Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Vélo en ville : l’Allemagne change de braquet

A Berlin, le gouvernement veut encourager les Allemands à pédaler pour réduire les émissions de CO2.

A Berlin, le gouvernement veut encourager les Allemands à pédaler pour réduire les émissions de CO2., © picture alliance / Monika Skolimoska / dpa-Zentralbild / dpa

24.04.2020 - Article

À l’heure du réchauffement climatique, le gouvernement veut encourager les Allemands à pédaler pour réduire les émissions de CO2. Sa stratégie : améliorer les infrastructures et les conditions de circulation.

Selon le ministère allemand de l’Environnement (BMU), le gouvernement va financer jusqu’à 75 % des projets locaux d’infrastructures encourageant l’usage de la bicyclette. Les communes financièrement fragiles pourront même demander une aide à hauteur de 90 %, au lieu de 65 % actuellement.

Les projets subventionnés devront contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la qualité de vie au niveau local. Il pourra s’agir de construire des pistes cyclables ouvertes ou des parkings à vélos éclairés par des LED, précise le BMU. Jusqu’à présent, 78 projets ont reçu un soutien pour un montant total de 128 millions d’euros.

Climat

Ce coup de pouce s’inscrit dans la volonté des pouvoirs publics allemands d’accroître la place du vélo dans l’espace public afin de promouvoir une mobilité propre. À la fin de l’année dernière, le ministère des Transports et des Infrastructures numériques a débloqué une enveloppe de 900 millions d’euros supplémentaires pour promouvoir la bicyclette en ville dans le cadre du nouveau plan climat. Cela a porté les sommes destinées à encourager le vélo à près de 1,4 milliard d’euros sur la période 2020-2023.

« Je veux améliorer de manière rapide et sensible les conditions de circulation des cyclistes », a déclaré le ministre, Andreas Scheuer. Cela correspond, de fait, à une attente. Selon un sondage auprès de 2.000 habitants de grandes villes (plus de 200.000 habitants) publié début mars par le Club des automobilistes allemands ADAC, 55 % des automobilistes se sentent en sécurité sur la chaussée contre seulement un piéton sur deux et un cycliste sur cinq.

Du chemin à faire

42 % des sondés affirment également que la révolution des modes de transports doit accorder une place plus importante à la marche à pied et au vélo.

Il reste, cependant, du chemin à faire. Selon ce même sondage, la voiture reste de loin le premier mode de transports dans les villes allemandes. Les trois quarts des sondés disent l’utiliser plus de dix jours par an, un sur deux plus de cent jours par an. Près des deux tiers utilisent les transports en commun au moins dix jours par an, et seulement un peu moins d’un sur deux le vélo plus de dix jours par an. La propension à utiliser les transports en commun augmente toutefois avec la taille de l’agglomération. Elle est de 20 points plus élevée dans les villes de plus d’un million d’habitants que dans celles qui en comptent entre 200.000 et un Million.

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l'Environnement (en allemand)

https://www.bmu.de/pressemitteilung/bmu-staerkt-foerderung-des-radverkehrs/




Retour en haut de page