Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne accélère sa transition vers la neutralité carbone

Le nouveau gouvernement allemand entend faire d’une protection du climat renforcée une Chance

Le nouveau gouvernement allemand entend faire d’une protection du climat renforcée une Chance, © picture alliance / Zoonar | DesignIt

14.01.2022 - Article

Le ministre de l’Economie et de la Protection du climat, Robert Habeck, a présenté cette semaine ses projets pour accélérer la décarbonation de l’économie allemande. Il invite chacun à considérer la protection du climat comme une chance pour l’économie.

C’est l’un des projets phares du nouveau gouvernement allemand. Le ministre de l’Economie et de la Protection du climat, Robert Habeck, a présenté cette semaine ses projets pour accélérer la transition de l’économie allemande vers la neutralité carbone. A l’ordre du jour : l’accélération du développement des énergies renouvelables, la stabilisation des prix de l’énergie et l’exploitation du potentiel de l’innovation industrielle. Deux paquets législatifs seront votés en urgence dès 2022, le premier en avril, le second à l’été.

Tripler les efforts de réduction des émissions de CO2 

Sans nouvelles mesures, l’Allemagne aura du mal à atteindre la neutralité carbone en 2045, a constaté M. Habeck, mardi, à l’occasion d’un état des lieux. « Les mesures actuelles sont insuffisantes dans tous les secteurs. Il est prévisible que nous n’atteindrons pas nos objectifs (de réduction des émissions de gaz à effet de serre) en 2022 et en 2023. Mais nous allons entreprendre tous les efforts nécessaires pour combler ce retard ». L’objectif : tripler le rythme de réduction des émissions allemandes.  

Deuxièmement, argue Robert Habeck, la dépendance de l’Allemagne envers les pays producteurs d’énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) pèse sur la facture des consommateurs et des entreprises. Il y a dans le monde « une faim » de pétrole, de charbon et de gaz, a-t-il exposé devant le Bundestag. Cela fait monter les prix. Il faut y répondre en donnant un grand coup d’accélérateur au développement des énergies éolienne et solaire, a dit le ministre. « A moyen terme, la meilleure stratégie est de réduire notre dépendance envers les énergies fossiles ». 

Enfin, la transformation écologique est une chance pour l’économie, plaide Robert Habeck. Le ministre entend exploiter le potentiel d’innovation de l’industrie. Il souhaite, par ailleurs, explorer les réponses apportées par des technologies prometteuses, en particulier l’hydrogène.

Robert Habeck ne s’en cache pas : cette transformation « est un énorme chantier ». « Mais ce que nous entreprenons maintenant posera les fondements pour concilier demain la protection du climat et la prospérité », a-t-il dit.

Des mesures dès 2022

L’année 2022 doit marquer le début des travaux. Robert Habeck a présenté une liste des projets qu’il estime les plus urgents. Ils seront votés dans l’année, avec pour priorité le déploiement accéléré des énergies renouvelables.  

L’éolien et le solaire doivent couvrir 80% de la production d’électricité dès 2030, a indiqué le ministre. « Nous allons ancrer le principe selon lequel le développement de ces énergies relève de l’intérêt public supérieur et sert la sécurité ».  

Parmi les mesures prévues figurent l’augmentation des appels d’offres pour la construction d’éoliennes terrestres, une loi réservant 2% du territoire à l’éolien, un paquet pour l’énergie solaire ou encore une utilisation beaucoup plus systématique des toits pour l’installation de panneaux photovoltaïques. 

L’Allemagne doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 65% d’ici à 2030, c’est-à-dire dans les huit ans à venir, a souligné M. Habeck au Bundestag. Or, il faut six à huit ans pour obtenir un permis de construction pour une éolienne. « Il ne faut pas être spécialement intelligent ni avoir suivi les cours de maths à l’école pour comprendre que cela ne peut pas fonctionner ». Il faut aller « plus vite et être plus efficace. » 

Energies renouvelables et efficacité énergétique

 Une autre grande priorité sera l’efficacité énergétique des bâtiments. Avec les transports, c’est l’un des secteurs les plus en retard dans la transition énergétique. M. Habeck veut réformer la loi pour permettre au secteur d’atteindre la neutralité carbone en 2045. Il entend, entre autres, imposer un minimum de 65% d’énergie renouvelable pour toute nouvelle installation de chauffage et vise un objectif de 50% de chaleur climatiquement neutre dès 2030.  

Enfin, M. Habeck veut stabiliser les prix de l’électricité. Cela passera dans un premier temps par l’abolition de la taxe EEG, qui finance le développement des énergies renouvelables via un prélèvement sur la facture des consommateurs. Le coût de cet investissement sera dorénavant assumé par le budget fédéral.

 A.L.

En savoir plus (en allemand)


 

Retour en haut de page