Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Vers des mesures de freinage harmonisées pour briser la 3e vague

Brienner Strasse, Munich. La mise en place d'un couvre feu obligatoire de 21 heures à 5 heures dans les zones où le taux d'incidence dépasse 100 contaminations hebdomadaires pour 100.000 habitants est controversée

Brienner Strasse, Munich. La mise en place d'un couvre feu obligatoire de 21 heures à 5 heures dans les zones où le taux d'incidence dépasse 100 contaminations hebdomadaires pour 100.000 habitants est controversée, © picture alliance / SvenSimon | Frank Hoermann/SVEN SIMON

16.04.2021 - Article

Le gouvernement allemand veut rendre obligatoire le retour aux restrictions sanitaires sur tout le territoire en cas de pic de contamination. Son projet de loi a été examiné ce matin en première lecture au Bundestag. La mise en place d’un couvre-feu fait débat.

Après un ralentissement autour de Pâques, le taux de contamination est reparti à la hausse en Allemagne, en particulier au sein dela population jeune. L’Institut Robert Koch (RKI) de veille sanitaire recense ce vendredi 25.831 nouveaux cas et 246 décès en 24 heures. Il mesure un taux d’incidence stable de 160,1 cas sur sept jours pour 100.000 habitants. Pour briser cette « 3e vague » qui se prolonge, le gouvernement allemand veut harmoniser les mesures prises au niveau régional pour endiguer la pandémie. Son projet de loi a été examiné ce matin en première lecture au Bundestag.

Il prévoit d’imposer automatiquement un retour aux restrictions sanitaires partout où le taux d’incidence dépasse le seuil de 100. L’objectif est de supprimer la marge d’interprétation qui prévaut actuellement, car elle conduit à des situations très diverses d’une région ou d’une ville à l’autre. Le texte prévoit également la mise en place d’un couvre-feu strict de 21 heures à 5 heures du matin dans toutes ces zones en tension. Les déplacements ne seraient alors plus autorisés durant ces plages horaires que pour des motifs impérieux, comme une urgence médicale ou un trajet domicile-travail.

C’est une harmonisation nécessaire depuis longtemps, a plaidé la chancelière Angela Merkel devant les députés. « Les médecins des services de soins intensifs nous adressent un cri de détresse après l’autre. Qui sommes-nous pour faire la sourde oreille ? Nous n’avons pas le droit de laisser les médecins et les personnels soignants seuls » face à cette pandémie.

Le couvre-feu en débat

Une réforme de la loi sur la protection contre les infections a été débattue ce vendredi au Bundestag en vue d'harmoniser les mesures de freinage de l'épidémie
Une réforme de la loi sur la protection contre les infections a été débattue ce vendredi au Bundestag en vue d'harmoniser les mesures de freinage de l'épidémie© picture alliance/dpa | Michael Kappeler

L’instauration d’un couvre-feu a néanmoins fait l’objet d’un vif débat. Plusieurs voix l’ont jugée disproportionnée, de l’extrême droite à l’extrême gauche. Au centre, le président du parti libéral, Christian Lindner, a exprimé ses doutes quant àsa constitutionnalité. « La majorité d’entre nous s’accorde à dire que la situation est grave », a-t-il plaidé. « Il faut agir vite, de manière efficace et juridiquement inattaquable. De plus, ce couvre-feu s’appliquerait sur la majorité du territoire, souvent pour plusieurs semaines », a-t-il ajouté. C’est une situation difficile à vivre pour les locataires de logements exigus, et elle présenterait un risque d’« énormes dégâts sociaux ».

Au sein de la coalition, le Parti social-démocrate (SPD) demande des améliorations. Si la mesure est nécessaire, son application doit être plus souple, estime-t-il. Par exemple, « il devrait rester possible d’aller se promener le soir avec son conjoint ou de faire du sport », affirme le député et juriste Johannes Fechner. Les Verts appellent quant à eux à mettre les entreprises davantage à contribution pour que l’application du couvre-feu puisse rester proportionnée.

L’efficacité du couvre-feu est l’un des points clés du débat. Partisans et opposantsse rejoignent sur le fait que le risque de contamination est faible en extérieur. Mais les premiers soulignent que restreindre les déplacements permet d’éviter les contacts, et donc les contaminations en espace clos. Ils se réfèrent aux bons résultats enregistrés à l’étranger, au Portugal, en Irlande et en France, par exemple. Il s’agit « de réduire les mouvements d’un endroit à un autre en soirée », a souligné Angela Merkel. La chancelière dit prendre les critiques au sérieux. Mais elle estime que les avantages sont supérieurs aux inconvénients.

L’opinion publique penche légèrement en faveur du couvre-feu. Selon un sondage de la chaîne ARD, 51 % y sont favorables et 46 % défavorables.

Le débat va se poursuivre durant les prochains jours, notamment au sein des commissions parlementaires. Le texte final devrait être adopté en deuxième lecture par le Bundestag au milieu de la semaine prochaine. Il sera ensuite transmis au Bundesrat, la chambre des länder.

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Discours de la chancelière Angela Merkel au Bundestag (en allemand)

Situation épidémiologique (en allemand)

Site du Bundestag (en allemand)

Retour en haut de page