Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le chantier du logement progresse en Allemagne

Le gouvernement allemand a dressé cette semaine un bilan positif de sa politique en faveur du Logement

Le gouvernement allemand a dressé cette semaine un bilan positif de sa politique en faveur du Logement, © picture alliance / Jörg Carstensen | Jörg Carstensen

26.02.2021 - Article

Deux ans et demi après avoir lancé un grand plan de lutte contre le manque de logements et la  flambée des loyers dans les grandes villes, le gouvernement allemand a dressé cette semaine un bilan positif de sa politique.

Il y a 20 ans que l’on n’avait plus autant construit en Allemagne. Malgré la pandémie, 300.000 nouveaux logements sont sortis de terre l’année dernière, un record. Au total, 1,2 million de logements ont été construits depuis le « Sommet logement » convoqué par le gouvernement allemand en septembre 2018. A cela, il faut ajouter les 770.000 permis de construire tout juste accordés. Le gouvernement avait promis 1,5 million de logements supplémentaires. Aujourd’hui, il dresse un bilan positif de sa politique.

« Nous avons mis en œuvre les mesures clés » du programme décidé en 2018, s’est félicitée la chancelière Angela Merkel lors d’un sommet organisé mardi depuis Berlin. « Le secteur de la construction a été l’un des moteurs de l’économie allemande, malgré la pandémie ». Tout cela vient à point nommé à l’heure où la situation sanitaire « confère une importance et une charge émotionnelle accrues au thème du logement », « devenu un refuge » pendant les confinements, a souligné la chancelière. C’est « un bilan dont on peut être fier », a ajouté le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, en charge de la Construction.

Un vaste arsenal de mesures

1,2 million de logements ont été construits depuis 2018, dont 300.000 sont sortis de terre en 2020, un record
1,2 million de logements ont été construits depuis 2018, dont 300.000 sont sortis de terre en 2020, un record© picture alliance/dpa | Daniel Bockwoldt

Le chantier a progressé sur plusieurs fronts à la fois. Outre la construction de nouvelles habitations, le gouvernement a multiplié les aides aux locataires (création d’un « frein à la hausse des loyers »), aux familles (création d’une allocation d’accession à la propriété qui a été sollicitée par 310.000 familles avec enfants), aux revenus modestes (extension et augmentation des allocations d’aide au logement). Plusieurs de ces allocations ont aussi été revalorisées, étendues à de nouveaux bénéficiaires et améliorées depuis 2018.

Cinq milliards d’euros ont, par ailleurs, été investis dans la construction de logements sociaux. Un milliard d’euros par an y sera encore consacré à l’issue de cette législature et jusqu’en 2024.

Le gouvernement a, en outre, pris des mesures pour accroître les terrains disponibles, par exemple, en aidant les communes à le racheter à prix réduit pour construire des logements sociaux. Il a investi dans l’urbanisme (790 millions d’euros en 2019 et en 2020) pour redynamiser les cœurs de ville. Enfin, il a accéléré la rénovation énergétique pour réduire la facture énergétique et faire face aux conditions du changement climatique.

Des résultats concrets

Les résultats sont là, affirme-t-il aujourd’hui. L’objectif de construire 100.000 nouveaux logements sociaux a été atteint, et même dépassé (115.000).

L’envolée des loyers s’est ralentie depuis 2019 après des années de hausse. Et le fléchissement s’est nettement accentué à parti du second semestre 2020. L’année dernière, les loyers à la location et à la relocation ont augmenté de 3,1 % net en moyenne en Allemagne. C’est un point de moins qu’en 2019.

Le coût du logement dans le budget des ménages, charges comprises, se réduit désormais. Il était de 25,9 % en moyenne en 2019. La part des ménages consacrant plus de 40 % de leur budget à se loger (13,9 %) était en recul de deux points par rapport à 2016.

Enfin, la hausse du prix des terrains accuse un net coup de frein. Le prix des terrains, si corrélé à l’envolée des prix de l’immobilier dans les grandes villes où l’espace constructible est rare, avait augmenté de 84 % entre 2010 et 2019.

Malgré ces avancées, le logement reste un chantier en Allemagne. Il reste beaucoup à faire, reconnaît le gouvernement. De leur côté, l’opposition, les professionnels de l’immobilier et les organisations sociales voudraient que les choses aillent plus vite et plus loin. En matière de logement social, notamment. Car la construction de nouveaux logements ne permet pas de compenser la mise sur le marché de logements sociaux de plus de 30 ans, autorisé par la loi.
A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand) 

Retour en haut de page