Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Sciences : les jeunes Allemands ont du talent

Le concours Jugend forscht met en valeur les talents et les compétences des jeunes Allemands en mathématiques, informatique, sciences et techniques

50. Bundeswettbewerb Jugend forscht 26.05.-30.05.2015 in Ludwigshafen im Feierabendhaus der BASF SE, © Fondation Jugend forscht e.v.

04.06.2021 - Article

Innovations techniques, programmes informatiques, mesures en vue de préserver l’environnement : les jeunes Allemands ne manquent ni de curiosité, ni de créativité pour s’attaquer aux problèmes de demain. Le concours «  Jugendforscht » récompense les plus doués.

L’un d’entre eux deviendra peut-être le nouvel Einstein. A défaut, plusieurs embrasseront sûrement une brillante carrière scientifique. Le concours « Jugendforscht » (« litt. : la jeunesse fait de la recherche) est la pépinière de talents scientifiques de l’école allemande. Il propose aux jeunes du CM1 à l’âge de 21 ans de réaliser un projet de recherche, seul ou à plusieurs. Son objectif est d’éveiller leur passion pour les sciences. Plus de 300.000 d’entre eux y ont participé depuis sa création en 1965. Ce concours couru et prestigieux a souvent constitué un jalon important dans leur construction personnelle et professionnelle. En sera-t-il de même pour les vainqueurs de l’édition 2021 ?

Les gagnants viennent d’être désignés, à l’issue d’une finale haletante retransmise en ligne. Ils ont concouru dans sept catégories : monde du travail, biologie, chimie, sciences de la Terre et de l’espace, mathématiques/ informatique, physique et techniques. 169 jeunes avaient réussi les sélections au niveau régional pour participer à la finale. Ils se sont présentés avec 113 projets différents. Des projets qui donnent une idée de l’immense réservoir de passion et de créativité scientifiques qui existe dans les salles de classes.

Jakob Nolte, un lycéen hessois âgé de 20 ans, ainsi remporté le Prix spécial de la chancelière avec un projet original de recherche en biologie. Il a voulu établir un lien entre la déperdition d’insectes et l’évolution de la flore dans sa région. Pour cela, il a cartographié cette flore avec précision pendant trois étés consécutifs. Puis il a comparé ses relevés avec la littérature, qui remontait en l’espèce jusqu’en 1887. Son constat est sans appel : il fait apparaître un appauvrissement considérable de la flore. Le jeune homme plaide dès lors pour réduire l’usage d’intrants agricoles et pour une meilleure protection de la biodiversité.

Soif d’apprendre et d’expérimenter

Plus de 300.000 jeunes ont participé au concours Jugend forscht depuis sa création, en 1965. Le lauréats concourent dans deux catégories selon qu'ils ont plus ou moins de 15 ans. L'âge limite pour participer est de 21 ans
Plus de 300.000 jeunes ont participé au concours  »Jugend forscht«  depuis sa création, en 1965. Le lauréats concourent dans deux catégories selon qu'ils ont plus ou moins de 15 ans. L'âge limite pour participer est de 21 ans© Fondation Jugend forscht e.v.

Les projets sont à l’image de la jeunesse : variés, créatifs, nourris d’une insatiable soif d’apprendre et d’expérimenter. Jan Heinemann, un lycéen de Rhénanie-Palatinat, a remporté le prix dans la catégorie Monde du travail en inventant un embout percé, comparable à une pomme de douche, pour rendre plus efficace le tuyau des véhicules de pompiers.

Dans la catégorie Biologie, Marik Müller, du Brandebourg, a trouvé une méthode pour désactiver un antibiotique et empêcher que son principe actif ne se retrouve dans la nature au risque de favoriser l’émergence de germes résistants.

En physique, Leonard Münchenbach et Leo Neff, du Bade-Wurtemberg, ont analysé la chute des confettis et trouvé une formule qui permet d’anticiper la forme qu’ils décrivent en tombant.

Tous ces talents seront sans aucun doute très recherchés pour construire le monde de demain.  »Nous avons besoin du courage et de l’esprit curieux de ces jeunes scientifiques non seulement en cette période de crise sanitaire, mais aussi pour surmonter les défis mondiaux à long terme tels que le réchauffement climatique« , a souligné la ministre allemande de l’Education et de la Recherche, Anja Karliczek, à l’issue de la finale.

A.L.

Plus d'informations (en allemand)

Retour en haut de page