Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Perles d’histoire et de culture

Complexe culturel unique en son genre, l’île des musées, au centre de Berlin, vient de fêter le 20e anniversaire de son inscription au Patrimoine mondial de l‘UNESCO.

Complexe culturel unique en son genre, l’île des musées, au centre de Berlin, vient de fêter le 20e anniversaire de son inscription au Patrimoine mondial de l‘UNESCO., © picture Alliance/ chomorange

09.01.2020 - Article

Joyau culturel situé en plein centre de Berlin, l’île des musées vient de célébrer le 20e anniversaire de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle n’en finit pas d’attirer les touristes, ni de s’épanouir.

Elle accueille près de trois millions de touristes chaque année. Et ce n’est sans doute qu’un début. L’île des musées, vaste complexe architectural et culturel situé en plein cœur de Berlin, a célébré en décembre dernier le 20e anniversaire de son inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, en 1999. La date a coïncidé avec un nouvel élan donné à cet ensemble unique au monde. Depuis, l’île des musées n’en finit plus de se développer.

Elle regroupe cinq grands établissements d’art et d’histoire et huit collections qui vont des origines de l’humanité à l’époque moderne. Elle a vu le jour à partir de 1830 avec la construction par l’architecte Karl Friedrich Schinkel de l’Altes Museum (à l’époque musée Royal de Prusse). Ce parangon du classicisme architectural en Allemagne, avec sa célèbre colonnade, était alors situé en face du château royal des Hohenzollern (qui vient d’être reconstruit).

 

Puis vinrent s’ajouter, juste derrière lui, sur les rives de la Spree, le Nouveau musée (1859), l’Alte Nationalgalerie 1871), le musée Bode (1904) et finalement le musée de Pergame (1930). Celui-ci est aujourd’hui le plus visité de tous avec ses joyaux antiques grecs, romains et mésopotamiens : autel de Pergame, porte du marché de Milet, porte d’Ishtar, etc.

La Galerie James Simon, baptisée d’après l‘un des principaux mécènes historiques de musées berlinois, est le dernier-né des établissements de l’île des musées.
La Galerie James Simon, baptisée d’après l‘un des principaux mécènes historiques de musées berlinois, est le dernier-né des établissements de l’île des musées.© dpa

Tous ces musées furent l’oeuvre des plus grands architectes de leur temps dont le célèbre Friedrich August Stüler, dans le style et avec les matériaux de leur époque… Seule particularité  : ils reposent sur des milliers de pilotis de bois qui plongent jusqu’à 18 mètres dans le sol.

Malheureusement, ils n’ont pas subi l’histoire sans dommages. Victimes des combats de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils furent relégués au second plan, à Berlin-est, par la division de la ville durant la Guerre froide. Il fallut donc attendre la Réunification, en 1990, pour les voir retrouver un nouveau souffle. Mais quel souffle…

En 1999, quelques mois avant l’inscription de l’île des musées au Patrimoine mondial de l’UNESCO, la Fondation du patrimoine culturel prussien décida de lancer un vaste plan de rénovation. Sa mise en œuvre court sur plus de 25 ans… et n’est pas encore terminée. Mais elle a déjà radicalement embelli, modernisé et fluidifié le visage de l’île.

En ce début 2020, trois des cinq musées historiques ont ainsi été rénovés de fond en comble : l’Alte Nationalgalerie (2001), le musée Bode (2006) et le Nouveau musée, qui a été presque entièrement reconstruit (2009). Le musée de Pergame est en rénovation depuis plusieurs années (et partiellement fermé). Mais ce n’est pas tout.

 

Ponts jetés entre les cultures et les époques

Pour renforcer la cohérence de l’ensemble (et orienter les immenses flux de visiteurs !), un nouveau bâtiment a ouvert ses portes en juillet 2019. Conçue par l’architecte britannique David Chipperfield, la Galerie James Simon a été baptisée d’après l’un des principaux mécènes historiques des musées berlinois. D’un point de vue architectural, elle s’inscrit dans le style historique, avec ses colonnades. Mais elle confère à l’ensemble une touche de modernité claire, simple et fluide. D’un point de vue fonctionnel, elle offre un nouveau portail d’entrée prestigieux à l’île des musées. Elle donne aussi n avant-goût de la richesse de ses collections, qu’elle présente époque par époque.

A cela s’ajoute encore un parcours thématique. Baptisé « promenade archéologique », il serpente entre les différents musées. Il doit renforcer la cohérence et la fluidité de la visite en mettant tous les éléments de l’île les bâtiments de l’île en relation les uns avec les autres. D’autres nouveautés sont prévues dans le même esprit.

A.L.

Musées nationaux de Berlin (en anglais/ allemand)

Retour en haut de page