Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Coronavirus : premier essai clinique en vue d’un vaccin en Allemagne

Un premier candidat vaccin contre le Covid-19 est testé cliniquement en Allemagne.

Un premier candidat vaccin contre le Covid-19 est testé cliniquement en Allemagne., © picture alliance / Eibner-Pressefoto

30.04.2020 - Article

L’entreprise BioNTech s’est associée à l’Américain Pfizer pour développer un candidat vaccin contre le Covid-19. Il est testé depuis quelques jours à Mayence.

Cinq mois après l’apparition du coronavirus SARS-CoV-2, le laboratoire BioNTech a lancé le 23 avril le premier essai clinique d’un vaccin en Allemagne. Douze volontaires sains ont reçu à Mayence (ouest de l’Allemagne) une dose de cette préparation baptisée BNT 162. Cette étude clinique vise à tester quatre candidats vaccins sur un échantillon d’environ 200 personnes âgées de 18 à 55 ans.

Selon l’Institut Paul-Ehrlich (PEI), qui a délivré l’autorisation, il s’agit d’un « jalon important » dans la recherche d’un vaccin efficace et sûr. Le BNT162 ne repose pas, comme beaucoup de vaccins, sur l’utilisation d’un antigène visant à susciter une réponse immunitaire de l’organisme (« anticorps »). Il utilise une technologie innovante basée sur l’injection d’ARN messager (« ARNm »). 

L’ARNm est une molécule qui sert d’intermédiaire entre l’ADN et les protéines qu’il code. C’est, pour ainsi dire, une « notice d’assemblage génétique » de la protéine virale.  Il cristallise actuellement les espoirs de plusieurs laboratoires à travers le monde en quête d’un vaccin contre le Covid-19. 

Premiers résultats à la fin juin

Le port du masque est désormais obligatoire en Allemagne pour prendre les transports et faire ses courses.
Le port du masque est désormais obligatoire en Allemagne pour prendre les transports et faire ses courses.© picture alliance / dpa

Le laboratoire BioNTech s’est associé au groupe américain Pfizer. L’étude doit être menée parallèlement aux États-Unis où elle est actuellement en attente d’autorisation. 

La phase 1 permettra de tester la tolérance du vaccin sur des volontaires sains. En cas de succès, la phase 2 évaluera son efficacité. 

Les premiers résultats sont attendus pour la fin du mois de juin. On saura alors si le candidat vaccin allemand peut être testé sur une cohorte plus large de plusieurs dizaines de milliers de volontaires, y compris des personnes à risque, à l’automne ou durant l’hiver. Dans ce cas, il faudra encore plusieurs mois pour voir un vaccin arriver sur le marché. 

Le chemin est long mais le lancement de cette étude est « un signal positif », a commenté le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn.

A.L.

A.L. 

Plus d’informations : 

Site de l’entreprise BioNTech (en anglais/allemand)

Office de presse et d’information du gouvernement allemand (en allemand)




Retour en haut de page