Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Microélectronique : Bosch inaugure à Dresde l’« usine du futur »

Une nouvelle usine de fabrication de semi-conducteurs vient d'ouvrir ses portes à Dresde. Entièrement connectée et automatisée, c'est l'une des plus moderne au monde

Une nouvelle usine de fabrication de semi-conducteurs vient d'ouvrir ses portes à Dresde. Entièrement connectée et automatisée, c'est l'une des plus moderne au monde, © picture alliance/dpa/dpa-Zentralbild | Robert Michael

11.06.2021 - Article

Le groupe allemand Bosch a investi près d’un milliard d’euros pour construire une usine de puces électroniques entièrement automatisée et connectée. Son inauguration, cette semaine, est une bonne nouvelle à l’heure l’industrie souffre d’une pénurie de semi-conducteurs.

En 130 ans d’histoire, jamais Bosch n’avait réalisé un investissement aussi colossal. Depuis trois ans, le groupe allemand, basé près de Stuttgart (Bade-Wurtemberg), a dépensé près d’un milliard d’euros pour construire à Dresde (Saxe) une usine de fabrication de puces électroniques ultramoderne. Cette « usine du futur » a été inaugurée il y a quelques jours avec la participation (par vidéo) de la chancelière Angela Merkel. Le ministère allemand de l’Economie a participé au financement du projet via une subvention de quelque 140 millions d’euros.

Le nouvel établissement constitue la première usine « intelligente » du groupe. Il est entièrement automatisé et ses équipements sont tous interconnectés grâce à une technologie compatible avec la 5G. Il fabriquera des semi-conducteurs, à partir de plaques de silicium de 300 mm de diamètre, sur une superficie de 100.000 mètres carrés. Le démarrage de la production à plein régime est prévu pour la fin 2021, et la commercialisation des premières puces pour la mi-2022. Les clients de l’usine seront principalement l’automobile et le nouveau secteur très prometteur de l’Internet des objets. 700 emplois ont été créés.

La microélectronique, un secteur clé pour l’avenir

La microélectronique est à la base de presque toutes les technologies d'avenir : les applications de l'intelligence artificielle, l'informatique quantique ou encore la voiture autonome et connectée, spécialité de Bosch
« Les puces rapetissent sans cesse mais leur importance ne cessent de croître pour notre économie comme dans presque tous les domaines de la vie », a déclaré la chancelière Angela Merkel lors de l'inauguration. « La microélectronique est à la base de presque toutes les technologies d'avenir : les applications de l'intelligence artificielle, l'informatique quantique ou encore la voiture autonome et connectée, spécialité de Bosch »© picture alliance/dpa/dpa-Zentralbild | Robert Michael

Il s’agit d’un investissement clé pour la Saxe, mais aussi pour l’Allemagne et pour l’Europe. « Autrefois, le pétrole était l’élixir de vie d’une économie. Aujourd’hui, nous dépendons plus que jamais des semi-conducteurs », a déclaré la chancelière Angela Merkel. « Les puces rapetissent sans cesse mais leur importance ne cesse de croître pour notre économie comme dans presque tous les domaines de la vie. La microélectronique est à la base de presque toutes les technologies d'avenir : les applications de l'intelligence artificielle, l'informatique quantique ou encore la voiture autonome et connectée, spécialité de Bosch. »

La mise en service de cette nouvelle usine va ainsi contribuer à renforcer la production européenne dans le secteur clé des composants électroniques. De fait, l’Europe est consciente qu’elle dépend trop de l’Asie et des Etats-Unis. Récemment, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et le Royaume-Uni ont ainsi noué une alliance qui vise à faire de la microélectronique un Projet Important d'Intérêt Européen Commun (PIIEC), comme il en existe pour la fabrication de batteries automobiles. L’un des principaux objectifs est d’accélérer le développement de la production européenne.

L’inauguration de l’usine de Dresde arrive ainsi à point nommé, d’autant qu’une pénurie de semi-conducteurs sévit depuis plusieurs mois à travers le monde. Beaucoup d’entreprises industrielles sont actuellement contraintes d’adapter leur production, voire de la réduire. C’est le cas de plusieurs constructeurs automobiles en Allemagne. Les difficultés d’approvisionnement sont dues à l’augmentation exponentielle de la demande de composants électroniques, conséquence de la pandémie mais surtout du développement de l’Internet des objets. L’offre ne parvient pas à suivre. La pénurie pourrait se prolonger jusqu’en 2022, craignent les spécialistes.

« Silicon Saxony  »

Si la nouvelle usine de Dresde résoudre la pénurie à elle seule, elle contribuera à y répondre. Plus généralement, le contexte dope la « Silicon Saxony  », un cluster industriel situé entre Dresde et Chemnitz. Après avoir émergé dans les années 2000, la région est devenue un centre européen de premier plan pour la production automobile. Mais aussi, de plus en plus, pour la microélectronique. Près de 2.300 entreprises employant 60.000 salariés travaillent dans ce domaine dans le land de Saxe, pour un chiffre d’affaires annuel de 14 milliards d’euros. Et plusieurs fabricants de semi-conducteurs viennent d’annoncer des investissements d’ampleur dans la région, dont le groupe allemand Infineon.

A.L.

Plus d’informations :

Lire le discours d'inauguration de la chancelière Angela Merkel (en allemand)

Retour en haut de page