Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La protection du climat, une priorité majeure aux yeux des Allemands

Rapsfeld, Strommasten und Windrad, Ökostrom, Netzausbau und Energiewende

49527985, © chromorange

30.04.2021 - Article

Une enquête de l’Office fédéral de l’environnement (UBA) révèle que la conscience écologique des Allemands ne cesse de progresser, malgré la pandémie. Un arrêt de la Cour constitutionnelle enfonce le Clou.

Malgré l’omniprésence du contexte sanitaire, les Allemands n’ont pas perdu de vue leur préoccupation pour l’environnement et le climat. C’est ce que révèle un sondage publié hier par l’Office fédéral de l’environnement (UBA). 65 % des personnes interrogées voient dans la protection de l’environnement et du climat un sujet majeur. Le chiffre grimpe à 70 % pour la protection du seul climat, et ce pourcentage est en hausse de 16 % sur un an. Près de 80 % des sondés souhaitent, par ailleurs, que l’Allemagne endosse un rôle pionnier dans la défense du climat au niveau Mondial.

Le sondage montre aussi que les Allemands sont massivement favorables à une transformation écologique et sociale en profondeur. Près de 90 % approuveraient une mutation structurelle rapide de l’économie allemande vers une économie durable, si elle est attentive à la dimension sociale. Les sondés n’ont plus peur de réclamer des changements sur des sujets concrets. Près d’un sur six appelle de ses vœux une meilleure prise en compte des enjeux climatiques dans la politique agricole, et un sur deux dans la politique des Transports.

Les sondés approuvent une transformation concrète

Le mouvement Fridays for Future, très actif en Allemagne. Jeudi, la Cour constitutionnelle allemande a retoqué une partie de la loi de protection de l'environnement, la jugeant insuffisante pour protéger les libertés des jeunes générations
Le mouvement Fridays for Future, très actif en Allemagne. Jeudi, la Cour constitutionnelle allemande a retoqué une partie de la loi de protection de l'environnement, la jugeant insuffisante pour protéger les libertés des jeunes générations© picture alliance / xim.gs | xim.gs

Les sondés font ainsi le constat qu’il est urgent d’agir dans plusieurs domaines, en particulier l’agriculture, l’alimentation et la mobilité. Ils s’inquiètent du suremballage (près de 90 %), veulent veiller au respect du bien-être animal et au respect de l’écologie dans la chaîne alimentaire de la production jusqu’à la distribution. 90 % souhaitent le développement des bus et du transport ferroviaire. Fait notable : une large majorité approuve désormais la limitation de la vitesse sur les autoroutes à 130km/h.

L’enquête a été réalisée en novembre et décembre 2020 auprès d’un échantillon représentatif ce plus de 2.000 personnes. « Les Allemands veulent des changements et ils les réclament très concrètement », se félicite la ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze. « Cela donne du courage pour les prochaines années puisque la protection du climat devrait devenir le fil rouge de presque tous les domaines de la politique. […] La majorité a aussi compris depuis longtemps que la protection du climat crée des emplois. » 

Le directeur de l’UBA, Dirk Messner, se réjouit aussi des résultats de l’enquête. « La décennie qui vient sera déterminante pour réussir à poser les jalons d’un avenir durable », a-t-il commenté.

Les libertés des générations futures dans un arrêt des juges de Karlsruhe

L’urgence de la transformation apparaît de plus en plus comme une préoccupation centrale en Allemagne. C’est vrai au sein de la société, mais aussi chez les responsables politiques et économiques. La Cour constitutionnelle fédérale a aussi prononcé hier un arrêt qui devrait faire date. Elle a partiellement donné raison à des plaignants, parfois très jeunes, qui estimaient que la nouvelle loi de protection de l’environnement (2019) ne les protégeait pas suffisamment des conséquences du réchauffement climatique.

Les juges de Karlsruhe ont certes estimé que l’Etat n’avait pas enfreint son devoir de protection, pour lequel il dispose d’une large marge de manœuvre. En revanche, ils ont jugé inconstitutionnel que la loi ne prévoie aucune mesure au-delà de 2030.

Selon leur décision, cela reporte à l’excès le fardeau de la réduction des émissions de gaz à effet de serre sur les générations futures et les expose à devoir consentir d’importants sacrifices de leurs libertés. La Cour demande ainsi au gouvernement de répartir le poids de la réduction des émissions de CO2 de manière dans le temps de manière projective. C’est la première fois qu’un arrêt de la Cour de Karlsruhe prend ainsi en considération les droits fondamentaux d’une génération entière.

A.L.

Plus d'informations :

Office fédéral de l'environnement (en allemand)

Cour constitutionelle fédérale (en allemand)

Retour en haut de page