Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Quoi de neuf dans les librairies allemandes ?

Que lisent les Allemands en 2021 ?

Que lisent les Allemands en 2021 ?, © picture alliance / Zoonar | lev dolgachov

19.03.2021 - Article

Que lisent les Allemands en ce nouveau printemps confiné ? Que dévorent les critiques littéraires ? Quelles nouveautés se vendent dans les librairies ? Quelques idées de lecture éclectiques pour germanophones curieux.

Jochen Hörisch, « Hände, eine Kulturgeschichte  » (Ed. Hanser, 2021)

La poignée de main symbolisait la paix, preuve que les deux parties étaient venues sans armes. Nous en voilà privés par la pandémie. Mais la disparition de ce rituel central de la vie sociale est peut-être l’occasion de réfléchir à la place qu’occupent les mains dans notre culture. C’est que fait avec brio et érudition le professeur de germanistique et spécialiste des médias Jochen Hörisch dans cette « Histoire culturelle des mains ». On y découvre que cette extrémité qu’Aristote qualifiait d’« outil des outils »  est bien plus qu’une partie du corps. De la « main de Dieu » à la « main invisible du marché », en passant par la « faute de main » sur un terrain de football ou les « Souffrances du jeune Werther » de Goethe, il explore tous les registres, réels et symboliques, associés aux mains. Les mains « donnent la vie » ou « prennent la vie », résume-t-il au terme d’un époustouflant voyage au cœur de la littérature, du cinéma, de la linguistique et de la philosophie. De quoi redonner toute leur place à la main et aux tâches manuelles ?

Coronavirus - Lockerungen Buchhandel - Leipzig
Coronavirus - Lockerungen Buchhandel - Leipzig© dpa-Zentralbild
Christian Kracht
, « Eurotrash » (Ed. Kiepenheuer und Witsch, 2021)

L’écrivain et journaliste suisse est connu pour sa discrétion dès lors qu’il est invité à parler de lui. Qui aurait pensé qu’il se lancerait dans l’autofiction ? C’est pourtant ce que fait Christian Kracht dans son sixième ouvrage, «  Eurotrash ». L’auteur-narrateur, dandy globetrotter, se rend chez sa mère au bord du lac de Zurich. Malade et usée, droguée au cocktail médicaments-vodka-presse people, elle incarne à ses yeux une forme de déchéance. Mais les voilà partis pour un voyage commun à travers la Suisse. Le livre se transforme alors en un road-movie, qui est en même temps un exercice mémoriel habile et parodique, dont le ton rappelle Thomas Bernhard. L’auteur-narrateur revisite non seulement les traumatismes d’une enfance maltraitée et les fissures de la façade parentale, faite de goût du luxe et de désir d’ascension sociale, mais aussi toute l’histoire de sa famille à l’époque du nazisme. Un livre qui trouble et interroge.

Ulrich Peltzer, « Das bist du » (Ed. S. Fischer, 2021)

Ulrich Peltzer part sur les traces de son propre moi avant l’élan qui l’a fait écrivain. Les scènes se succèdent comme au cinéma avec toujours la même question en filigrane : dans quelle fiction avons-nous vécu ? Une femme apparaît assise à une table, dans un bar. L’auteur est attiré vers elle, comme par un aimant contre le lequel il ne peut pas lutter. Il traverse la pièce comme un somnambule. Et le voilà revenu au point de départ, dans le Berlin-Ouest du début des années 1980, sous la neige, à une époque où la Potsdamer Platz n’était qu’un terrain vague hérissé de barbelés. Qu’y avait-il au commencement ? Les choses auraient-elles pu prendre un autre visage ? Tel est le fil rouge de ce roman qui évoque les dangers de la liberté, la cool-attitude ou encore les élans euphoriques d’une époque devenue étrangère. Ce qui reste ? L’écriture. Et la conviction que derrière chaque mot et chaque image il y a un monde qui attend de naître.

Markus Rex, « Eingefroren am Nordpol  » (Ed. Bertelmann, 2020)

Le 20 septembre 2019 débutait la plus grande expédition scientifique de tous les temps en Arctique. Le navire allemand « Polarstern  » (« Etoile polaire ») quittait le port de Tromsö en Norvège et faisait route en direction du Pôle Nord pour se laisser emprisonner pendant plusieurs mois dans les glaces. A bord, des scientifiques de 19 pays ont coopérer pendant un an pour recueillir des données destinées à la recherche sur le changement climatique. Comment prépare-t-on une telle expédition ? Comment s’est passée la vie à bord ? Quelles impressions si loin de la « civilisation »  Quels enseignements scientifiques ? Quel impact de la pandémie ? Markus Rex, le directeur de l’expédition, fait le récit de cette aventure scientifique et humaine.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page