Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

De la Syrie à la chancellerie

Arrivée de Syrie en 2014 et âgée de 28 ans, la jeune Bjeen Alhassan (au centre) a reçu le Prix national de l'intégration des mains de la chancelière Angela Merkel

Arrivée de Syrie en 2014 et âgée de 28 ans, la jeune Bjeen Alhassan (au centre) a reçu le Prix national de l'intégration des mains de la chancelière Angela Merkel, © Gouvernement fédéral/ Bergmann

08.10.2020 - Article

Bjeen Alhassan, une réfugiée syrienne de 28 ans, a reçu cette semaine le Prix national de l’intégration des mains d’Angela Merkel. La chancelière l’a récompensée pour son engagement dans l’intégration des femmes étrangères en Allemagne.

Elle n’a que 28 ans, mais des idées plein la tête et de l’engagement à revendre. Bjeen Alhassan, une réfugiée syrienne, a reçu cette semaine le Prix national de l’intégration, doté de 10.000 €, à Berlin. Il récompense un projet de plateforme en ligne qu’elle a mis en place pour aider les femmes étrangères à s’orienter dans leur nouvelle vie en Allemagne.

Elle a baptisé ce groupe Facebook « Lernen mit Bijin » (litt. : Apprendre avec Bjeen), et a déjà pu échanger avec 155 femmes par son intermédiaire depuis mars 2020. Il s’agit d’une plateforme de cours de langue et d’aide sociale en ligne.

Bjeen Alhassan prodigue des conseils à ses interlocutrices pour régler les problèmes de la vie quotidienne : comment faire comprendre aux services de l’immigration que je n’ai pas compris quelque chose ? Comment faire reconnaître mes diplômes obtenus à l’étranger ? Comment demander au médecin si je suis enceinte ?

Plateforme polyglotte

Elle parle couramment quatre langues (arabe, kurde, allemand et anglais) et peut ainsi se faire comprendre d’un grand nombre de femmes qui ont tout quitté pour venir en Allemagne.  Elle sait par quelles difficultés elles passent : elle a elle-même quitté la Syrie en 2014 pour gagner Hambourg. « Je veux aider les femmes, leur donner de l’espoir et du courage », explique-t-elle.

Mais la jeune femme ne s’arrête pas là. Elle-même titulaire d’un master depuis 2019, elle entend aussi encourager les femmes à se faire une place sur le marché du travail en Allemagne.

Sa candidature a d’ailleurs été proposée conjointement par la Confédération du patronat allemand et par la Confédération du patronat de l’industrie. Puis elle  a été retenue parmi dix projets par un jury indépendant constitué de personnalités de la vie publique comme le footballeur Sami Khedira. Le thème de cette année était : « renforcer les femmes ».

« Il n’y a pas de réussite sans les femmes », a souligné la chancelière Angela Merkel, en citant le journaliste et écrivain Kurt Tucholsky lors de la remise du prix. Et lorsqu’elles se sentent chez elles en Allemagne après avoir quitté leur patrie, lorsqu’elles partagent les valeurs fondamentales de leur pays d’accueil, cela simplifie par la suite le chemin de leurs enfants, a-t-elle ajouté.

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page