Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Christo, l'emballeur du Reichstag, tire sa révérence

L‘artiste Christo

L‘artiste Christo, © dpa

02.06.2020 - Article

« Poète de l’espace », « maître de l’éphémère »… les esthètes pleurent l’artiste plasticien Christo, qui s’est éteint dimanche à quelques jours de son 85e anniversaire. Ce virtuose de l’emballage monumental avait fait sensation en métamorphosant le Pont-Neuf avec son épouse Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née comme lui le 13 juin 1935 et décédée en 2009. Mais c’est en Allemagne que ce couple d’artistes réalisa son grand œuvre: l’empaquetage éphémère du Reichstag, qui attira en 1995 près de 5 millions de visiteurs.

Berlin est alors un chantier à ciel ouvert. Les plus grands architectes d’Europe s’y pressent. Après la réunification, il a été décidé que la ville redeviendrait la capitale de l’Allemagne unie et que le parlement allemand réintègrerait le Reichstag. C’est durant la rénovation de ce dernier que Christo convainc le gouvernement fédéral d’avaliser son projet (il avait proposé l’idée dès 1972 !).

En juin 1995, 90 grimpeurs et 120 assembleurs emmaillotent le Reichstag dans 100.000 mètres carrés de toile en polypropylène recouverte d’aluminium. Christo et Jeanne-Claude supervisent les opérations depuis le toit. Il s’agit de l’installation la plus colossale jamais conçue par le couple. Le Reichstag, monument à l’histoire jusqu’alors tragique, rayonne dans un écrin qui « cache pour mieux révéler ». Il semble flotter dans un halo de lumière.

En 1995, Christo et son épouse Jeanne-Claude avaient fait sensation en empaquetant le bâtiment du Reichstag à Berlin
En 1995, Christo et son épouse Jeanne-Claude avaient fait sensation en empaquetant le bâtiment du Reichstag à Berlin© dpa

Les visiteurs affluent pour découvrir cette installation spectaculaire, qui donne une image plus gaie et moderne de Berlin et de l’Allemagne. Pour la contempler à loisir, ils organisent des piques-niques et des concerts sur les pelouses entourant l’édifice. Le démontage commence deux semaines plus tard. Conformément à la volonté des artistes, tous les matériaux sont ensuite recyclés.

L’emballage du Reichstag « a été aussi un moment très fort de l’unité allemande, qu’il a marquée de son empreinte », a estimé l’ancien ministre français de la Culture Jack Lang, jadis sollicité par Christo pour évoquer le projet avec le chancelier Helmut Kohl.

La portée symbolique de l’œuvre est aussi personnelle. Né Christo Vladimirov Javacheff en Bulgarie, Christo a fui le communisme en 1957. Il s’est réfugié aux États-Unis, où il a demandé sa naturalisation. La toile enveloppant le Reichstag panse les plaies non seulement de l’Allemagne, qui se ressoude après plusieurs décennies de division, mais aussi les déchirures de sa propre histoire.

Une exposition consacrée à la période parisienne de l’œuvre de Christo devait être inaugurée le 16 mars au Centre Pompidou. En raison de l’épidémie de Covid-19, elle ouvrira finalement ses portes le 1er juillet 2020. L’ultime projet de l’artiste, l’empaquetage de l’Arc de Triomphe dont il rêvait depuis 1962, devrait voir le jour à titre posthume en 2021.

Retour en haut de page