Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne veut devenir le numéro un mondial de l’hydrogène

Le gouvernement allemand mise sur l’hydrogène pour decarboner l’économie, a commencer par le secteur des transports

Le gouvernement allemand mise sur l’hydrogène pour decarboner l’économie, a commencer par le secteur des transports, © ZB

12.06.2020 - Article

Le gouvernement a adopté mercredi une stratégie nationale pour l’hydrogène. Ce plan ambitieux, doté de neuf milliards d’euros, se veut l’un des moteurs d’une relance verte. Mais pas seulement.

Pile à combustible, stockage de l’électricité verte, carburant propre : l’hydrogène serait-il l’une des clés de la transition vers une économie décarbonée ? Les projets se multiplient dans plusieurs pays du monde. À Berlin, le gouvernement a adopté mercredi une Stratégie nationale pour l’hydrogène. Ce plan ambitieux de neuf milliards d’euros vise à faire de l’Allemagne « le numéro un mondial » de la filière, selon le ministre de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier.

Neuf milliards d’euros

Pour commencer, il fait de l’hydrogène l’un des moteurs d’une relance verte post-coronavirus. Sept des neufs milliards d’euros seront prélevés sur les 130 milliards d’euros du plan de relance allemand. Ils viendront soutenir les technologies proches du seuil de rentabilité pour leur permettre de s’établir sur le marché. Les deux milliards restants seront débloqués pour développer et sécuriser l’approvisionnement via des partenariats internationaux.

Mais le plan vise beaucoup plus loin. Berlin mise sur l’hydrogène comme pilier de sa transition énergétique, à côté des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. L’objectif est de verdir l’économie, et de prendre le chemin de la neutralité carbone à l’horizon 2050.

« Les temps sont mûrs pour l’hydrogène et les technologies qu’il nécessite. Nous devons exploiter (ce) potentiel », a affirmé M. Altmaier. « L’Allemagne va endosser un rôle pionnier comme nous l’avons fait il y a 20 ans en développant les énergies renouvelables ».

Un moteur pour décarboner l’économie

La stratégie met en place un Conseil national de l’hydrogène. Elle fixe aussi des objectifs : une capacité de production de 5 Gigawatts à l’horizon 2030, deux fois plus en 2040. Par ailleurs, elle met clairement l’accent sur l’« hydrogène vert » (c’est-à-dire exclusivement produit à partir de sources renouvelables), sans fermer la porte aux autres technologies dans l’immédiat.

Présentation à Berlin de la stratégie nationale pour l’hydrogène
Présentation à Berlin de la stratégie nationale pour l’hydrogène© AFP-Pool

« L’hydrogène vert est l’énergie de l’avenir », a souligné la ministre de l’Education et de la Recherche, Anja Karliczek. Selon la ministre de l’Environnement, Svenja Schulze, il « nous donne l’opportunité d’avancer vers plus de protection du climat dans des secteurs comme l’acier ou l’aérien où nous n’avions jusqu’à présent pas de solution ». C’est une technologie  « déterminante pour décarboner des secteurs clés de l’économie allemande tels que l’acier, la chimie et les transports », a ajouté M. Altmaier.

En Allemagne, des trains à l’hydrogène circulent déjà (fabriqués notamment par Alstom). Le ministre des Transports, Andreas Scheuer, veut désormais développer des bus et des camions alimentés à l’hydrogène. Il promet l’installation de cent stations-service d’ici à la fin de l’année, et de dix à quinze stations supplémentaires par an ensuite.

Partenariats à l’international

La stratégie allemande embrasse l’ensemble de la filière, de la production d’hydrogène à ses applications, à la distribution et à la recherche. Elle ne néglige pas non plus l’international. L’Allemagne nourrit l’ambition d’exporter sa technologie.

Elle se prépare d’autre part à nouer des partenariats. Car la production d’hydrogène demande beaucoup d’énergie qu’il faudra en partie importer. Le ministre de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, a déjà annoncé la signature d’un partenariat avec le Maroc pour la construction d’une usine de production d’hydrogène vert grâce à l’électricité photovoltaïque du désert marocain. « D’autres partenaires sont intéressés en Afrique du Nord et en Amérique du Sud », a-t-il ajouté. « L’hydrogène vert peut devenir le pétrole propre de demain ».

A.L.

Plus d’informations :

Ministère allemand de l’Économie et de l’Énergie (en allemand) :

L’Allemagne adopte une stratégie nationale pour l’hydrogène
La stratégie nationale pour l’hydrogène (brochure à télécharger)
L’hydrogène, élément clé de la transition énergétique

Retour en haut de page