Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Art : Erich Heckel dans tous ses états

L'artiste expressionniste allemand Erich Heckel (1883-1970)

L'artiste expressionniste allemand Erich Heckel (1883-1970), © picture-alliance/ dpa | DB

30.03.2021 - Article

A l’occasion du cinquantenaire de sa mort, le musée Buchheim consacre au peintre expressionniste allemand Erich Heckel (1883-1970) une vaste rétrospective. Elle révèle un artiste empathique, fin psychologue et lettré.

Situé dans le cadre idyllique du lac de Starnberg, près de Munich, le musée Buchheim propose de redécouvrir l’artiste expressionniste Erich Heckel (1883-1970). A l’occasion du cinquantenaire de sa mort, il lui consacre une rétrospective d’une rare profusion, intitulée « Erich Heckel, empathie et expression ». Seize tableaux et pas moins de 380 œuvres graphiques s’y trouventréunis grâce à une donation du collectionneur Hermann Gerlinger. Ilspermettent de suivre le parcours créatif de l’artiste année après année, de 1903 à 1968. Ils dessinent le portrait d’un homme sensible, empathique, fin psychologue et fin lettré.

A l’avant-garde de la modernité

Erich Heckel (1883-1970), 'Blankenese'
 Erich Heckel (1883-1970), 'Blankenese'© picture alliance / akg-images | akg-images

La création des années 1905-1913 constitue le temps fort de l’exposition, avec près de 200 œuvres exposées. De fait, Erich Heckel, co-fondateur du mouvement « Die Brücke  », est célèbre pour son travail à l’avant-garde de l’expressionnisme allemand aux côtés de Fritz Bleyl, Ernst Ludwig-Kirchner et Karl Schmidt-Rottluff. L’éventail est large : toiles monumentales, dessins pris sur le vif aux formes simplifiées, compositions en contraste utilisant de vastes aplats de couleurs. Les quatre compères, d’abord étudiants en architecture, avaient pour principe de refuser l’académisme et les longues séances de pose. Leur mot d’ordre était tout en énergie et en spontanéité : le « nu en un quart d’heure ».

 

La contribution d’Erich Heckel à la modernité picturale allemande se dégage ainsi très nettement. Elle apparaît, en particulier, à travers la gravure sur bois, qui a influencé le groupe « Die Brücke  » et l’a occupé toute sa vie. L’exposition montre aussi le dialogue qui s’est instauré entre les différents genres abordés par l’artiste (dessin, aquarelle, gravure, peinture) et la manière dont ces différentes approches se sont fécondées réciproquement dans son travail. Elle aborde tous les grands thèmes de l’œuvre : le portrait, les nus en ateliers, les scènes de cirques et de cabaret, les allusions littéraires.

Pépites

Erich Heckel a illustré peu d’œuvres littéraires. Mais la littérature a occupé une grande place dans sa vie et dans sa création, dévoile l’exposition. Etudiant, il se rêvait d’ailleurs écrivain plutôt que peintre. Toute sa vie, la littérature l’a inspiré. Il a reçu de Nietzsche l’élan révolutionnaire, appris d’Oscar Wilde la confrontation avec la souffrance humaine, approfondi auprès de Dostoïevski sa réflexion psychologique et trouvé chez Hölderlin l’envie de découvrir une force transcendante derrière les phénomènes naturels.

En arpentant les deux grandes salles de l’exposition, quelques pépites attirent le regard. C’est le cas des œuvres de jeunesse, qui sont pourtant des oiseaux rares. Le musée dévoile huit gravures sur papier datant de cette période, ainsi que la toute première gravure sur bois de l’artiste, intitulée « Über den Hügel  » (1903). Un dessin représentant la femme de l’artiste,Siddi Riha, enveloppée dans une couverture sur une plage de la mer Baltique le 1er août 1914, est un autre clou de l’exposition. Il concentre en quelques coups de crayon la gravité de l’heure.

Mobilisé en tant que soldat sanitaire dans les Flandres lors de la Première Guerre mondiale, Erich Heckel n’a pas interrompu son travail, croquant des scènes du front. Plus tard, les nazis lui ont imposé une période de silence et d’« émigration intérieure » en rangeant son œuvre dans la catégorie de l’« art dégénéré ». Mais il a été réhabilité après la guerre. Devenu professeur à Karlsruhe de 1949 à 1955, il a beaucoup voyagé durant la dernière partie de sa vie.


A.L.

Erich Heckel, « Einfühlung &Ausdruck »

(Erich Heckel, « Empathie et expression »)

Exposition au Musée Buchheim, en bordure du lac de Starnberg (près de Munich) jusqu’au 6 juin 2021.

Musée provisoirement fermé en raison de la situation sanitaire.

Plus d'informations

 

Retour en haut de page