Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Vacances d’été : 6 destinations de rêve en Allemagne à moins de 150 km de la France

Schalkenmehren dans le massif de l‘Eifel, une région volcanique encore active.

Schalkenmehren dans le massif de l‘Eifel, une région volcanique encore active., © picture alliance/ Thomas Frey/ dpa

18.06.2020 - Article

Vous aimeriez découvrir l’Allemagne cet été ? Mais vous hésitez à cause de l’épidémie de Covid-19 ? Allemagne Diplomatie vous propose six destinations inspirantes proches de la frontière française.

Les voyages aux antipodes ne sont pas à l’ordre du jour. Qu’importe ! Et si c’était le moment de découvrir le pays voisin ? L’Allemagne est une destination méconnue qui a beaucoup d’atouts. Villes d’histoire ou parcs naturels, mers, lacs ou montagnes, musées, sport, aventure ou randonnée : elle réserve un été dépaysant à tous les profils et à tous les âges. Le coût de la vie y est raisonnable. Votre allemand en reviendra revigoré. Et si l’épidémie de Covid-19 vous fait hésiter, sachez qu’il n’est pas nécessaire de s’aventurer très loin. Nous vous proposons six destinations inspirantes proches de la France. Elles sont accessibles en train et/ou en voiture.

LA FORÊT-NOIRE

Son nom évoque un célèbre gâteau aux cerises, les horloges à coucou, un chapeau à pompons (Bollenhut) et d‘innombrables légendes. La Forêt-Noire (Schwarzwald), peuplée de hauts conifères, était jadis redoutée des Celtes et des Romains comme une contrée sauvage et impénétrable. Déboisée à partir de l’an mil avec la multiplication des monastères chrétiens, c’est aujourd’hui une région touristique prisée.

Elle s’étend sur 11 000 km2 le long de la vallée du Rhin face à la plaine d’Alsace. Paradis des randonneurs, elle possède un parc naturel (de la Wutachschlucht) et offre d’innombrables sentiers qui plongent dans un bain de nature entre conifères, chutes d’eau et lacs. Les paysages sont variés :  coteaux de vignobles et de vergers, massifs boisés, vastes prairies jalonnant la Route des crêtes (Schwarzwaldhochstraße), sommets dénudés culminant à 1493 mètres. La Haute Forêt-Noire (Hochschwarzwald), au sud, annonce déjà les Alpes.

 Des routes nombreuses parcourent des chapelets villages pittoresques et d’abbayes. Elles font découvrir les spécialités et l’histoire locales (route de l’horlogerie, route badoise du vin, route des couvents, route verte franco-allemande) et permettent de s’émerveiller devant des panoramas à couper le souffle. Les occasions sont nombreuses de faire une halte conviviale autour de vin frais de Bade et de jambon de la Forêt-Noire.

Deux villes sont des étapes incontournables. Au nord, Baden-Baden est une ville thermale internationale prisée d’une clientèle huppée depuis le XIXe siècle. Elle allie culture, jeu et détente. Au sud, la verte Fribourg-en-Brisgau, est la ville la plus ensoleillée d’Allemagne. C’est une ville universitaire de premier plan à l’atmosphère détendue, nichée dans un site splendide. Sa vieille ville et sa cathédrale rappellent son riche passé.

Plus d’informations :

Office du tourisme de la Forêt-Noire: https://www.schwarzwald-tourismus.info/

Office du tourisme de Fribourg: https://visit.freiburg.de/fr

 

LA SARRE

Le plus petit land d’Allemagne baigne dans une atmosphère internationale. Situé au carrefour de l’Allemagne, de la France, de la Belgique et du Luxembourg, il a pour capitale Sarrebruck, la plus francophile des métropoles allemandes. Située à deux pas de la frontière lorraine, c’est une centre économique et culturel dynamique qui possède un bel ensemble de bâtiments baroques.

Comme la Ruhr, située plus au nord, la Sarre est une ancienne région minière et sidérurgique. Elle conserve des vestiges de ce passé industriel prestigieux dont le plus célèbre est l’ancienne usine de Völklinger Hütte, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 Mais c’est surtout une une région de nature où il faut bon randonner en vélo ou à pied. La vallée de la Sarre, avec le sentier des cîmes et la boucle du fleuve (réputée être l’un des plus beaux méandres d’Allemagne), offrent des panoramas à couper le souffle. A l’est, le parc naturel Hunsrück-Hochwald déploie des  paysages de moyenne montagne peuplés de hêtres rouges, de marais mystiques et de chats sauvages. Des formations rocheuses originales, des gorges ainsi que des vestiges de l’époque romaine sont également à découvrir.

Plus d’informations : https://www.visiter-la-sarre.fr/


LES VALLEES DU RHIN ET DE LA MOSELLE

« Ich weiß nicht, was soll es bedeuten  »… On ne présente plus le rocher maudit de la Lorelei chanté par les musiciens et les poètes à l’instar de Heinrich Heine. Cet étroit passage de la vallée du Rhin, situé à Sankt Goarshausen, est l’incarnation par excellence de l’Allemagne romantique.

C’est entre Mayence et Cologne (région du Rhin moyen) que l’on trouve le segment le plus attrayant du fleuve. Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2002, il est bordé de sites pittoresques, de coteaux de vignes à perte de vue et d’innombrables châteaux incrustés dans de verts escarpements à l’allure romantique.

 On s’y laisse porter au fil de l’eau le temps d’une croisière en bateau. On arpente ses rives en vélo ou à pied. Le chemin est parsemé de petites villes pittoresques aux maisons parfois anciennes. Certaines sont des villes thermales, d’autres des vignobles où coule le vin du Rhin. En face de Königswinter, un peu en aval de Bonn, se trouve aussi un massif d’origine volcanique qui offre des panoramas magnifiques : le Siebengebirge, ainsi baptisé parce qu’il compte sept sommets remarquables.

La sirène de la Lorelei et les rives séductrices du Rhin ne doivent toutefois pas faire oublier la vallée de la Moselle, un peu plus à l’ouest. Le Rhin et la Moselle confluent à Coblence (dont le nom vient du latin confluentes, confluent). De Trêves à Coblence, elle offre sur 195 km un parcours sinueux enchanteur. Il est ponctué de villages pittoresques et de châteaux, et bordé de vignobles réputés qui produisent des vins de caractère.

Plus d’informations : Allemagne romantique : Office de tourisme de Rhénanie-Palatinat:

https://www.allemagne-romantique.fr/Allemagne-romantique.5640.0.html


HEIDELBERG (et ses environs)

Heidelberg, la perle du Neckar, est un autre haut lieu du romantisme allemand. Le poète Friedrich Hölderlin lui a consacré une ode, et d’illustres noms du romantisme allemand comme Brentano, Arnim et Eichendorff s’y sont réunis.

 Tous n’ont eu d’yeux que pour les rives verdoyantes du Neckar, illuminées par le chatoiement des eaux du fleuve… et plus encore pour les ruines du château fort qui les surplombe ! Cet édifice élégant, construit au Moyen-Âge, fut détruit en 1688/89 par les troupes de Louis XIV lors de la guerre du succession du Palatinat. Il n’a jamais été reconstruit, et il a ainsi donné son charme et son caractère au site de Heidelberg.

 Pour prendre de la hauteur, il suffit de gagner le « chemin des philosophes » (Philosophenweg), en face du château. Ce sentier de promenade permet d’admirer la vallée du Neckar et de pénétrer dans ses profondeurs boisées. En face, le funiculaire menant au mont du Königstuhl permet d’admirer un panorama qui embrasse toute la région à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde.

En contrebas, la vieille ville est animée par les touristes et les nombreux étudiants. Ils se pressent sur son pont de pierre et dans ses ruelles. L’université, fondée au XIVe siècle, a accueilli des enseignants prestigieux. Elle constitue de longue date le centre névralgique de la ville. Mais Heidelberg recèle aussi de nombreux musées, dont la maison natale de Friedrich Ebert, premier président de la République de Weimar et figure de la sociale-démocratie.

Plus d’informations : http://www.heidelberg-marketing.de/sprachversion-franzoesisch.html 

 

L’EIFEL

Il y a 10 000 ans, les volcans de l’Eifel crachaient encore des cendres et de la lave. Ce massif volcanique (il compte près d’une centaine de volcans) situé à la frontière entre la Belgique, l’Allemagne et le Luxembourg se déploie dans le prolongement des Ardennes. C’est une région touristique prisée de moyenne altitude (jusqu’à 900 m).

On l’apprécie pour sa nature verdoyante, pour ses paysages sauvages et de caractère et pour ses célèbres « yeux » (des cratères transformés en lacs d’altitude, photo ci-dessus). C’est une terre de randonnée. Mais elle est également parsemée de nombreux couvents, dont la célèbre abbaye bénédictine de Maria Laach. Construite entre 1093 et 1230, elle est située aux abords d’un lac et figure parmi les chefs-d’œuvre de l’art roman avec son portique sculpté surnommé « le paradis de Laach ».

Non loin de là, la vieille ville d’Ahrweiler, attire les visiteurs avec ses fortifications et ses portes du Moyen-Âge. Et la ruine de Nürburg, vestige du XIIe siècle, défie le temps au milieu d’un paysage tourmenté.

De là, l’excursion mène sans difficultés vers des villes d’histoire : Trêves, la « Rome allemande », Aix -la-Chapelle, la « ville de Charlemagne », Cologne, la « ville sainte des bords du Rhin », Bonn, l’ancienne capitale fédérale ou encore Monschau, à la frontière belge.

Plus d’informations : https://www.eifel.info/fr/


TRÊVES

Trêves la Romaine a très probablement été fondée en 17 avant J.C. par l’empereur Auguste sur un site où Jules César avait vaincu en 56 avant J.C. la tribu celte des Trévires, en Gaule Belgique. L'« urbs opulentissima », comme l'avait baptisée en 44 apr. J.C. le géographe romain Pomponius Mela, est considérée comme la plus ancienne ville d’Allemagne.

Elle conserve de ce glorieux passé de maints joyaux architecturaux antiques : la Porta Nigra, devenu l’emblème de la ville, les thermes de Barbara (dotés d'un bassin de natation chauffé et que seuls les thermes de Trajan, à Rome, surpassaient en superficie), l'amphithéâtre (18.000 places pour assister aux combats de gladiateurs). Des édifices construits pour la plupart entre la fin du Ier siècle et la fin du IIIe siècle après J. C. Le cirque, en revanche, a aujourd'hui presque disparu. Mais il pouvait accueillir 50.000 spectateurs.

Au IVe siècle, l'empereur Constantin ira jusqu’à faire d’Ausguta Trevorum (nom latin de la ville) la capitale de l'Empire. La cité s’enrichira alors de nouveaux bâtiments d’envergure : les thermes, le palais et  la basilique de Constantin.

Les invasions barbares ont mis un terme à sa splendeur antique, mais la ville de Trêves est devenue au Moyen Âge un puissant évêché. Située à la frontière luxembourgeoise, elle est aussi passée pendant quelques années sous occupation, puis sous administration française entre 1794 et 1814. C’est à la même époque qu’elle a vu naître Karl Marx (1818-1883). La maison natale du célèbre philosophe allemand est aujourd’hui transformée en musée.

Plus d’informations : https://www.trier-info.de/trier-fuer-alle

A.L.

Informations générales pour préparer vos voyages et excursions en Allemagne : https://www.germany.travel/fr/index.html

Retour en haut de page