Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Frontières ouvertes, vacances déconfinées ?

Les frontières se rouvrent progressivement en Europe. Les vacanciers allemands partiront-ils pour autant à l’étranger cet été ? Rien n’est moins sûr

Les frontières se rouvrent progressivement en Europe. Les vacanciers allemands partiront-ils pour autant à l’étranger cet été ? Rien n’est moins sûr, © Zoonar.com/frank peters

16.06.2020 - Article

La plupart des frontières rouvrent en Europe alors que la haute saison touristique débute. La crise du coronavirus aura-t-elle un impact sur les envies des vacanciers ?

Après trois mois de crise sanitaire, la plupart des frontières intra-européennes ont rouvert ce lundi 15 juin. Au même moment, l’Espagne a décidé d’autoriser 11 000 vacanciers allemands à s’envoler pour le soleil des Baléares. C’est un test car Madrid ne rouvrira ses frontières aux Européens que le 1er juillet. Mais la décision de l’Espagne, première destination des touristes allemands, résonne comme un signal : la saison est ouverte. Les vacanciers sont-ils prêts ? À quoi pourrait ressembler le premier été post-confinement ?

Les frontières s’ouvrent en Europe

Un premier constat s’impose : par rapport au passé, l’horizon s’est rétréci. L’Allemagne vient d’assouplir ses mises en garde aux voyageurs pour 27 destinations européennes, dont la France, et les frontières s’ouvrent en Europe. Mais tous les pays ne sont pas accessibles sans conditions. Outre l’Espagne, qui n’a pas encore ouvert ses frontières, le ministère allemand des Affaires étrangères déconseille toujours de se rendre en Suède, en Norvège et en Finlande. Quant aux destinations hors d’Europe, elles semblent désormais lointaines. Berlin maintient jusqu’au 31 août sa mise en garde aux voyageurs pour 160 pays. Les détails pays par pays sont consultables sur le site du ministère allemand des Affaires étrangères.

Deuxièmement, le Covid-19 a beau être en phase de repli, il n’a pas disparu d’Europe. La crainte d’une deuxième vague pèsera comme une épée de Damoclès sur ce premier été déconfiné, quelle que soit la destination. Les gestes d’hygiène et les mesures de protection restent la norme. Le port du masque est obligatoire ou recommandé dans beaucoup de lieux publics.

Professionnels dans les starting-blocks, vacanciers indécis

Villes d’histoire, côtes, îles, montagnes, lacs, chemins de randonnée : l’Allemagne a de nombreux atouts à faire valoir en termes de tourisme. Photo : Grand lac de Pönitz, Schleswig-Holstein (nord de l’Allemagne)
Villes d’histoire, côtes, îles, montagnes, lacs, chemins de randonnée : l’Allemagne a de nombreux atouts à faire valoir en termes de tourisme. Photo : Grand lac de Pönitz, Schleswig-Holstein (nord de l’Allemagne)© chromorange

Tout cela effraiera-t-il les vacanciers ? Joueront-ils de prudence en prévision de la crise économique ? Ou chercheront-ils au contraire à s’aérer après le confinement ? Il est trop tôt pour le dire. Mais il est probable que nombre d’Allemands, d’ordinaire friands de voyages hors de leurs frontières, décident finalement de rester chez eux. Selon un sondage, Infratest Dimap réalisé pour la chaîne ARD les 18 et 19 mai, 50 % de ceux qui avaient réservé un séjour à l’étranger voulaient annuler leurs vacances. 31 % prévoyaient de les passer en Allemagne. 19 % voulaient s’envoler pour un autre pays européen et 3 % hors d’Europe. 15 % étaient encore dans l’attente.

Le déconfinement et le redémarrage des liaisons aériennes relanceront sûrement certaines envies d’ailleurs. Mais les professionnels du tourisme en Allemagne s’attendent déjà à voir affluer leurs compatriotes. Fortement impactés par la crise, ils s’en réjouissent. Ils n’ont ainsi pas perdu tout espoir de sauver une partie de leur saison, amputée du printemps.

Une chose est sûre. Compagnies de transport, gares et aéroports, hôteliers-restaurateurs ou autres professionnels du tourisme : tous ont réalisé de gros efforts pour accueillir les touristes dans les meilleures conditions sanitaires. La compagnie aérienne allemande Lufthansa, qui vient de remettre en piste 80 avions court et moyen-courriers vers l’Allemagne et l’Europe, propose même à ses passagers une « garantie de retour à la maison ». Elle les assure d’être rapatriés en cas de reprise de la pandémie. Car si l’Allemagne a rapatrié en mars 240 000 de ses ressortissants bloqués à l’étranger, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a prévenu qu’il n’y aurait pas de seconde opération de ce type.

A.L.

Retour en haut de page