Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les jeunes Allemands majoritairement préoccupés par le climat

Manifestation d’activistes climatiques à Berlin

Manifestation d’activistes climatiques à Berlin, © picture alliance / SULUPRESS.DE | Marc Vorwerk/SULUPRESS.DE

22.11.2021 - Article

Le changement climatique est le sujet d’actualité le plus présent à l’esprit des 14-29 ans outre-Rhin, révèle une nouvelle étude sur la jeunesse Allemande.

Outre-Rhin, plus d’un jeune sur deux (56 %) se dit préoccupé par le réchauffement planétaire. C’est ce qui ressort d’un sondage présenté lundi à Berlin sur « la jeunesse en Allemagne ». Autres sujets majeurs d’inquiétude : l’assurance vieillesse et la cohésion sociale.

56 % des jeunes Allemands se disent préoccupés par le changement climatique mais 82 % n’entendent pas renoncer à la voiture individuelle
56 % des jeunes Allemands se disent préoccupés par le changement climatique mais 82 % n’entendent pas renoncer à la voiture individuelle© picture alliance / ZB | Z6944 Sascha Steinach

Si les jeunes Allemands appellent majoritairement la classe politique à protéger le climat, peu d’entre eux sont enclins à changer leurs habitudes. Plus d’un sur cinq affirme ne pas pouvoir vivre durablement sans voiture individuelle, mode de transport régulièrement utilisé par 60 % des sondés. L’idée de renoncer aux voyages en avion suscite également une certaine réticence : seuls 27 % des sondés se disent prêts à éviter ce mode de transport. Idem pour la consommation de viande (26 %) et plus largement de produits d’origine animale (16 %). Les contenants en plastique à usage unique semblent en revanche faire consensus, avec 65 % de jeunes favorables à leur réduction. Les habitudes évoluent vers l’achat plus fréquent d’aliments bio et équitables (36 %) et de produits de seconde main (40 %).

Seule une minorité a le courage d’amender son propre mode de vie, constate Klaus Hurrelmann, co-auteur de l’étude. « Le plus grand ennemi du changement » est « le confort de l’État-providence », estime-t-il. « Suivant le modèle parental », les jeunes générations se complaisent dans des habitudes délétères « de consommation, de mobilité et d’alimentation ». Alors, comment faire pour que la jeunesse se donne les moyens de ses ambitions ? Seules des « directives politiques claires » pourraient changer la donne, estime le chercheur.

Une génération engagée, mais angoissée

Si le climat a pris la tête du classement fin octobre, d’autres sujets restent très présents à l’esprit des jeunes sondés. Ainsi les perspectives économiques et le système des retraites (48 %), et la crainte de voir la société se morceler (44 %).

Le sondage donne à voir en filigrane une génération politisée et active, estime l’un de ses auteurs, Simon Schnetzer. Mais la pandémie de Covid-19 l’a frappée de plein fouet, « à une période particulièrement sensible de l’existence ». 40 % des sondés se disent encore psychiquement affectés par la crise sanitaire. Ils invoquent notamment des difficultés à gérer leur quotidien, leurs relations personnelles ou encore leur parcours estudiantin ou professionnel.

M.F.

Retour en haut de page