Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La bioéconomie - Une robe faite de lait

Des fibres produites à partir de déchets laitiers

Des fibres produites à partir de déchets laitiers, © Hans & Jung GbR

24.09.2020 - Article

De plus en plus d’entreprises en Allemagne recourent aux matières premières biologiques pour leur production et font preuve d’une grande imagination.

Du lait pour s’habiller

L’entreprise QMilk située à Hemmingen, près de Hanovre, produit des fibres à partir de déchets laitiers ne pouvant pas être utilisés pour l’alimentation humaine. Les fibres à base de lait sont produites sans chimie, mais avec de la cire d’abeille et du zinc. On en tisse des étoffes soyeuses, antibactériennes et adaptées aux personnes allergiques.

De la paille pour nettoyer

Comme l’alcool dissout la graisse et la saleté, il entre souvent dans la composition des détergents. Or, à partir de paille et d’autres déchets des champs, on peut obtenir du bioéthanol. La marque écologique Frosch, basée à Mayence, vend un produit de nettoyage des surfaces contenant ainsi des résidus de paille issus de l’agriculture allemande.

Des couches compostables

Un bébé a besoin d’au moins cinq couches par jour. Cela fait beaucoup de déchets et consomme beaucoup de pétrole, surtout pour la partie absorbante des couches. L’entreprise Fairwindel installée dans le Brandebourg vend des couches jetables sans produits chimiques et entièrement compostables. Seules les attaches velcro sont encore en plastique.

Des bougies en déchets graisseux

Les bougies sont constituées essentiellement de paraffine ou de stéarine. La première est obtenue à partir d’huile minérale, la seconde à partir d’huile de palme dont on sait que la culture entraîne souvent la destruction de la forêt tropicale. À Sünna, en Thuringe, l’entreprise Biokema fabrique des bougies à base de déchets graisseux provenant de restaurants et de l’industrie agroalimentaire. La graisse est purifiée afin de ne pas dégager de carbone lorsqu’elle se consume.

Des tasses en marc de café

La start-up berlinoise Kaffeeform collecte le marc de café dans les cafés avoisinants et le transforme en tasses de couleur brune pouvant passer au lave-vaisselle ainsi que des gobelets à emporter. Cette matière plastique bio est produite par moulage par injection à l’aide de fibres végétales et de résine organique.

Du vernis à ongles à base d’algues

La société Ocean Pharma de Reinbek commercialise un vernis à ongles à base de protéines de soie d’araignée et de spiruline, le principe actif des micro-algues. Ce vernis n’est pas seulement inoffensif pour l’environnement, il soigne aussi les ongles en les laissant respirant et en inhibant les germes.

© www.deutschland.de

Retour en haut de page