Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Instituts : vers une accélération de la croissance en 2022

Dans leur dernier rapport, les grands instituts d’analyse de la conjoncture revoient à la baisse la croissance pour 2021 en Allemagne

Dans leur dernier rapport, les grands instituts d’analyse de la conjoncture revoient à la baisse la croissance pour 2021 en Allemagne, © picture alliance/dpa/TASS | Sergei Bobylev

15.10.2021 - Article

Le rapport d’automne des cinq grands instituts allemands d’analyse de la conjoncture prévoit une croissance de 2,4 % cette année et de 4,8 % l’an prochain.

Toujours freinée en 2021, la croissance allemande devrait repartir vigoureusement en 2022. C’est ce que prévoient les cinq grands instituts allemands d’analyse de la conjoncture (RWI, IWH, DIW, Ifo, IfW) dans le rapport semestriel qu’ils ont présenté hier à Berlin. Leur analyse servira de base aux prévisions gouvernementales, qui seront rendues publiques le 27 octobre.

Les instituts prévoient une croissance de 2,4 % en 2021. Ils ont revu leur estimation à la baisse. Au printemps dernier, ils s’attendaient à une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 3,7 %. Ils reconnaissent avoir été trop optimistes, notamment dans leurs attentes pour le deuxième trimestre (avril-juin). Les restrictions liées à la pandémie et le manque de matières premières ont freiné la reprise. L’industrie a particulièrement souffert de la pénurie mondiale de composants électroniques.

Retour au niveau d’avant la crise en 2022

Les auteurs s’attendent à ce que ces freins persistent durant l’hiver. Mais ils entrevoient ensuite une nette embellie. Ils anticipent une forte croissance pour 2022 (4,8 %), un chiffre très supérieur à ce qu’ils prévoyaient au printemps dernier (3,9 %). Ils fondent leur analyse sur les perspectives de sortie de la crise sanitaire, de résolution progressive de la pénurie de matières premières et sur un regain de la consommation des ménages après les économies réalisées durant la pandémie.

« Nous retrouverons le niveau antérieur à la crise au premier trimestre 2022 », a estimé Stefan Kooths, chef du département de la conjoncture de l’Institut pour l’économie mondiale de Kiel (IfW).

La situation devrait aussi s’améliorer progressivement sur le marché du travail. Le nombre d’actifs rémunérés devrait retrouver l’an prochain son niveau d’avant la crise, et s’accroître de 400 000 en 2023. Le nombre de chômeurs devrait refluer à 2,356 millions, un chiffre supérieur de 89 000 à celui de 2019.

Inflation

Cette évolution s’accompagne néanmoins d’une poussée d’inflation, constatent les auteurs. Attisée par le renchérissement des matières premières, et notamment de l’énergie, ainsi que par des circonstances exceptionnelles, la hausse des prix a atteint en septembre dernier un niveau inédit depuis 1993 en Allemagne (4,1 %). Elle devrait s’élever à 3,0 % sur l’ensemble de l’année, estiment les instituts. Mais les auteurs du rapport se veulent rassurants. L’inflation devrait refluer dès l’année prochaine à 2,5 % et en 2023 à 1,7 %.

Au gouvernement, ils déconseillent de prendre des mesures de restriction des prix de l’énergie, préférant miser sur des aides aux ménages modestes. Ils soulignent, par ailleurs, la nécessité d’investir à long terme pour pouvoir relever les défis que sont, pour l’avenir, le changement climatique, la baisse de la population et la numérisation.

L’économie allemande a renoué avec la croissance, même s’il reste des freins, a souligné le ministre de l’Economie, Peter Altmaier. Selon lui, le futur gouvernement allemand devra réduire les « entraves et les charges » et miser résolument sur l’innovation.

A.L.

En savoir plus (en allemand)

Retour en haut de page