Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

COVID-19 : le point sur la situation en Allemagne

Près de 7.000 nouveaux cas d’infection en 24 heures : où en est la lutte contre la pandémie en Allemagne ?

Près de 7.000 nouveaux cas d’infection en 24 heures : où en est la lutte contre la pandémie en Allemagne ?, © Zoonar.com/wolfgang rieger

20.10.2020 - Article

La pandémie reprend actuellement de la vigueur en Europe. En Allemagne, l’Etat fédéral et les länder ont pris de nouvelles mesures de prévention la semaine dernière (cf. notre édition du 16 octobre 2020). Comment la situation évolue-t-elle ?

Près de 7.000 nouveaux cas d’infection en 24 heures

L’Institut Robert Koch (RKI) de veille sanitaire recensait au 20 octobre à minuit 65.031 cas avérés de contamination au SRAS-Cov-2. Cela représente 6.868 cas de plus en 24 heures, soit davantage que la veille (+ 4.325 cas). 47 nouveaux décès liés à la Covid-19 ont été constatés. La pandémie a touché depuis le mois de mars 373.167 personnes et causé 9.836 décès en Allemagne.

« On observe actuellement une accélération des contaminations au sein de la population », souligne le RKI dans son bulletin quotidien. « Il faut instamment appeler la population à se mobiliser et à respecter les mesures barrière. »

A l’échelle nationale, le taux d’incidence est de 45,4 cas pour 100.000 habitants. Il est plus élevé que la moyenne à Berlin, à Brême, en Sarre, mais également en Hesse et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Au 19 octobre, 20 circonscriptions affichaient un taux supérieur à 100 cas pour 100.000 habitants et 88 un taux compris entre 50 et 100 cas pour 100.000 habitants.

Selon l’Institut Robert Koch, de nombreuses contaminations ont lieu lors de rencontres amicales ou familiales, ainsi que dans les entreprises. Elles touchent souvent des sujets jeunes. Mais l’on observe également une recrudescence des cas chez les personnes âgées, y compris dans les EHPAD.

Berchtesgaden reconfiné, la Ruhr classée zone à risque

Les autorités locales continuent à prendre des mesures face à la recrudescence de la pandémie de COVID-19. En Bavière (sud de l’Allemagne), l’arrondissement de Berchtesgaden est de nouveau soumis à des mesures strictes de restriction des sorties depuis ce mardi midi. Il affiche l’un des taux d’incidence les plus élevés du pays (252 cas pour 100.000 habitants au cours des sept derniers jours). A l’ouest, l’ensemble du bassin de la Ruhr (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) affiche désormais des taux d’incidence supérieurs à 50 cas pour 100.000 habitants et se trouve classé depuis ce mardi en zone à risque. Les villes d’Aix-la-Chapelle, Solingen, Gelsenkirchen et Herne sont même au-delà des 100 cas pour 100.000 habitants, et Cologne très près de ce seuil (97,8 cas/ 100.000 habitants).

Angela Merkel appelle les Allemands à se mobiliser pour freiner l’infection

Dans son message vidéo hebdomadaire, la chancelière allemande a exhorté samedi ses compatriotes à « limiter fortement le nombre de gens » qu’ils rencontrent « chez eux ou à l’extérieur ». « Renoncer à tout voyage » et « à toute fête qui ne [soient] pas absolument nécessaire[s]. Rester à la maison autant que possible », leur a-t-elle demandé sur un ton grave. « Les prochains jours et les prochaines semaines seront décisives pour l’hiver, pour Noël. Notre comportement à tous sera déterminant ».

Des aides pour une meilleure aération

C’est désormais prouvé : aérer les espaces clos est une mesure de prévention efficace contre la COVID-19. C’est même une précaution cruciale, à l’approche de la saison froide, alors que tout le monde se retire à l’intérieur. En Allemagne, le gouvernement a débloqué il y a quelques semaines une enveloppe de 500 millions d’euros de subventions pour aider les institutions (musées, théâtres, universités, etc.) et les entreprises à transformer leurs systèmes d’aération pour améliorer la qualité et le renouvellement de l’air. La mesure, qui ne s’adresse pas aux particuliers à ce stade, entre en vigueur ce mardi. Elle finance jusqu’à 40 % des travaux dans la limite de 100.000 euros. La subvention peut permettre l’installation de filtres à air, voire une refonte en profondeur du système d’aération (mais elle ne finance pas l’acquisition d’un nouvel appareil).

L’application de traçage allemande passe les frontières

Elément important de la lutte anti-Covid-19 en Europe : les applications de traçage commencent à entrer en dialogue les unes avec les autres. Depuis lundi, l'application allemande Corona-Warn-App est capable de se connecter aux applications italienne et irlandaise et d’identifier des cas contacts en Italie et en Irlande. Les applications d’autres pays comme le Danemark, la Lettonie, l’Espagne, puis les Pays-Bas, l’Autriche, la Pologne et la République tchèque devraient suivre. Selon le gouvernement allemand, l’application Corona-Warn-App a déjà été téléchargée par plus de 20 millions d’utilisateurs.

L’arrêt maladie de nouveau possible par téléphone

En Allemagne, il est à nouveau possible de demander un arrêt maladie à son médecin par téléphone en cas de symptômes relatifs à une affection rhino-pharyngée. Cette disposition exceptionnelle a été réintroduite lundi. Elle s’appliquera jusqu’à la fin de l’année pour éviter les salles d’attente pleines dans les cabinets médicaux. L’arrêt peut être prescrit pour sept jours, et il est renouvelable une fois.

Consommation : inutile de faire des provisions de pâtes et de papier-toilette

La ministre allemande de l’Alimentation et de l’Agriculture, Julia Klöckner, a mis en garde les Allemands contre la tentation d’accumuler des réserves de produits de première nécessité comme les pâtes et le papier-toilette. « Cela ne se justifie pas. Les chaînes de livraison fonctionnent » et il n’y a pas de risque de rupture d’approvisionnement. Selon un sondage YouGov réalisé auprès 6.000 personnes à la mi-octobre, 9 % des Allemands entendent faire des provisions au cours des prochaines semaines. 64 % n’y songent pas. Les plus précautionneux sont les jeunes de 25 à 34 ans. 15 % prévoient de se constituer des provisions.

A.L.

Retour en haut de page