Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Plus d’électricité verte, moins de gaz à effet de serre

Le volume d’électricité verte produite a atteint un record en Allemagne au premier trimestre 2020, notamment grâce à l’éolien

Le volume d’électricité verte produite a atteint un record en Allemagne au premier trimestre 2020, notamment grâce à l’éolien, © Picture Alliance

04.06.2020 - Article

La production d’électricité d’origine renouvelable a augmenté de 15 % en Allemagne au premier trimestre et les émissions de gaz à effet de serre ont baissé.

C’est historique : au premier trimestre 2020, les sources renouvelables ont fourni plus de la moitié de l’électricité produite en Allemagne. Entre janvier et mars, 51,2 % de l’électricité a été produite par les éoliennes, les panneaux solaires et le biogaz. C’est plus que la production des centrales au charbon et des centrales nucléaires réunies.

L’ensoleillement généreux du printemps a permis à l’électricité solaire d’accélérer son développement au mois de mai
L’ensoleillement généreux du printemps a permis à l’électricité solaire d’accélérer son développement au mois de mai© picture alliance

La production d’électricité verte (72,3 milliards de kWh en trois mois) a augmenté de 15 % par rapport au premier trimestre 2019, constate l’Office fédéral des statistiques. L’éolien confirme sa pole position. Il a fourni en trois mois plus du tiers (34,9 %) de l’électricité produite. C’est nettement plus que le charbon (22,3 %), le gaz naturel (12,7 %) et le nucléaire (11,6 %). Globalement, les sources d’électricité conventionnelle accusent une baisse de près de 22 %. Et le charbon de 33,4 %.

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les émissions de gaz à effet de serre sont simultanément en repli. Le moteur de cette évolution est le « verdissement » d’un bouquet de secteurs clés pour faire face au défi climatique : l’énergie, les industries énergivores et le transport aérien. En 2019, leurs émissions polluantes ont chuté de 14 % par rapport à 2018, ont constaté l’Office allemand du commerce des émissions (DEHSt) et l’Office fédéral de l’environnement (UBA). Le secteur énergétique est le plus en pointe. Après avoir réduit ses émissions de 4,5 % en 2018, il a accéléré la marche en 2019 avec un recul de 18 %.

La ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze, a salué ces évolutions. Elle y voit un effet de la réforme du système européen d’échange de permis d’émissions (ETS). La hausse du prix de la tonne de carbone fait « progressivement disparaître du marché l’électricité produite par les centrales au charbon, qui fait ainsi place à l’éolien et au solaire », s’est-elle félicitée.

L’Allemagne, convaincue de l’efficacité de ce système d’échange de « droits à polluer », s’en fait d’ailleurs l’avocate sur la scène nationale comme internationale. Le dernier « paquet climat » du gouvernement allemand, adopté à la fin de 2019, prévoit de l’étendre dès 2021 en Allemagne à deux autres secteurs clés pour le climat : les transports et les bâtiments.

A.L.

Plus d’informations :

Office fédéral des statistiques (en allemand)

Office fédéral de l’environnement (en allemand)

Retour en haut de page