Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Coronavirus : l’Allemagne à l’heure du déconfinement

Les magasins de moins de 800 m2 sont autorisés à rouvrir leurs portes depuis lundi en Allemagne

Les magasins de moins de 800 m2 sont autorisés à rouvrir leurs portes depuis lundi en Allemagne., © picture alliance/ Sven Hoppe/ dpa

22.04.2020 - Article

L’Allemagne a commencé à assouplir les mesures de restriction des contacts en autorisant lundi certains magasins à rouvrir. Mais la plus grande prudence reste de mise. Nous ne sommes qu’au début de cette pandémie, a mis en garde lundi la chancelière Angela Merkel.

Depuis lundi, les magasins de moins de 800 m2, les concessions automobiles, les magasins de cycles et les librairies ont à nouveau le droit d’ouvrir en Allemagne. Les salons de coiffure et les établissements scolaires suivront progressivement à partir du 4 mai (du 11 mai pour les écoles en Bavière). Des mesures d’hygiène strictes (gestes barrières, filtrage des entrées, prévention des files d’attente) encadrent ces assouplissements. Après plus d’un mois d’une vie économique et sociale presque à l’arrêt, c’est pour beaucoup une lueur d’espoir au bout du tunnel. Mais les autorités appellent à la prudence.

Lundi, la chancelière Angela Merkel a pris la parole après avoir réuni son « Conseil des ministres coronavirus ». Elle a exhorté chacun à rester « vigilant et discipliné ». Les mesures de distanciation sociale et de limitation des contacts continuent de s’appliquer au moins jusqu’au 3 mai, a-t-elle rappelé. « À aucun moment, nous ne devons oublier que nous ne sommes qu’au début de cette pandémie. Nous sommes loin d’être tirés d’affaire ».

Pas d’emballement, exhortent les autorités

Malgré les précautions prises, les premières mesures d’assouplissement ont, de fait, eu un effet d’annonce. La discussion s’est immédiatement engagée sur le mode d’emploi du « déconfinement ». Quel équilibre entre exigence sanitaire et santé économique ? Entre droits individuels et restrictions de la vie sociale ? Entre le risque de voir les inégalités scolaires se creuser et celui de voir germer de nouveaux foyers de contamination ?

Les médias s’en sont fait l’écho. Les chefs d’entreprise préoccupés par l’avenir de leur société, les salariés inquiets pour leur emploi ou les enseignants jugeant prématuré un retour en classe dans les conditions sanitaires actuelles expriment des avis différents. De leur côté, les dirigeants des länder, responsables de la mise en oeuvre concrète du « déconfinement », déclinent chacun les grands axes définis au niveau national en fonction de la situation sanitaire régionale. 

Une épidémie sous contrôle, mais loin d’être terminée

Mais le gouvernement, tout comme les virologues, mettent en garde. Ces débats sont compréhensibles, mais le risque est grand d’aller trop vite en besogne. Une deuxième vague de Covid-19 remettrait en cause les patients acquis du « confinement ». Elle exposerait l’Allemagne à des restrictions encore plus drastiques.

Les mesures actuelles constituent un « compromis raisonnable » entre une situation épidémiologique qui impose des mesures sévères et la prise en compte des aspects sociaux du « confinement », explique Lars Schaade, directeur adjoint de l’Institut Robert Koch. Mais la fin de l’épidémie « n’est pas en vue ».

Ne laissons pas penser que nous avons atteint un niveau de sécurité sanitaire qui ne correspond pas à la réalité, exhorte de son côté Angela Merkel. Il faut attendre 14 jours pour connaître les effets des mesures d’assouplissement. « Je crois que nous sommes tous unis dans le même espoir que nous n’assisterons pas à une nouvelle mise à l’arrêt », souligne la chancelière.


A.L. 

Plus d’informations :

Office de presse et d’information du gouvernement fédéral (en allemand)

 


Retour en haut de page