Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Exposition : tenue correcte exigée

A Augsbourg et sur Internet, l'exposition Tenue correcte exigée. La mode des grandes occasions depuis 1770 propose un formidable voyage à travers plus de trois siècles de codes vestimentaires.

A Augsbourg et sur Internet, l'exposition « Tenue correcte exigée. La mode des grandes occasions depuis 1770 » propose un formidable voyage à travers plus de trois siècles de codes vestimentaires. , © picture-alliance/ dpa | Maxppp Jarry

26.03.2021 - Article

« Seconde peau », carapace ou ornement, le vêtement est notre allié dans les rapports sociaux. Depuis toujours, son choix répond à des codes bien précis, qu’il s’agisse de la mode, de la bienséance ou de l’étiquette. Une exposition nous en raconte l’histoire.

Se marier en blanc, symbole de pureté morale et religieuse, n’a pas toujours été la norme. Du milieu du XIXe au début du XXe siècle, il était fréquent, en Allemagne, de se marier en noir, coiffée d’un voile blanc. De même, les jeunes garçons n’ont pas toujours gambadé en culottes courtes : autrefois, on les habillait aussi avec des robes, par souci pratique. L’histoire du vêtement réserve bien des surprises ! C’est un univers étonnant, avec des codes changeants, dont le Schaetzlerpalais d’Augsbourg (Bavière) nous propose aujourd’hui de découvrir les clés. L’exposition se visite aussi en ligne. « Tenue correcte exigée » !... c’est son titre.

Le Schaetzlerpalais nous présente l’évolution des vêtements portés lors des occasions spéciales (bals, mariages, baptêmes, etc.) de 1770 à nos jours. Des vêtements masculins, féminins, enfantins et des vêtements de poupée s’y montrent sous le regard hautain ou amusé de hauts portraits issus des collections du musée. Les étoffes proviennent principalement de l’imposante collection privée du designer Ralf Schmidt, de l’Université de Trèves. Les 19 toiles n’ont, pour certaines, jamais été exposées au grand public.

Le vêtement des grandes occasions depuis 1770

Mode enfantine, XIXe siècle
Mode enfantine, XIXe siècle© picture alliance / akg-images | akg-images

C’est un voyage dans le temps. Avec un étonnement certain, le visiteur de trouve plongé dans le quotidien d’une dame de la bonne société des années 1870-1880. Il découvre qu’il lui fallait sans cesse changer de tenue – jusqu’à cinq fois par jour ! - pour répondre aux usages et à l’étiquette.

Un premier habillage avait lieu au lever, pour enfiler une robe d’intérieur légère. Un deuxième était prévu à midi pour revêtir d’une tenue de sortie en laine ou en soie, un peu plus serrée à la taille. Un troisième agrémentait la promenade de l’après-midi, où l’élégance de la soie brodée, du chapeau et des gants était de mise. Puis le soir, la grande dame enfilait une tenue de soirée pour une réunion en société. Ou mieux : pour un bal !

L’exposition explore avec gourmandise le rituel du bal, popularisé par Louis XIV et indémodable. Du XVIIIe à nos jours, la danse y occupe une place privilégiée, tout comme la robe ou le costume.

Traîne ou crinoline, décollé, éventail : il suffit de penser à la série « Sissi » sur le grand écran pour imaginer ce qu’a pu être la magnificence de cette tradition aux siècles passés. Sans parler des bonnes manières, que les demoiselles se devaient de respecter pour espérer trouver un bon parti ! Le vêtement de mode reflète toujours une certaine vision de la femme, montre l’exposition. Le dialogue entre l’habit et les portraits se fait ici particulièrement éloquent.

Après le bal, vient l’heure du mariage, mais aussi celle des tenues d’enfant et de la mode. L’exposition retrace une histoire qui n’est pas terminée. Elle nous ramène au XXIe siècle. Et elle nous invite peut-être à découvrir aussi une autre exposition, qui est présentée au Musée Arp, à Remagen, près de Bonn (actuellement fermé en raison de la pandémie). Son thème constitue un prolongement pour la réflexion : « Luxe et glamour, l’obstination du superflu ».

A.L.

Tenue correcte exigée, La mode des occasions particulières de 1770 à aujourd’hui

Schaetzlerpalais, Augsbourg, jusqu’au 27 juin 2021-03-26

Luxe et glamour, l’obstination du superflu

Musée Arp, Remagen, jusqu’au 24 mai 2021

Plus d’informations :

Visitez l'exposition en ligne (en allemand)

 

Retour en haut de page