Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Transition énergétique : le courant passe entre l’Allemagne et la Norvège

L'inauguration du câble NordLink va permettre l'échange d'électricité produite à partir de sources renouvelables entre l'Allemagne et la Norvège

L'inauguration du câble NordLink va permettre l'échange d'électricité produite à partir de sources renouvelables entre l'Allemagne et la Norvège, © picture alliance/dpa | Carsten Rehder

28.05.2021 - Article

Les deux pays viennent d’inaugurer un câble sous-marin « vert » qui va leur permettre d’échanger de l’électricité d’origine renouvelable. Une nouvelle étape importante pour la réussite de la transition énergétique à l’échelle européenne.

Jeudi 27 mai, la chancelière Angela Merkel et la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, ont inauguré le câble sous-marin NordLink. Il va permettre à l’Allemagne et à la Norvège d’échanger de l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables. C’est l’aboutissement d’un chantier de près de deux milliards d’euros engagé en 2016. Ce projet phare va apporter une contribution majeure à la réussite de la transition énergétique à l’échelle du continent européen.

Le câble NordLink mesure 623 km de long, dont 520 km sous la mer du Nord. C’est l’un des plus longs au monde dans sa catégorie. Il possède une capacité de 1.400 megawatts, l’équivalent d’une centrale nucléaire. Mais pas question qu’il transporte de l’électricité nucléaire ou d’origine fossile. Son rôle sera de permettre à l’Allemagne et à la Norvège d’échanger de l’électricité produite à partir d’énergies propres : énergie hydraulique du côté norvégien, éolienne ou solaire du côté allemand.

Des complémentarités au service de la transition énergétique

Transformateur de l'entreprise NordLink. Sa fonction : convertir le courant continu de l'hydroélectricité produite en Norvège en courant alternatif pour alimenter le réseau électrique allemand
Transformateur de l'entreprise NordLink. Sa fonction : convertir le courant continu de l'hydroélectricité produite en Norvège en courant alternatif pour alimenter le réseau électrique allemand© picture alliance/dpa | Axel Heimken

Cela permettra de faire jouer les complémentarités entre les réseaux des deux pays. L’hydroélectricité pouvant être produite en continu, « les deux voies technologiques [hydraulique d’un côté, éolienne et solaire de l’autre] se complètent de manière optimale », souligne Andreas Feicht, secrétaire d’Etat au ministère allemand de l’Economie et de l’Energie.

L’Allemagne pourra importer de l’hydroélectricité norvégienne lorsqu’elle est abondante, par exemple au moment de la fonte des neiges, ou lorsque sa propre production marque le pas parce que le vent ou le soleil sont insuffisants. A l’inverse, la Norvège pourra acheter la production des éoliennes allemandes à bon prix en cas de surcapacité du côté allemand.

Les deux pays tireront ainsi de NordLink un bénéfice mutuel à plusieurs titres. Les échanges d’électricité permettront d’absorber les fluctuations de la production d’électricité d’origine éolienne. Cela stabilisera le réseau d’un point de vue technique. Mais cela renforcera aussi la sécurité d’approvisionnement des deux pays. Enfin, ces échanges d’électricité auront un effet modérateur sur les Prix.

Un jalon pour la transition énergétique en Europe

La mise en service du câble NordLink constitue « un jalon pour la réussite de la transition énergétique », a souligné la chancelière Angela Merkel. Elle contribuera à ce que l’Allemagne puisse réaliser son objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2045.

Plus globalement, c’est toute l’Europe qui en profitera. L’interconnexion des réseaux électriques des différents pays constitue, en effet l’un des piliers de la sécurité d’approvisionnement du continent.

A.L.

Plus d'informations (en allemand)

 

Retour en haut de page