ce que l’Allemagne atteigne une croissance de 3 % cette année. Cette prévision appelle toutefois un bémol : elle n’est valable qu’à la condition « que les restrictions liées à la pandémie soient largement levées d’ici au début de l’automne. » Les entreprises s’efforcent ainsi d’apporter leur contribution à la lutte contre le virus. La plupart (87 %) proposent déjà des tests à leurs salariés ou bien s’apprêtent à le faire. Beaucoup veulent aussi soutenir les efforts faits en faveur de la vaccination.

Pour l’heure, la situation reste néanmoins tendue en Allemagne. Angela Merkel, qui a pris la parole en visioconférence à l’ouverture du salon, a mis en garde contre la montée actuelle d’une « troisième vague », qui « pourrait être pour nous la plus difficile. »

Selon la chancelière, les contaminations demeurent à un niveau trop élevé, et la tension sur les services de réanimation reste très forte. « Notre arme la plus importante est la vaccination », a-t-elle souligné. « Le dépistage nous aide provisoirement jusqu’à ce que la vaccination fasse son effet ». La chancelière appelle par ailleurs de ses vœux un renforcement de la coopération internationale, notamment pour lutter contre l’émergence de variants.

A.L.

Plus d’informations :

Site officiel de la Foire de Hanovre (en allemand/ anglais)

Discours d'inauguration de la chancelière Angela Merkel (en allemand)

 

Retour en haut de page