Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

« Nous voulions de la main-d’œuvre et ce sont des êtres humains qui sont venus » : l’accord de recrutement avec la Turquie a 60 ans

Le rappeur Eko Fresh présente la chanson « 1994 »

Le rappeur Eko Fresh présente la chanson « 1994 », © picture alliance/dpa

02.11.2021 - Article

Le 30 octobre 1961, la République fédérale d’Allemagne concluait un accord de recrutement de main-d’œuvre avec la Turquie. Cet accord qui fixait les modalités de l’envoi de travailleuses et travailleurs turcs en Allemagne a aujourd’hui 60 ans.

Des « travailleurs invités » turcs apprennent l’allemand à l’université populaire de Berlin (photo non datée)
Des « travailleurs invités » turcs apprennent l’allemand à l’université populaire de Berlin (photo non datée)© picture alliance/dpa

Après de longues négociations, deux pages signées à Bonn le 30 octobre 1961 suffirent à jeter les bases d’un chapitre important de l’histoire allemande de l’après-guerre. L’accord de recrutement signé avec la Turquie permettait une migration de main-d’œuvre réglementée par l’État vers l’Allemagne. La durée de séjour des travailleurs turcs initialement fixée à deux ans fut supprimée en 1964, faisant définitivement de cet accord la pierre angulaire d’une histoire migratoire germano-turque commune.

Un accord qui marque encore l’Allemagne d’aujourd’hui

En 1961, nul ne pouvait prévoir ce qu’il adviendrait un jour de cet accord qui se voulait au départ pragmatique. Et pourtant, son empreinte reste visible de nos jours en Allemagne, en Europe et en Turquie. Depuis sa signature, 876 000 personnes d’origine turque ont immigré en Allemagne en tant que « Gastarbeiter » ou « travailleurs invités », comme on les appelait. La réussite du miracle économique allemand est également le fruit de leur labeur. Nombre d’entre eux sont restés, ont fait venir leur famille, et leurs enfants et petits-enfants sont chez eux en Allemagne. Les histoires émouvantes de liberté, d’ascension sociale et de prospérité sont omniprésentes. D’un autre côté, nombreux aussi sont ceux qui ont été et sont encore victimes de préjugés et de racisme.

L’Allemagne d’aujourd’hui est inconcevable sans les citoyennes et citoyens d’origine turque. Ils sont employés dans les domaines les plus divers : la police, la Bundeswehr, l’enseignement scolaire ou la santé. Ils fournissent un travail de pionnier dans les sciences, animent des émissions télévisées, s’engagent dans la politique ou le bénévolat. Ils occupent une place importante dans l’économie et la culture allemandes. Leur perception de l’Allemagne et de l’Europe a une influence décisive sur l’image de l’Allemagne en Turquie, de même que les images ou conceptions de la Turquie en Allemagne portent largement leur empreinte.

De nombreux projets à l’occasion de cet anniversaire

Exposition de photos « Wir sind von hier » (Nous sommes d’ici) au Ruhrmuseum d’Essen
Exposition de photos « Wir sind von hier » (Nous sommes d’ici) au Ruhrmuseum d’Essen© Ministère fédéral des Affaires étrangères

Pour ce 60e anniversaire, le ministère fédéral des Affaires étrangères lance de nombreux projets, par exemple « Deutschlandlieder – Almanya Türküleri » : depuis les années 1960, les chansons et musiques d’immigrés turcs ne se comptent plus. Douze vedettes d’hier et d’aujourd’hui ainsi qu’un groupe de 11 personnes interprètent des chansons qui parlent de nostalgie et d’arrivée dans un nouveau pays, du mal du pays et de l’amour, de la vie et des luttes – et bien sûr aussi de la fête. Ce projet présente en direct sur scène et documente sous forme de film la création musicale d’artistes issus des genres musicaux les plus divers et des générations des soixante dernières années.

 

Retour en haut de page