Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : consumée, la nature enflamme l’art

Julius von Bismarck- Fire with Fire, 2020

Julius von Bismarck- Fire with Fire, 2020. Courtesy the artist; alexander levy - Berlin; Sies+Höke, Düsseldorf and Marlborough Gallery, London/New York © the artist / VG Bild-Kunst, Bonn 2020, © the artist / VG Bild-Kunst, Bonn 2020

06.10.2020 - Article

Les catastrophes naturelles changent-elles notre regard sur la « nature » ? L’artiste allemand Julius von Bismarck a plongé sa caméra au cœur des incendies de forêt pour le savoir. Une exposition flamboyante à visiter à Bonn jusqu’au 24 janvier 2021.

Qu’est-ce que la nature ? Nous sommes-nous posé la question ? Nous n’en percevrons pas la même chose assis dans notre canapé devant un documentaire ou ballotés par les flots au milieu de l’océan. Enflammés par la plume du poète ou édifiés par le regard froid du scientifique. De la nature, nous avons une conception artificielle, explique l’artiste Julius von Bismarck. Une conception héritée de l’industrialisation, mais aussi emprisonnée dans le ciment des mots. Les images ont-elles le pouvoir  de nous en guérir ? De modifier notre perception ? C’est le pari de cet arrière-arrière-arrière-petit neveu du chancelier Bismarck (1815-1898) qui s’est fait un prénom en tant que metteur en scène de la nature. Après avoir exposé l’an dernier à Paris, Julius von Bismarck présente à la Bundeskunsthalle de Bonn une exposition impressionnante.

Julius von Bismarck expose à Bonn

Elle s’intitule « Feuer mit Feuer » (litt. : « le feu avec le feu ») et se visite jusqu’au 24 janvier 2021. Son thème : le feu. Bismarck a plongé sa caméra dans des brasiers aux quatre coins de la planète pour en faire l’expérience. Le feu ravage la forêt de l’Australie à la Californie et du Brésil à la Sibérie. Il est destructeur et purificateur. Mais avant tout, il est beau.

Bismarck recrée cette beauté puissante et sans limite qui suscite l’émotion. Formé à l’informatique et à la communication visuelle à Berlin et à New York, l’artiste de 37 ans fait crépiter d’immenses lames de feu au ralenti sur des écrans géants plongés dans la pénombre. Il les double par symétrie. Elles deviennent deux flammes symétriques qui s’élancent vers le ciel et nous emportent dans une magnificence purificatrice. Quel spectacle !

D’aucuns penseront aux taches d’un test de Rorschach. À raison. L’artiste s’est inspiré de leur esthétique. Tout comme il fait allusion à Gaston Bachelard, le philosophe français, qui notait dans sa « Psychanalyse du feu » que nulle part on n’est autant enclin à la rêverie que devant la flamme d’une chandelle.

La nature et nous

Julius von Bismarck - Punishment #6, 2011
Julius von Bismarck - Punishment #6, 2011 (Video still)Courtesy the artist and alexander levy, Berlin © the artist / VG Bild-Kunst, Bonn 2020© the artist / VG Bild-Kunst, Bonn 2020
Julius von Bismarck veut ouvrir un espace à la réflexion. Aucun élément ne domine plus notre univers mental, intellectuel que le feu, semble-t-il indiquer. Destructeur, purificateur, il a inspiré mythes, histoires et rituels. Il n’y a pas de civilisation sans le feu. En témoignent huit reproductions en céramique qui ponctuent l’exposition : des statues rituelles créées pour des cérémonies liées au feu, découvertes à travers le monde.

Julius von Bismarck entend faire émerger par l’expérimentation une vision contemporaine de la nature. « Je tire mon inspiration de la science et je travaille comme artiste », dit-il. Il est en quête de nouvelles formes de perceptions qui font résonner la puissance des forces naturelles. Il cherche, par des images inédites et à couper le souffle, à ouvrir de nouvelles perspectives. À Rio de Janeiro, il s’est photographié fouettant la mer (« Punishment ») : une illustration de l’ambivalence humaine de l’orgueil et de la petitesse. Au Venezuela, il a tiré des fusées pour faire tomber la foudre : une manipulation des forces naturelles. En Irlande et en Floride, il a filmé des ouragans : passées au ralenti, les images font ressentir la douce caresse du vent sur les arbres et les flots.

A.L.

Julius von Bismarck, « Feuer mit Feuer »
Exposition à la Bundeskunsthalle de Bonn jusqu’au 24 janvier 2021

Plus d’informations :

Musée de la Bundeskunsthalle (en allemand/ anglais)

Retour en haut de page