Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne rejoint l’alliance internationale pour la protection de la biodiversité

L'Allemagne a rejoint la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples. Celle-ci a pour objectif : placer un tiers de la surface de la Terre sous protection d'ici à 2030

L'Allemagne a rejoint la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples. Celle-ci a pour objectif : placer un tiers de la surface de la Terre sous protection d'ici à 2030, © picture alliance / Zoonar | Artur Bogacki

12.01.2021 - Article

« Nous devons redoubler d’efforts pour protéger la biodiversité. Non pas un jour, mais tout de suite », a souligné la chancelière Angela Merkel lundi dans le cadre du One Planet Summit.

A l’occasion du One Planet Summit, la chancelière Angela Merkel a exhorté lundi la communauté internationale à un sursaut pour protéger la biodiversité mondiale. « Un quart des espèces animales et végétales est menacé d’extinction », a-t-elle mis en garde par visioconférence lors de cet événement organisé à l’initiative du président Emmanuel Macron et des Nations unies. « Ces pertes dramatiques ont des conséquences graves sur notre vie et sur notre qualité de vie en tant qu’êtres humains. C’est pourquoi nous devons redoubler d’efforts pour protéger la biodiversité et les espaces naturels. Et ce non pas un jour, mais tout de suite. Et massivement. Sinon, les conséquences seront bientôt irréversibles. »   

Le One Planet Summit a réuni lundi à l'initiative de la France des dirigeants politiques et économiques, dont la chancelière Angela Merkel, à Paris et en visioconférence
Le « One Planet Summit » a réuni lundi à l'initiative de la France des dirigeants politiques et économiques, dont la chancelière Angela Merkel, à Paris et en visioconférence© picture alliance / blickwinkel/AGAMI/S. Gatto | AGAMI/S. Gatto

En pratique, Angela Merkel a annoncé que l’Allemagne rejoignait la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples. Il s’agit, sur la base d’une initiative de la France et du Costa-Rica, de placer au moins 30 % des mers et des espaces terrestres sous protection à l’horizon 2030. Une cinquantaine de pays en font désormais partie, de même que l’Union européenne (UE).

Cet élan est un jalon majeur à l’aube d’une année riche en sommets pour la préservation de l’environnement, avec en ligne de mire la 15e conférence des parties (COP 15) signataires de la Convention sur la diversité biologique (CDB), prévue à l’automne. L’objectif de celle-ci sera de fixer un cadre ambitieux pour protéger cette dernière au-delà de 2020.

L’Allemagne entend, par ailleurs, soutenir la protection de la biodiversité dans les pays émergents et en développement à travers le Legacy Landscape Fund. Angela Merkel a appelé d’autres pays à se mobiliser dans ce cadre.

A la racine de notre santé  

Un an après le début de la pandémie de coronavirus, la chancelière a aussi beaucoup insisté sur l’importance des forêts en termes de biodiversité. L’Allemagne a débloqué ces cinq dernières années cinq milliards de dollars pour protéger la forêt tropicale dans le cadre d’une initiative commune avec la Norvège et la Grande-Bretagne. Elle soutient également l’initiative française d’une Alliance pour la préservation des forêts tropicales.

« Nous devons agir de toutes nos forces pour empêcher la poursuite de la déforestation », a plaidé Angela Merkel. Car « protéger la forêt, c’est protéger la santé ».

De fait, la destruction des espaces naturels, qui pousse les espèces hors de leur habitat, accroît le risque de transmission de virus des animaux sauvages à l’homme. Le sujet était l’un des grands thèmes du sommet. On soupçonne, en effet, le nouveau coronavirus d’être le résultat d’un tel mécanisme.

Pour finir, le One Planet Summit a permis de relancer le projet, vieux de près de 15 ans, d’une « Grande muraille verte » au Sahel. Le projet associe 11 pays africains. Il vise à restaurer 100 millions d’hectares de terres dégradées de Dakar jusqu’à Djibouti pour contrer la désertification.
A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page