Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Sur la voie de la neutralité climatique

Ces 16 et 17 mars, plus de 50 ministres des Affaires étrangères et de l’Énergie ainsi que diverses délégations de haut niveau débattent de stratégies pour une transformation intelligente du système énergétique

Ces 16 et 17 mars, plus de 50 ministres des Affaires étrangères et de l’Énergie ainsi que diverses délégations de haut niveau débattent de stratégies pour une transformation intelligente du système énergétique, © Ministère fédéral des Affaires étrangères

16.03.2021 - Article

Lors du 7e Dialogue de Berlin sur la transition énergétique (BETD), divers responsables politiques et dirigeants économiques se demandent comment amener nos systèmes énergétiques à la neutralité climatique.

Le cheminement vers la neutralité climatique est la clé dans la lutte contre le réchauffement planétaire – l’objectif étant de ne plus émettre de gaz à effet de serre d’ici 2050 sans que ces émissions ne soient compensées ailleurs par l’absorption de CO2. D’importants pays industrialisés adhèrent d’ores et déjà, avec l’UE, la Chine, le Japon et la Corée, à l’objectif de neutralité climatique. Pour y parvenir, un tournant énergétique mondial s’impose. Après la pandémie de Covid-19, la politique énergétique extérieure continuera de jouer un rôle crucial dans la reprise économique.

« Tournant énergétique – vers la neutralité climatique »

Ces 16 et 17 mars, plus de 50 ministres des Affaires étrangères et de l’Énergie ainsi que diverses délégations de haut niveau en provenance de tous les continents débattent avec des représentants du secteur privé et de la société civile des stratégies pour une transformation intelligente du système énergétique. Des milliers de participants et d’auditeurs du monde entier sont également présents en ligne. Le mot d’ordre est le suivant : « Tournant énergétique – vers la neutralité climatique ». Dans son discours inaugural, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a mis l’accent sur les aspects suivants :

Le tournant énergétique doit impérativement réussir pour assurer l’avenir de notre planète. Or, jamais le soutien n’a été aussi prononcé à l’échelle internationale. Les États-Unis sont de retour sur la scène de la politique climatique. La Chine, la Corée du Sud et le Japon se sont eux aussi prononcés en faveur de la neutralité climatique. Nous devons saisir cette occasion. Avec le tournant énergétique et une ère fossile qui touche à sa fin, le monde va connaître de profonds bouleversements dans les décennies à venir. Nous devons nous y préparer. De nouvelles dynamiques vont voir le jour, et avec elles de nouvelles tensions. Voilà pourquoi nous avons besoin d’une politique énergétique extérieure visionnaire qui nous permette d’encourager la coopération et de prévenir les conflits.

Nouvelle coopération transatlantique

Parmi les intervenants participant aux conférences et aux débats, le BETD compte notamment la présidente de la Commission de l’UE Ursula von der Leyen, l’envoyé spécial du président des États-Unis John Kerry et la ministre américaine de l’Énergie Jennifer Granholm. Ainsi, les États-Unis sont représentés pour la première fois à l’échelle ministérielle lors du BETD. Depuis son entrée en fonction, le nouveau gouvernement américain met à l’honneur la politique climatique : il a réintégré l’Accord de Paris sur le climat, s’est également prononcé en faveur de l’objectif de neutralité climatique et envisage d’investir plusieurs billions de dollars dans les énergies renouvelables. En amont de la conférence sur le climat qui aura lieu à Glasgow en novembre prochain, l’Allemagne, l’UE, les États-Unis et le Royaume-Uni vont renforcer leurs démarches auprès d’autres États pour les inciter à prendre des engagements ambitieux en matière de réduction des émissions.

Les énergies renouvelables, une opportunité économique

Le tournant énergétique fait l’objet de travaux incessants aux quatre coins de la planète pour élaborer de nouvelles technologies et trouver de nouvelles solutions. L’Allemagne continue de compter parmi les pionniers dans ce domaine. Or, la mise au point d’un approvisionnement énergétique propre et efficace ne repose pas seulement sur des objectifs de protection du climat, elle est également motivée par des considérations économiques. Aujourd’hui, les énergies renouvelables sont déjà, dans la plupart des cas, la source énergétique la plus avantageuse dont nous disposions à l’échelle planétaire. En Allemagne, la transformation de la production d’électricité est bien partie pour atteindre la neutralité climatique d’ici 2040. Un autre marché d’avenir réside dans le développement de sources d’énergie à faible intensité de carbone – et tout particulièrement dans le recours aux technologies de l’hydrogène. L’hydrogène pourrait progressivement remplacer les combustibles fossiles – avec de sérieuses conséquences dans le domaine de la politique étrangère : les producteurs classiques de combustibles fossiles devront alors adapter leurs économies. De nouvelles routes commerciales et de nouveaux hubs énergétiques pourraient émerger. Sachant qu’il est possible de produire de l’hydrogène à l’aide d’énergies renouvelables partout dans le monde, les conflits autour de la répartition des ressources d’énergie pourraient disparaître. Il n’en restera pas moins nécessaire pour les États de maintenir leur réseautage afin de partager leurs connaissances et leurs technologies. Voilà pourquoi la 7e édition du BETD met l’accent sur l’hydrogène.

Plus d'informations

Dialogue de Berlin sur la transition énergétique (Berlin Energy Transition Dialogue)

Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA)

Retour en haut de page