Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La Berlinale se renouvelle

Welket Bungué dans Berlin Alexanderplatz, adaptation du roman éponyme d’Alfred Döblin par Burhan Qurbani

Welket Bungué dans « Berlin Alexanderplatz », adaptation du roman éponyme d’Alfred Döblin par Burhan Qurbani, © Wolfgang Ennenbach/ 2019 Sommerhaus/eOne Germany

31.01.2020 - Article

Les nouveaux directeurs du festival, Mariette Rissenbeek et Carlo Chatrian, ont présenté cette semaine le programme de la 70e édition. Elle débutera le 20 février.

Un peu moins de films engagés dans la officielle compétition, mais l’ouverture d’un second concours récompensant le courage « esthétique et structurel ». Pas de titre général, mais des films qui invitent à la prise de conscience. La première Berlinale sans Dieter Kosslick, son iconique directeur pendant 18 ans, se pare d’un parfum de nouveauté sans perdre son identité. Le programme a été dévoilé mercredi, à trois semaines de l’inauguration, le 20 février.

Le film du Canadien Philippe Falardeau «  My Salinger Years  » ouvrira les débats. Il sera présenté lors de la soirée d’inauguration dans la catégorie Special Gala. Il s’agit d’une plongée dans le New York littéraire des années 1990 à travers les yeux d’une jeune écrivaine (interprétée par Sigourney Weaver). Cet inconditionnelle de J.D. Salinger se met au service du célèbre écrivain en tant qu’assistante et agente littéraire. Elle découvre tout un univers.

Compétition officielle

Dix-huit longs métrages sont engagés dans la compétition officielle, dont deux films allemands. Il s’agit de « Berlin Alexanderplatz », nouvelle adaptation du roman éponyme d’Alfred Döblin par le réalisateur germano-afghan Burhan Qurbani, et de « Undine  », le nouveau film de Christian Petzold (une co-production franco-allemande).

À l’affiche, on trouve également deux films français : « Effacer l’historique » de Benoît Delepine et « Le sel des larmes » de Philippe Garrel. Et plusieurs productions attendues comme « The Roads Not Taken » de Sally Potter avec Javier Bardem, Elle Fanning et Salma Hayek, ou bien « Schwesterlein  » des Suissesses Stéphanie Chuat et Véronique Reymond. Six films, au total, sont l’œuvre de réalisatrices et quatre celle de duos de réalisateurs. L’Ours d’or sera décerné le 29 février.

Tous les grands noms à l’affiche ne sont cependant pas engagés dans la compétition officielle. Nombreux sont ceux qui animeront la section Special Gala. On y découvrira, par exemple, le dernier film de Johnny Depp, une série documentaire sur Hillary Clinton, le film « Pinocchio » avec Roberto Benigni et le nouveau film des studios Pixar, « En avant » («  Onward  »).

Mariette Rissenbeck et Carlo Chatrian, les nouveaux directeurs de la Berlinale
Mariette Rissenbeck et Carlo Chatrian, les nouveaux directeurs de la Berlinale© Alexander Janetzko/ Berlinale 2019

Les 340 films en compétition (sélectionnés parmi 6.800 productions) offrent un « voyage épique et excitant », s’est félicité l’Italien Carlo Chatrian. Le nouveau directeur de la Berlinale, qui partage sa fonction avec la Néerlandaise Mariette Rissenbeek, reconnaît que beaucoup de films montrent « la face sombre de l’être humain ». Mais, dit-il, « c’est peut-être parce que les films que nous avons choisis jettent un regard plutôt désillusionné sur le présent, non pour faire peur, mais pour nous ouvrir les yeux ».

A.L.

Plus d’informations :

Berlinale, site officiel du Festival international du film de Berlin (en anglais/ allemand)

Retour en haut de page