Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Voyage au centre de l’intelligence artificielle 

Anna Ridler (*1985), Myriad (Tulips), 2018, 1 113 photographies annotées, couleur magnétique, aimants

Anna Ridler (*1985), Myriad (Tulips), 2018, 1 113 photographies annotées, couleur magnétique, aimants , © Anna Ridler, Photo : Emily Grundon, avec l’aimable autorisation de l’artiste

09.11.2021 - Article

Comment fonctionne l’intelligence artificielle ? À quoi sert-elle déjà dans notre quotidien ? Que pourra-t-elle demain ? Faut-il lui poser des limites ? Jusqu’au 28 août 2022, le Musée de l’hygiène de Dresde consacre une exposition à l’une des technologies clés du XXIe siècle.

C’est l’une des avancées technologiques majeures de ce début de XXIe siècle. Jour après jour, l’intelligence artificielle (IA) nous rend des services de plus en plus complexes : assistants pour les gestes de la vie quotidienne, production industrielle automatisée par des machines intelligentes, outils d’apprentissage et de formation. Mais comment cette nouvelle technologie fonctionne-t-elle au juste ? Que peut-elle ? Et comment envisager ses développements futurs ? Une grande exposition intitulée « Intelligence artificielle. Machines – apprentissage – rêves humains » fait le point au Musée de l’hygiène de Dresde. Elle est à visiter jusqu’au 28 août 2022.

Il s’agit d’une plongée en profondeur dans la technologie, son histoire, son fonctionnement et ses enjeux sociaux et anthropologiques. Le musée déploie sur plus de 800 mètres carrés une pléiade de pièces historiques, d’objets scientifiques, d’explications scientifiques et d’œuvres d’art. Ensemble, ils explorent le sujet sous tous les angles.

Le voyage débute dans les arcanes de la pensée antique. Elle a posé les jalons d’aspirations humaines fondamentales : développer des machines pour alléger le travail humain, formaliser la pensée, stimuler la créativité, encourager la soif de connaissances, voire rêver d’atteindre l’immortalité, mais aussi satisfaire aussi d’argent et de pouvoir. Comment ce cadre influence-t-il aujourd’hui notre compréhension de l’IA ?

Comme un cerveau humain… jusqu’à un certain point

Le musée invite d’abord le visiteur à comprendre comment la technologie fonctionne. Une « salle d’entraînement » lui explique les principes du développement d’une intelligence artificielle : la machine « apprend » à résoudre des problèmes à partir de données qu’on lui fait ingurgiter, en en tirant progressivement des « règles » à suivre. Plus elle aura « avalé » de données, plus elle sera capable de résoudre des problèmes fins ou complexes.

L’être humain est à l’origine de ce processus, souligne l’exposition. Une IA qui s’autonomiserait, voire qui deviendrait une menace pour l’homme relève pour l’heure de la pure science-fiction. Par ailleurs, le processus d’apprentissage d’une IA ressemble à celui d’un cerveau humain. Mais la machine ne possède ni l’empathie du cortex humain, ni sa capacité à avoir des relations sociales, ni la pensée réflexive, ni la créativité.

L’exposition consacre ensuite un chapitre important aux infrastructures matérielles qui conditionnent le développement de l’intelligence artificielle. Elle montre comment les progrès des technologies de l’information ont provoqué un bond au tournant du XXIe siècle. Le développement d’algorithmes capables d’apprendre et, simultanément, la création d’immenses masses de données grâce aux smartphones, tablettes et autres ordinateurs ont fait entrer la recherche sur l’IA dans une nouvelle dimension.

La mondialisation et le déploiement de réseaux de communication à travers toute la planète ont fait le reste. Ils ont permis aux nouvelles industries de prospérer, en exerçant une influence et un pouvoir croissants. Devenues stratégiques, ces industries font aujourd’hui l’objet d’une féroce concurrence internationale. Elles voient s’élaborer des stratégies nationales spécifiques dans différents pays.

Des innovations utiles au quotidien 

Vue de l’exposition « Intelligence artificielle » au Musée de l’hygiène de Dresde. Salle d’entraînement (de la machine)
Vue de l’exposition « Intelligence artificielle » au Musée de l’hygiène de Dresde. Salle d’entraînement (de la machine) © Musée de l’hygiène de Dresde. Photo: Oliver Killig

À la clé se trouvent de nombreux bénéfices présents et à venir pour les entreprises et pour les consommateurs. L’IA révolutionne le diagnostic médical en livrant des images en très haute résolution. Elle rend le scalpel des chirurgiens beaucoup plus précis. Elle va permettre d’individualiser le traitement médical grâce aux données génétiques ou moléculaires.

Elle ouvre aussi la perspective de la voiture autonome (une vision qui remonterait aux années 1930, selon l’exposition !) Des robots-taxis se fraient un chemin aux États-Unis et en Chine, tandis que l’Allemagne met en place des assistants à la conduite (vitesse, trajectoire, parking) et rêve de devenir un leader mondial de la voiture autonome individuelle.

Enfin, l’IA bouleverse le monde du travail en faisant entrer le « collègue robot » dans les usines. Plus largement, elle est une promesse de souplesse d’organisation et de temps libre accrus, mais elle alimente aussi une peur du déclassement et du chômage.

Quelle utilisation demain ?

Toutes ces innovations trouvent naturellement un écho positif. En Allemagne, les deux tiers des citoyens applaudissent. Cependant, l’exposition montre également le revers de la médaille, tel que l’extraction de métaux rares dans des conditions sociales et environnementales discutables pour produire les smartphones.

Elle souligne aussi la nécessité d’une réflexion pour accompagner ce développement technologique au regard de ses implications sur la sphère privée. L’IA peut mener à une société de transparence totale, avec des conséquences possibles comme la surveillance ou l’abus de procédés fondés sur des données prédictives.

« Comment voulons-nous utiliser demain les systèmes d’intelligence artificielle ? C’est une question dont il nous faut discuter », conclut l’exposition. « Car ce qui est testé et développé dans les laboratoires de recherche et les entreprises nous concerne en tant que société. Nous pouvons tirer de grands bénéfices de l’intelligence artificielle », mais « des règles du jeu claires doivent être instituées ». 

A.L.

Künstliche Intelligenz. MaschinenLernenMenschenträume

(« Intelligence artificielle. Machines – apprentissage – rêves humains »)
Exposition à visite au musée de l’hygiène de Dresde jusqu’au 22 août 2022

En savoir plus (en allemand/ anglais)

Retour en haut de page