Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Coronavirus : le Bundestag ferme sa coupole

La coupole et la terrasse panoramique du Bundestag sont fermées au public par précaution jusqu’à nouvel ordre

La coupole et la terrasse panoramique du Bundestag sont fermées au public par précaution jusqu’à nouvel ordre, © dpa

10.03.2020 - Article

Aucun cas d'infection n'a été recensé au Bundestag ou dans les ministères allemands, mais les administrations prennent les devants.

Une vue panoramique sur la ville. Un site chargé d'histoire. Une architecture à couper le souffle dessinée par Sir Norman Forster. La coupole et la terrasse panoramique du Reichstag, attractions touristiques incontournables du nouveau Berlin, voient défiler plus de deux millions de visiteurs pas an. Mais, coronavirus oblige, elles ferment leurs portes aujourd'hui jusqu'à nouvel ordre.

La décision a été prise après accord entre le président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, et les secrétaires de l'ensemble des groupes parlementaires, indique le site web du Parlement allemand. L'évolution de l'épidémie, qui a contaminé à ce jour 1.139 personnes en Allemagne et fait deux morts, est suivie de près. Les décisions seront prises au jour le jour en fonction de la situation.

Selon le quotidien berlinois  »Der Tagesspiegel« , qui a mené l'enquête sur la manière dont le Bundestag gère cette crise, le travail parlementaire se poursuit toutefois normalement. Les séances plénières, réunions de commissions, auditions et votes ont lieu comme prévu.

Le Parlement allemand prend des précautions contre le coronavirus, mais le travail parlementaire se déroule normalement
Le Parlement allemand prend des précautions contre le coronavirus, mais le travail parlementaire se déroule normalement© dpa

Et le Bundestag espère maintenir cette normalité aussi longtemps que possible, ajoute le quotidien. Aucun cas de Covid-19 n'a été détecté pour le moment ni dans l'enceinte du Parlement, ni dans les ministères allemands. Par ailleurs, des décisions importantes sont à l'ordre du jour cette semaine. Mercredi, les députés allemands doivent, par exemple, se prononcer sur la prolongation du mandat de deux missions de la Bundeswehr au Soudan du Sud et au Darfour. Reporter le vote exposerait les soldats à poursuivre leur mission sans base juridique. Leurs mandats expirent au 31 mars.

L'épidémie n'a pas encore atteint son pic

Il n'en reste pas moins que les autorités prennent très sérieux l'épidémie. Partout, et au premier chef dans les ministères, les institutions et les sièges de partis politiques, on prend des mesures pour enrayer la propagation du virus. On  se prépare à faire face à l'aggavation de la situation qu'annonce sans ambages l'Institut Robert Koch, chargé de la veille sanitaire, et le ministre de la Santé, Jens Spahn.

 »Nous nous attendons à une nouvelle augmentation du nombre d'infections. Et il y aura d'autres restrictions dans notre vie quotidienne« , prévient ce dernier dans le journal  »Bild„ ce matin. « Mais  »nous surmonterons cette crise, si nous apportons tous notre aide, si nous restons unis et si nous nous faisons mutuellement confiance en situation de stress.« 

La proportionalité et l'adaptation restent les maîtres mots. Les grands rassemblements (plus de 5.000 personnes) sont interdits mais le plus souvent les annulations et reports sont décidés au cas par cas. De leur côté, beaucoup d'entreprises et d'institutions testent l'extension du télétravail pour perpétuer leur activité en cas d'aggravation de l'épidémie. C'était aussi le cas lundi à Francfort, au siège de la Banque centrale européenne (BCE).

Au Bundestag, rapporte le  »Tagesspiegel« , Wolfgang Schäuble, a envoyé une circulaire à tous les députés la semaine dernière. Il leur rappelle qu'ils sont,  »en cas d'infection, eux aussi soumis aux mesures décrétées par les autorités de santé« .

Le président du Bundestag a réuni il y a quelques jours les secrétaires des six groupes parlementaires pour discuter de la marche à suivre en cas d'infection.  »Si un député devait être contaminé« , note le  »Tagesspiegel« , et si, par suite, il fallait isoler toutes les personnes avec lesquelles il a été en contact, cela pourrait avoir pour conséquence la mise en quarantaine de groupes parlementaires entiers. En pareil cas, le Bundestag réagirait en s'imposant à lui-même une sorte de pause pour ne pas procurer d'avantage [...] inéquitable à tel ou tel parti. Cela fait consensus, assure le Bundestag. »

En attendant, ce sont les mesures de prudence qui s'appliquent. Les députés allemands devraient cesser de recevoir des groupes de visiteurs à compter de la semaine prochaine, rapporte le « Tagesspiegel ». Et le groupe parlementaire de la CDU a décidé de restreindre les déplacements professionnels de ses députés en interdisant les voyages dans les zones à risque. Ceux qui en reviennent à titre professionnel ou privé reçoivent une consigne très claire : « Evitez tout contact, et restez chez vous ».

A.L.

Retour en haut de page