Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne prend la tête de la Commission pour la protection du milieu marin de la mer Baltique

Svenja Schulze, ministre fédéral allemand de l'Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sécurité nucléaire

25.05.2020, Berlin: Svenja Schulze (SPD), Bundesumweltministerin, stellt in der Bundespressekonferenz Vorschläge für das geplante Konjunkturprogramm vor. Thema einer Studie, die das Ministerium bei vier Wirtschaftsforschungsinstituten in Auftrag gegeben hat, sind « sozial-ökologische Impulse » für die Konjunkturpolitik. Foto: Bernd von Jutrczenka/dpa Pool/dpa | Verwendung weltweit, © dpa Pool

07.07.2020 - Article

Le 1er juillet, l’Allemagne a pris la présidence de la Commission d’Helsinki (HELCOM) chargée de la protection du milieu marin en mer Baltique. Pendant deux ans, elle abordera les principales menaces environnementales qui pèsent sur la mer Baltique.

L’Allemagne a ainsi prévu de travailler sur l’eutrophisation (c’est-à-dire l’accumulation de nutriments dans un écosystème), les munitions immergées, les déchets marins, le bruit sous-marin et le changement climatique, qui mettent en péril les écosystèmes marins de la mer Baltique. Elle entend également améliorer la protection des espèces et des habitats marins en continuant à développer le réseau d’aires marines protégées et à œuvrer pour sa gestion efficace. L’Allemagne souhaite en effet que la relance économique post-crise sanitaire permette également de progresser sur les questions relatives à la protection des mers et à l’environnement.

La ministre fédérale de l’Environnement, Svenja Schulze, a ainsi déclaré :

Lorsque les mers sont malades, c’est une mauvaise nouvelle pour les hommes. Car un milieu marin pollué nuit à notre qualité de vie, à nos moyens de subsistance et à notre puissance économique. Au sein de la Commission d’Helsinki, je veux avant tout promouvoir une meilleure protection des espèces et des habitats marins. La relance économique engagée après la crise sanitaire ne doit pas faire l’impasse sur la protection du climat et des mers. Seuls des écosystèmes robustes peuvent résister aux interventions humaines et aux effets du changement climatique. C’est pourquoi la pertinence des futures décisions de l’HELCOM vis-à-vis du climat et de la biodiversité ainsi que leur proportionnalité seront expressément examinées.

Avec pour mot d’ordre « Ensemble pour notre mer, la Baltique », l’Allemagne s’emploiera à améliorer la protection de la mer Baltique en étroite coopération avec les autres États riverains et avec l’Union européenne. « Ensemble » se réfère notamment à une coopération approfondie avec les ONG, les associations et le monde de la recherche. L’harmonisation des objectifs de l’HELCOM avec la directive-cadre européenne relative à une stratégie maritime constituera une autre tâche importante de sa présidence. Par ailleurs, l’Allemagne souhaite renforcer les liens entre la Commission d’Helsinki et d’autres acteurs régionaux impliqués dans la zone de la mer Baltique, à l’instar du Conseil des États de la mer Baltique et de BALTFISH, la principale fédération régionale de pêche en mer Baltique. Enfin, l’Allemagne s’engagera pour une imbrication plus étroite des travaux de la Commission d’Helsinki avec les processus et objectifs mondiaux, en particulier avec les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Outre l’Allemagne, la Commission d’Helsinki réunit le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Russie, la Suède et l’Union européenne. Elle est le principal organe de la convention internationale de 1992 sur la protection de l’environnement marin dans la région de la mer Baltique contre toutes les formes de pollution terrestre, maritime et aérienne, dite convention d’Helsinki ou convention HELCOM. Les États parties à cette convention s’y sont engagées à protéger la biodiversité et les habitats marins ainsi qu’à faire un usage durable des ressources marines.

La présidence allemande de la Commission HELCOM est placée sous la conduite du ministère fédéral de l’Environnement. Les fonctions dirigeantes sont assumées par une équipe associant la Fédération et les länder riverains de la mer Baltique. Le président est ainsi issu de l’Agence fédérale de l’environnement tandis que des représentants du Schleswig-Holstein et du Mecklembourg-Poméranie occidentale assureront chacun la vice-présidence pendant un an.

Retour en haut de page