Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’art du déconfinement

Les dirigeants de l'Etat fédéral et des länder se réuniront à nouveau demain pour statuer sur l'assouplissement ou non du confinement

Les dirigeants de l'Etat fédéral et des länder se réuniront à nouveau demain pour statuer sur l'assouplissement ou non du confinement, © picture alliance/dpa | Oliver Berg

02.03.2021 - Article

Une nouvelle réunion cruciale se tient demain entre la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des 16 länder. Décideront-ils d’assouplir les restrictions adoptées face à la pandémie ou joueront-ils la prudence ?

L’arrivée des beaux jours sera-t-elle synonyme de dégel des restrictions sanitaires ? Le débat est vif en Allemagne. La chancelière Angela Merkel doit se réunir demain avec les ministres-présidents des 16 länder, en début d’après-midi. Les attentes sont immenses. Après deux mois et demi de confinement, nombreux sont ceux qui espèrent une respiration, un espoir à l’horizon, autrement dit un plan de déconfinement qui annonce un retour à la normale. Les commerçants, les hôteliers-restaurateurs, les professionnels de la culture ont hâte de rouvrir leurs locaux. Mais la situation sanitaire reste ambiguë. Le corps médical invite les autorités à la plus grande prudence. Le choix de la marche à suivre est délicat.

La situation sanitaire reste ambivalente

Ainsi, à l’échelle nationale, quelque 4.000 nouveaux cas et 358 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Allemagne. Le pays, qui vient de franchir le seuil des 70.000 décès, a enregistré 65,4 nouvelles contaminations sur sept jours pour 100.000 habitants. Un taux d’incidence certes en forte baisse par rapport au mois de janvier. Mais qui stagne, progresse lentement depuis plusieurs jours. Cela s’explique par la propagation des variants du virus, en particulier du variant dit « britannique » (B.1.1.7.). Les autorités redoutent que ces mutations ne fassent grimper le nombre de contaminations au cours des prochaines semaines. Dans tous les cas, le taux d’incidence reste beaucoup plus élevé que le seuil de 35 fixé par les autorités pour autoriser un déconfinement.

Alors que faire ? Rouvrir en priorité les restaurants ? Les écoles ? Ne plus rester les yeux fixés sur le seul taux d’incidence ? Elaborer un plan de déconfinement par étapes ? Tout rouvrir ? Tester plus ? Vacciner sans ordre de priorité ? Les propositions sont nombreuses sur la table.

A l’heure actuelle, seuls les coiffeurs viennent de recevoir l’autorisation d’accueillir à nouveaux leurs clients à l’échelle nationale. Au niveau régional, beaucoup de crèches et d’écoles primaires ont aussi rouvert leurs portes depuis une semaine. Enfin, selon les länder, certains magasins (jardineries, magasins de fleurs, studios de pédicure, etc.) commencent à faire de même. Mais la grande majorité demeure dans l’impatience d’un retour à la normale.

Quelles perspectives ?

La presse se fait l’écho de cette incertitude. « La situation a rarement été aussi floue à la veille d’un sommet Etat-länder », commente la rédaction du « Tagesschau », le journal de la chaîne publique ARD, sur son site Internet.

Les médias élaborent plusieurs hypothèses. La principale irait dans le sens d’un prolongement du confinement jusqu’au 28 mars, moyennant des assouplissements notables à partir du 8 mars. Les contacts personnels ne seraient plus limités à une seule personne extérieure au foyer, mais à cinq personnes de deux foyers différents. Les visites familiales seraient étendues pour Pâques (2-5 avril) comme elles l’avaient été pour Noël.

Selon le site du « Spiegel Online », les librairies, fleuristes et jardineries seraient autorisés à ouvrir sur tout le territoire, de même que les écoles de conduite et certains prestataires de services. Le sport pourrait être autorisé en extérieur jusqu’à dix personnes et un « frein d’urgence » pourrait voir le jour. Il permettrait de reconfiner localement en cas d’apparition d’un foyer de contamination.

Une chose est sûre : si déconfinement il y a, il s’accompagnera de la mise en place concepts d’hygiène rigoureux et de la multiplication des tests. Ces derniers semblent devoir s’imposer comme un élément clé de la stratégie de déconfinement, qu’il s’agisse des tests PCR, des tests antigéniques ou, désormais, des auto-tests. Selon la presse allemande, chacun, dans les écoles comme dans les entreprises, pourrait se voir proposer deux tests rapides gratuits par semaine. Un certificat indiquant noir sur blanc le résultat serait systématiquement établi.

Enfin, la vaccination demeure aussi un élément clé en vue d’un retour progressif à la normale. Un peu moins de 5 % de la population allemande (6,4 millions de personnes) a reçu au moins la première dose du vaccin et 2,6 % (2,2 millions de personnes) les deux injections. La campagne doit s’accélérer dans les prochaines semaines.

A.L.

Plus d’informations :

Gouvernement fédéral (en allemand)

Ministère allemand de la Santé (en allemand)

Institut Robert Koch (veille sanitaire, en allemand et anglais)

Retour en haut de page