Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Climat : Angela Merkel réaffirme les objectifs allemands et européens

Les Etats doivent réviser leurs ambitions à la hausse en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre s'ils veulent remplir les objectifs de l'Accord de Paris

Les Etats doivent réviser leurs ambitions à la hausse en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre s'ils veulent remplir les objectifs de l'Accord de Paris, © picture alliance/chromorange

23.04.2021 - Article

Invitée par le président américain, Joe Biden, à s’exprimer lors du Leaders Summit on Climate, la chancelière allemande a souligné hier que Berlin avait récemment mis en place de nouvelles mesures contraignantes pour lutter contre le réchauffement climatique.

Un grand bond en avant pour le climat ? En tout cas, l’ambition d’un nouvel élan. Le Leaders Summit on Climate a réuni jeudi et vendredi les chefs d’Etat et de gouvernement de 40 pays par visioconférence à l’invitation du président américain, Joe Biden. L’initiative signait le retour des Etats-Unis dans l’Accord de Paris, tandis que le format minimisait les émissions de CO2. Le message était clair : les Etats doivent revoir leurs ambitions à la hausse dès 2030 s’ils entendent limiter le réchauffement à moins de 2°C. La chancelière Angela Merkel a salué le « signal important » que constitue ce retour de Washington dans le concert international. Elle a mis en avant les mesures prises en Allemagne et en Europe pour parvenir à la neutralité carbone en 2050.

La chancelière Angela Merkel a participé hier avec 40 chefs d'Etat et de gouvernement au Leaders Climate Summit organisé par le président américain, Joe Biden
La chancelière Angela Merkel a participé hier avec 40 chefs d'Etat et de gouvernement au Leaders Climate Summit organisé par le président américain, Joe Biden© Gouvernement fédéral

L’Allemagne a « ouvert une voie contraignante pour parvenir à la neutralité carbone » à travers sa nouvelle loi climat, a-t-elle ainsi expliqué. Ce texte, entré en vigueur fin 2019, vise à s’assurer que le pays remplira bien ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, à l’échelle nationale et dans le cadre européen. Il impose un prix du CO2 dans les domaines qui n’y étaient pas soumis. Il promeut aussi le développement des énergies renouvelables, tandis que l’Allemagne scelle son ambition de sortir de l’ère du charbon « au plus tard en 2038 ». « Nous investissons dans les énergies renouvelables au lieu de le faire dans le charbon », a souligné la chancelière. L’année dernière, quelque 46 % de l’électricité produite en Allemagne l’a été grâce ces énergies propres.

L’UE révise ses ambitions climatiques pour 2030

A l’horizon 2030, Berlin s’est fixé pour objectif une réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport à 1990. De son côté, l’Union européenne (UE) vient de relever ses ambitions. Les Etats membres et le Parlement européen se sont accordés cette semaine sur une nouvelle loi climat contraignante. Elle prévoit une réduction nette d’au moins 55 % des émissions européennes d’ici à 2030. Jusqu’à présent, l’UE visait une réduction de 40 %. Le texte réaffirme, par ailleurs, l’objectif de parvenir à la neutralité climatique à l’horizon 2050.

Les nouvelles ambitions européennes s’inscrivent dans la droite ligne de l’Accord de Paris, qui vise à limiter le réchauffement global à moins de 2°C, et si possible à 1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle.

« Tous les grands pays émetteurs de CO2 doivent faire des efforts », a souligné Angela Merkel, en saluant les nouvelles ambitions américaines. Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), les émissions mondiales doivent fondre de 45 % d’ici à la fin de la décennie. Cela signifie qu’elles doivent être presque divisées par deux. Mais « c’est la seule manière d’être sur la bonne voie pour atteindre la neutralité carbone en 2050 », a insisté la chancelière.

Le sujet devrait ainsi rester en tête de l’ordre du jour des négociations climatiques au cours des prochains mois. La révision des engagements climatiques des Etats signataires de l’Accord de Paris doit être le principal thème de la prochaine conférence internationale sur le climat (COP26), prévue en novembre prochain à Glasgow (Royaume-Uni).

A.L.

Plus d’informations :

Office de presse et d'information du gouvernement allemand (en allemand)

Retour en haut de page