Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne met à l’honneur les survivants de l’Holocauste

Angela Merkel : Chacun de ces portraits est un appel qui nous est adressé à défendre l'humanité

Angela Merkel : « Chacun de ces portraits est un appel qui nous est adressé à défendre l'humanité », © dpa

22.01.2020 - Article

À l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, le musée de la Ruhr, à Essen, expose 75 portraits de rescapés réalisés par le photographe Martin Schoeller.

Ils sont octogénaires, nonagénaires. Mais leurs pupilles étincellent de vie. Leur regard, intense, nous transperce. Direct, il nous interpelle. Droit dans les yeux.

Extrait de l'exposition Survivors - Faces of Life after the Holocaust, exposé au Zollverein, à Essen, jusqu'au 26 avril dans le cadre du 75e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz
Extrait de l'exposition « Survivors - Faces of Life after the Holocaust », exposé au Zollverein, à Essen, jusqu'au 26 avril dans le cadre du 75e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz© dpa

75 ans après la libération du camp d’Auschwitz, 75 survivants de l’Holocauste ont posé devant l’objectif du photographe allemand Martin Schoeller. Le musée de la Ruhr, à Essen (ouest de l’Allemagne), expose leurs portraits pour la première fois au monde. L’exposition, intitulée « Survivors. Faces of Life after the Holocaust » (Survivants. Les visages de la vie après l’Holocauste), ouvrait ses portes aujourd’hui.

Le projet est le fruit d’une coopération entre la Fondation allemande pour l’art et la culture de Bonn et l’Institut international pour la mémoire de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem. Martin Schoeller, célèbre pour ses clichés d’Angela Merkel, Barack Obama ou Taylor Swift, est allé à la rencontre de survivants de la Shoah en Israël l’été dernier. Il s’est assis longuement avec chacun d’eux. Il a pris le temps d’écouter leur histoire. Puis il les a portraiturés avec un soin extrême.

« Je suis né en Allemagne », explique ce new-yorkais d’adoption. « À l’école, on nous a sans cesse parlé de l’Holocauste. J’ai grandi avec le sentiment d’une dette incroyable pesant sur nos épaules. Cela m’a amené à me poser sans cesse des questions sur mon identité. Comment des gens de mon propre pays ont-ils pu commettre des crimes aussi impensables ? ».

À l’heure où l’Allemagne et l’Europe connaissent une recrudescence du racisme et de l’antisémitisme, Martin Schoeller se sent « une lourde responsabilité » de s’opposer au phénomène et de maintenir vivante la mémoire.

Un appel à défendre l’humanité contre la haine de l’autre

C’est aussi ce que souligne Angela Merkel. « Chacun de ces portraits est un appel qui nous est adressé à défendre l’humanité », a dit la chancelière, qui a inauguré l’exposition hier. Un appel « à ne pas se taire ni détourner le regard lorsqu’une personne est agressée, humiliée et blessée dans sa dignité ».

« Personne ne peut mesurer la souffrance » des victimes, a-t-elle ajouté. Et c’est « presque un miracle » de voir aujourd’hui renaître la vie juive en Allemagne. Mais « chaque récit que nous entendons, chaque souvenir que nous lisons, chaque photo que nous voyons, chaque lieu de mémoire que nous visitons nous fait prendre conscience de notre responsabilité » de transmettre la mémoire.

Après Essen, où l’exposition se visite jusqu’au 26 avril, les portraits de Martin Schoeller voyageront à l’étranger. Ils sont aussi rassemblés dans un livre pour faire perdurer la mémoire à travers les générations.

Ils rappellent que la barbarie nazie a tué en Europe six millions de juifs, dont 1,1 de million de victimes, principalement juives, dans le seul camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz. La libération de ce dernier, le 27 janvier 1945, sera commémorée demain à Jérusalem en présence du président allemand, Frank-Walter Steinmeier. Ce dernier se rendra également aux commémorations organisées au mémorial d’Auschwitz, en Pologne, lundi 27 janvier.

A.L.

« SURVIVORS. Faces of Life after the Holocaust »
Exposition au Zollverein, Musée de la Ruhr, à Essen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) jusqu’au 26 avril 2020

Plus d’informations (en allemand et anglais)

Retour en haut de page