Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Comment lutter contre les violences faites aux femmes ?

Le gouvernement fédéral a élaboré une stratégie globale pour lutter contre les violences faites aux femmes

Le gouvernement fédéral a élaboré une stratégie globale pour lutter contre les violences faites aux femmes, © imago images

27.11.2020 - Article

Les agressions infligées aux femmes prennent des formes diverses : stalking, harcèlement, blessures corporelles, voire meurtre, dans le pire des cas.

Chaque année, la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes nous rappelle que dans le monde entier, les droits des femmes sont loin d’être acquis et que les femmes sont trop souvent exposées à la violence. Il est pourtant évident que les droits des femmes sont des droits humains, partout dans le monde. Dans le cadre de la convention d’Istanbul, l’Allemagne s’est engagée à tout faire pour éviter et combattre les violences faites aux femmes et pour protéger et soutenir les personnes concernées, à tous les niveaux étatiques. « Nous n’avons jamais le droit de détourner les yeux lorsque des jeunes filles ou des femmes sont menacées de violences ou qu’elles en sont victimes », a déclaré Angela Merkel dans son podcast paru à l’occasion de cette Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Les violences faites aux femmes ont de nombreux visages

L’endroit le plus dangereux pour les femmes et les jeunes filles est, malheureusement, leur propre domicile : « Presque tous les trois jours, une femme est tuée en Allemagne par son partenaire ou son ex-partenaire. Et toutes les 45 minutes, statistiquement parlant, une femme est victime de blessures corporelles graves ou d’une telle tentative de la part de son conjoint. » C’est ce qu’a souligné la ministre fédérale de la Famille, des Personnes âgées, de la Femme et de la Jeunesse, Franziska Giffey, début novembre, lors de la présentation des derniers chiffres sur les violences conjugales en Allemagne, aux côtés du président de l’Office fédéral de police criminelle (BKA), Holger Münch. Avec 81 pour cent des personnes concernées, les femmes forment ici la grande majorité. En vérité, les chiffres sont sans doute nettement plus élevés car l’évaluation du BKA ne tient compte que des cas signalés à la police.

Mais en dehors de la sphère domestique également, les femmes sont victimes de violences de toutes sortes, comme le harcèlement, les menaces, les agressions sexuelles, les blessures corporelles, le viol, la prostitution forcée, la séquestration, voire l’homicide et le meurtre.

À qui s’adresser ?

La violence dans notre société nous concerne tous. Aussi, afin de lutter efficacement contre les violences domestiques, il est indispensable que tous les responsables des institutions étatiques et non-étatiques unissent leurs forces. Voici un aperçu des interlocuteurs auxquels les personnes concernées, ainsi que les membres de leur entourage, peuvent s’adresser :

  • La police : En Allemagne, la police et la justice sont tenues d’assurer la protection des personnes touchées par les violences domestiques. En cas de danger imminent, le numéro d’urgence gratuit pour appeler la police est le 110. Dans tous les Länder, la police a des possibilités juridiques d’éloigner une personne violente du domicile commun et d’imposer une interdiction d’accès. Cela signifie qu’il est interdit à cette personne d’accéder au domicile pendant plusieurs jours. La devise est : « Si tu frappes, tu pars. » En vertu de la loi sur la protection contre la violence, les victimes de violences conjugales ou de harcèlement peuvent également demander une protection prolongée auprès du tribunal des familles.
  • Aide téléphonique : Souvent, les femmes hésitent, dans un premier temps, à se tourner vers la police ou vers un centre de conseil. Demander de l’aide au téléphone ou par tchat peut alors être un premier pas plus facile à franchir et permettre de réfléchir ensemble aux différentes démarches possibles.
  • Centres de conseil : Il existe, au niveau local, de nombreux services d’assistance qui prêtent conseil aux femmes concernées ou à leur entourage. La Fédération allemande des services d’assistance aux femmes et des numéros d’urgence pour femmes peut vous aider à trouver des offres près de chez vous.
  • Foyers d’accueil : Il existe en Allemagne plus de 350 foyers d’accueil pour femmes en difficulté et leurs enfants ainsi qu’une quarantaine de refuges pour femmes avec plus de 6000 places. Le bureau de coordination des foyers d’accueil pour femmes peut vous aider à trouver un établissement près de chez vous.

Que fait le gouvernement fédéral?

Pour le gouvernement fédéral, il est clair que les victimes de violences ont besoin d’aide et de soutien. C’est pourquoi le gouvernement fédéral a élaboré une stratégie globale pour lutter contre les violences faites aux femmes. Celle-ci repose sur quatre piliers :

D’abord, le numéro d’urgence « Violences faites aux femmes » qui offre 24h/24 un soutien anonyme et gratuit aux femmes victimes de violences, dans 18 langues différentes, au numéro suivant : 08000 116 016. Ce dispositif est également accessible en ligne : www.hilfetelefon.de. Par ailleurs, il existe aussi un numéro d’urgence pour hommes.

L’initiative « Plus fortes que la violence » forme le deuxième pilier de la stratégie gouvernementale. Elle a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique aux violences conjugales afin d’inciter davantage de personnes à ne pas détourner leur regard et à intervenir en cas de violences imminentes. L’idée est aussi d’encourager les victimes à chercher de l’aide et d’augmenter la visibilité des offres d’assistance. Sur son site Internet, l’initiative propose un aperçu des différents services de soutien, y compris en cas de violences conjugales à l’encontre des hommes, beaucoup plus rares néanmoins.

Troisièmement, la Fédération, les Länder et les communes ont lancé en 2018 la « Table ronde contre les violences faites aux femmes ». Celle-ci a pour vocation de créer un réseau étroit afin d’harmoniser les aides financières et les différents dispositifs de soutien locaux, car le système d’assistance présente certaines lacunes ainsi que de grandes disparités régionales.

Le dernier pilier, enfin, est le programme de soutien « Ensemble contre les violences faites aux femmes », dans le cadre duquel le gouvernement fédéral investit dans le développement des centres de conseil et des foyers d’accueil pour femmes en difficulté en Allemagne. À cette fin, les Länder et les communes auront à leur disposition 120 millions d’euros ces quatre prochaines années.

Quel soutien en temps de pandémie ?

Ces derniers mois notamment, marqués par la pandémie de Covid-19, ont révélé à quel point les offres d’assistance sont importantes pour les femmes victimes de violences et leurs enfants. La directrice du numéro d’urgence pour femmes, Petra Söchting, a souligné que les appels à l’aide ont augmenté d’environ 20 pour cent depuis le mois d’avril. Il est encore trop tôt pour affirmer si cette tendance est liée à une augmentation de la violence ou au fait que depuis le début de la pandémie, le numéro d’urgence a connu une plus grande visibilité, a-t-elle précisé.

Dès à présent, le gouvernement fédéral tient compte de la nécessité, accentuée par le contexte de la pandémie, de miser davantage sur des offres d’assistance en ligne. Il a donc alloué plus de trois millions d’euros pour améliorer l’équipement technique des centres de conseil et des foyers d’accueil pour femmes en difficulté.

Et au niveau international ?

Toutefois, la lutte contre les violences faites aux jeunes filles et aux femmes, ainsi que leur prévention, ne se limite pas uniquement à la situation en Allemagne. C’est aussi l’une des principales préoccupations de la coopération allemande au développement, l’objectif étant de combattre des pratiques telles que les mariages d’enfants, les mariages précoces et forcés ou encore les mutilations génitales infligées aux femmes et aux filles.

À travers de nombreux projets, le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement soutient les efforts de pays partenaires pour mieux protéger les filles et les femmes contre les violences et a dressé à cet effet un plan en cinq Points.

Retour en haut de page