Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Berlin encourage les immigrés à s’engager dans la vie de la société

Le gouvernement et les associations entendent promouvoir la participation des personnes issues de l'immigration à la vie de la Société

Le gouvernement et les associations entendent promouvoir la participation des personnes issues de l'immigration à la vie de la Société, © picture alliance / Sven Simon | Frank Hoermann/SVEN SIMON

12.03.2021 - Article

Le 13e Sommet national sur l’intégration a réuni par visioconférence 120 dirigeants politiques et responsables associatifs. Ils ont adopté les derniers volets d’un Plan d’action national pour l’intégration. Avec deux mots clés : la « cohésion » et la « participation ».

« L’Allemagne, c’est nous tous : tel est l’objectif ». C’est ainsi qu’Angela Merkel a résumé l’ambition du Plan d’action national pour l’intégration. Son gouvernement l’élabore depuis 2018 en concertation avec les responsables politiques de terrains et les associations. Les trois premiers volets – « Entrée sur le territoire », « première phase d’intégration » et « insertion » - avaient déjà été présentés. Un nouveau Sommet national pour l’intégration les a réunis cette semaine pour boucler les deux volets restants : « l’unification dans la diversité » et « la cohésion ».

100 mesures

Plus d’une centaine de mesures ont été annoncées dans un large éventail de domaines. La Fédération allemande de football et le Comité olympique allemand vont lancer un programme de mentorat pour inciter les jeunes d’origine étrangère à devenir bénévoles au sein des clubs et des fédérations, puis pour les aider à grimper les échelons. Un programme de soutien académique et pédagogique va être mis en place en Sarre pour faciliter l’accession aux métiers de la santé. Il sera transposable à d’autres régions.

De son côté, la Fédération des nouveaux professionnels des médias va promouvoir les jeunes issus de la diversité en coopération avec les diffuseurs et les écoles de journalisme. Et sur Internet, une mobilisation s’organise pour lutter contre les discours de haine.

Quant au volet « cohésion », il prévoit notamment de faciliter l’accès à la naturalisation. Il renforce aussi la promotion de la diversité au sein de la fonction publique et dans les entreprises.

La langue, toujours un obstacle

Ne pas maîtriser la langue allemande demeure le principal obstacle à l'intégration et à l'insertion dans la société
Ne pas maîtriser la langue allemande demeure le principal obstacle à l'intégration et à l'insertion dans la société© picture alliance / ZB | Jens Kalaene

Par ailleurs, les pouvoirs publics mettent aussi fortement l’accent sur l’enjeu de la représentation des personnes issues de l’immigration, et plus encore sur celui de leur participation à la vie de la société. Ils veulent les encourager à s’engager plus activement dans la cité, que ce soit en politique, dans les entreprises, les associations mais aussi via tous les « moteurs de participation »  que sont les pompiers volontaires, les chorales, etc.

De fait, le « baromètre de l’intégration » du Conseil des experts pour l’intégration et la migration, révèle que seulement 65% des personnes d’origine étrangère inscrites sur les listes électorales se sont déplacées aux urnes lors des dernières élections législatives fédérales. C’est 20 points de moins que la moyenne nationale. Les personnes issues de l’immigration s’engagent aussi nettement moins souvent en politique (10%) que la moyenne des Allemands. Cela s’explique principalement par une mauvaise maîtrise de la langue allemande, relate l’enquête. D’ailleurs, l’implication croît avec l’ancienneté dans le Pays.

Une autre priorité des pouvoirs publics est la lutte contre le racisme et contre l’extrême droite. « Dans ce domaine, il nous reste beaucoup, beaucoup de travail pour réellement faire tomber les préjugés, car ceux-ci sont mi-conscients, mi-inconscients », a reconnu Angela Merkel. La chancelière est revenue sur les drames des meurtres racistes de la cellule terroriste de la NSU et du récent attentat d’Hanau.

De son côté, la ministre de la Famille, Franziska Giffey, a annoncé une loi visant à prolonger dans le temps les mesures prises pour lutter contre le racisme et l’extrémisme. Elle permettra, entre autres, de répertorier systématiquement les discriminations et les agressions racistes.

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement fédéral (en allemand)

Retour en haut de page