Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Immigration : moins de réfugiés, plus de travailleurs

L‘Allemagne reçoit aujourd’hui moins de demandeurs d‘asile et davantage de travailleurs issus de l‘immigration.

L‘Allemagne reçoit aujourd’hui moins de demandeurs d‘asile et davantage de travailleurs issus de l‘Immigration., © dpa

09.01.2020 - Article

Les chiffres du ministère de l’Intérieur et le dernier rapport fédéral sur les migrations, publiés hier à Berlin, révèlent une évolution du profil des étrangers qui s’installent en Allemagne.

Selon le ministère allemand de l’Intérieur, l’Allemagne a enregistré l’an dernier 14,3% de nouvelles demandes d’asile de moins qu’en 2018, après une diminution de 18,3% l’année précédente. Le chiffre est en baisse depuis trois ans. Le ministre allemand de l’Interieur, Horst Seehofer, s’en est félicité. Cela montre, a-t-il dit, « que les nombreuses mesures prises ces dernières années sont efficaces ».

« La pression migratoire n’est reste pas moins forte aux frontières de l’Union européenne et de l’Allemagne », a-t-il ajouté. Mais il s’agit de plus en plus d’un afflux de travailleurs et d’étudiants. C’est ce que montre le rapport fédéral sur les migrations en 2018, adopté hier en conseil des ministres.

1,6 million de personnes sont arrivées en Allemagne. Elles étaient pour les deux tiers (67%) originaires de pays européens, et pour plus de la moitié d’entre elles (53%) de l’Union européenne même. 13,8% arrivaient d’Asie. Une sur vingt (5,3%) venait d’Amerique ou d’Oceanie, à peine une sur vingt-cinq (4,2%) d’Afrique. Par contraste, les demandeurs d’asile enregistrés en 2019 étaient prioritairement originaires de Syrie, d’Irak et de Turquie.

De plus en plus d’étrangers originaires de pays tiers viennent en Allemagne pour travailler ou étudier, constate aussi le rapport. Les travailleurs étaient 61.000 en 2018, dont les deux tiers dotés de qualifications. 12.000, principalement des Indiens, des Russes et des Turcs, sont venus grâce à la Carte bleue européenne qui permet de travailler dans l’UE. Et les universités allemandes ont accueilli près de 400.000 étudiants étrangers au semestre d’hiver 2018/2019. A l’inverse, le regroupement familial est en recul de plus de 15%.

Sur le versant de l’émigration, 1,2 million de personnes ont quitté l’Allemagne en 2018. Le solde migratoire (+ 400.000 personnes) est le plus faible depuis 2013. Il porte la population allemande à 81,6 millions de personnes en 2018, dont près d’un quart (20,8 millions) issues de l’immigration et majoritairement installées de longue date (65,4% depuis plus de dix ans, 13,7% depuis plus de 40 ans).

 

A.L.

Plus d’informations (en allemand) :

Ministère allemand de l'Interieur





Retour en haut de page