Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Lamento pour un maestro

Le chef d’orchestre letton Mariss Jansons, qui a dirigé pendant 15 ans l’orchestre symphonique et le chœur de la Bayerischer Rundfunk (ici à Munich en 2008)

Le chef d’orchestre letton Mariss Jansons, qui a dirigé pendant 15 ans l’orchestre symphonique et le chœur de la Bayerischer Rundfunk (ici à Munich en 2008), © dpa

03.12.2019 - Article

La Bavière pleure le chef d’orchestre letton Mariss Jansons, décédé samedi à l’âge de 76 ans. Il dirigeait depuis plus de 15 ans l’orchestre symphonique et le chœur de la Radio-Télévision bavaroise.

Il était né au bord de la Baltique, mais les eaux de l’Isar lui coulaient dans les veines. Le chef d’orchestre letton Mariss Jansons est mort le week-end dernier à Saint-Pétersbourg, plongeant la Bavière dans le deuil. C’était un musicien de renommée mondiale qui a « révolutionné » son art, a déclaré le ministre-président du land, Markus Söder. Il a « été l’ambassadeur de la Bavière à travers le monde ». C’était un « grand artiste et un homme merveilleux », a souligné  Ulrich Wilhelm, intendant de la Radio-Télévision bavaroise (Bayerischer Rundfunk, BR).

Mariss Jansons a dirigé l’orchestre symphonique et le chœur de la BR de 2003 à aujourd’hui. Son contrat courait jusqu’en 2024.

Son nom reste lié à quelques grands enregistrements avec l’orchestre bavarois : Beethoven, Berlioz, Mahler, Tchaïkovski et la 13e Symphonie de Dmitri Chostakovitch qui lui a valu le Grammy Award de la meilleure direction d’orchestre à Los Angeles en 2006.

En 2007, il avait interprété avec les musiciens de Munich la Neuvième Symphonie de Beethoven et le motet « Tu es Petrus » de Palestrina au Vatican. Le concert fut retransmis par les télévisions du monde entier.

À Munich, Mariss Jansons avait également porté le projet de construction d’une nouvelle salle de concert qui est en train de voir le jour après bien des débats.

Les hommages, aujourd’hui, sont nombreux. Tous louent sa capacité de travail, sa discipline, sa précision, son « engagement absolu » pour la musique et sa passion de la transmettre aux jeunes générations.

Un registre de condoléances est ouvert à Munich. Une cérémonie devrait également se tenir dans la capitale bavaroise avant les funérailles à Saint-Pétersbourg.

« Le grand Mariss Jansons était un collègue, un professeur et un mentor incroyable », a commenté son élève et compatriote, Andris Nelsons, chef d’orchestre et maître de chapelle de l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig. « Le monde de la musique a perdu l’un de ses piliers. »

A.L.

Plus d’informations :

Bayerischer Rundfunk (en allemand)

Retour en haut de page