Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Quand Berlin fait son cinéma

Le tapis rouge de la Berlinale. Le 70e Festival international du film de Berlin ouvre ses portes ce soir

Le tapis rouge de la Berlinale. Le 70e Festival international du film de Berlin ouvre ses portes ce soir, © Richard Hübner © Berlinale 2014

20.02.2020 - Article

La 70e Berlinale ouvre ses portes ce soir sur la Potsdamer Platz. 340 films sont à l’affiche jusqu’au 1er mars. Dix-huit sont en compétition pour l’Ours d’or.

Le tapis rouge est déroulé… Faites entrer les artistes ! Le 70e Festival international du film de Berlin débute ce soir au Palais des festival de la Potsdamer Platz par une soirée de gala. Elle sera animée comme il se doit par une pléiade de vedettes. On attend Sigourney Weaver, Javier Bardem, Salma Hayek, Johnny Depp, Elle Fanning, les Allemands Nina Hoss et Lars Eidinger. Et une invitée moins attendue : l’ancienne candidate démocrate à la présidence des États-Unis Hillary Clinton. La soirée sera le coup d’envoi de dix jours de plaisir et de découverte pour les cinéphiles.

Près de 340 films sont à l’affiche. Dix-huit sont engagés dans la compétition officielle pour remporter l’Ours d’Or. Tous ont été soigneusement sélectionnés parmi 6.800 productions par le nouveau directeur artistique de la Berlinale, Carlo Chatrian. Le réalisateur italien partage depuis cette année la direction de la Berlinale avec la Néerlandaise Mariette Rissenbeek. Ils succèdent à l’Allemand Dieter Kosslick qui a « régné » sur la Berlinale pendant 18 ans.

La première Berlinale de l’« après Dieter Kosslick » semble avoir encore assez peu changé. Le festival berlinois, l’un des événements majeurs du 7e art avec Cannes et Venise, garde le même souci de refléter les problématiques et les thématiques de son époque. Il soigne cette identité politique, voire engagée. Il accueille, par exemple, cette année dans la sélection officielle « There is no evil  », dernier film de l’Iranien Mohammad Rasoulof (condamné à de la prison en Iran), ou le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov. Hillary Clinton doit, quant à elle, sa présence à la présentation de la série documentaire « Hillary », qui lui est consacrée.

Sigourney Weaver et Margaret Qualley dans le film « My Salinger Years » de Philippe Falardeau, présenté en ouverture de la 70e Berlinale
Sigourney Weaver et Margaret Qualley dans le film « My Salinger Years  » de Philippe Falardeau, présenté en ouverture de la 70e Berlinale© Micro-scope

Le premier film à l’affiche est le long-métrage de Philippe Falardeau « My Salinger Years ». Présenté ce soir en ouverture des débats, il offre une plongée dans le New York littéraire des années 1990 à travers les yeux d’une jeune écrivaine devenue l’assistante et agente littéraire de l’écrivain J.D. Salinger.

A.L.

Plus d’informations :

Site web de la 70e Berlinale (en anglais/ allemand)

Et issu de nos précédentes éditions :

La Berlinale se renouvelle (en français)

Retour en haut de page