Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

À Essen, le musée Folkwang fête son centenaire

Des toiles du peintre Gerhard Richter exposées au musée Folkwang (2017)

Des toiles du peintre Gerhard Richter exposées au musée Folkwang (2017), © picture alliance / Caroline Seidel/dpa | Caroline Seidel

01.02.2022 - Article

Sa collection a été fondée en 1902 par un mécène avant-gardiste qui voulait mettre l’art moderne à la portée de tous. Aujourd’hui, le musée Folkwang est l’un des plus célèbres musées d’Allemagne. Établi à Essen depuis 1922, il fête cette semaine son centenaire.

En 1932, Paul J. Sachs, l’un des fondateurs du Museum of Modern Art de New York, l’avait décrit comme « le plus beau musée du monde ». En 2019, il a été couronné « musée allemand de l’année ». Le musée Folkwang d’Essen est un phare culturel au cœur du bassin de la Ruhr. Sa prestigieuse collection d’art des XIXe et XXe siècles rayonne dans le paysage culturel allemand et à l’international. Son ouverture d’esprit est une source d’inspiration pour beaucoup. Il fête cette semaine son centenaire.

Karl Ernst Osthaus, le pionnier

Son histoire commence au tournant du XXe siècle dans l’esprit d’un mécène allemand, Karl Ernst Osthaus (1974-1921). Ce fils d’un banquier de Hagen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) nourrit l’ambition de créer un musée pour héberger la collection familiale d’histoire naturelle. Mais très vite Osthaus, passionné par les  impressionnistes français, songe à créer un musée d’art. Le musée Folkwang voit le jour à Hagen en 1902. La décoration intérieure, dans le style de l’Art nouveau, est signée par l’artiste belge Henry Van de Velde.

Le nom choisi, « Folkwang », se réfère aux Eddas. Le célèbre poème épique de la mythologie nordique évoque la « Folkwangar » (« Volkshalle », litt. grande salle du peuple), palais de la déesse Freyja. Karl Ernst Osthaus s’en inspire pour créer un temple de l’art ouvert à tous. Il en est persuadé : « sans le concours de l’art, les questions essentielles de la vie sociale restent insolubles. » Grâce à sa collection, le musée Folkwang devient le premier musée d’Allemagne à héberger les toiles et les sculptures de Renoir, Monet, Manet, Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Rodin et Matisse.

Des trésors de l’art français et allemand

Oeuvres de Pierre Auguste Renoir au musée Folkwang d'Essen
Oeuvres de Pierre Auguste Renoir au musée Folkwang d'Essen© picture alliance / dpa | Roland Weihrauch

Aujourd’hui, les chefs-d’œuvre de l’impressionnisme, et plus généralement l’art français du XXe siècle y côtoient une vaste collection allant du classicisme à l’époque contemporaine. Les œuvres embrassent différents genres, de la peinture à la photographie, à la sculpture, à la gravure et au graphisme. Elles font aussi une place à des trésors de cultures extra-européennes.

L’esprit pionnier de Karl-Ernst Osthaus souffle sur le musée jusqu’à aujourd’hui, malgré une histoire mouvementée. Après la mort du mécène en 1921, des habitants de la ville d’Essen passionnés d’art ont acheté la collection avec le soutien d’industriels de la Ruhr. Ils ont fondé en 1922 un nouveau musée à Essen, à une cinquantaine de kilomètres du site d’origine. C’est le musée que nous connaissons aujourd’hui.

Durant la période nazie, la collection a souffert. Consacrée à l’art moderne, elle a perdu plus de 1 400 œuvres, dont la presque totalité de ses toiles expressionnistes. Ces dernières, qualifiées d’« art dégénéré », ont été vendues et disséminées à travers le monde.

Le musée est parvenu à en racheter quelques-unes après la guerre. Et aucune ne semble avoir fait l’objet d’un pillage par les nazis. Mais le musée Folkwang a été dès 2015-2016 un pionnier des recherches sur la question de la provenance des œuvres d’art.

Ouverture sur la Société

En 2010, l’institution a fait peau neuve grâce à David Chipperfield. L’architecte britannique a dessiné une nouvelle extension du bâtiment principal : six cubes d’acier et de verre aux reflets vert pâle, dotés de larges fenêtres et de puits de lumière. Il a agrandi la surface du musée à 2 800 m2 et relié la ville à l’art. Toutes les œuvres sont dorénavant accessibles sur un seul niveau, sans rampe, ni escalier.

Depuis 2015, le musée Folkwang est aussi le premier musée d’Allemagne à offrir l’accès gratuit à son exposition permanente. Cette mesure innovante a permis de tripler le nombre de visiteurs entre 2014 et 2019. Le nombre de jeunes visiteurs (enfants et adolescents) a été multiplié par cinq.

Depuis l’été 2019, la collection permanente bénéficie aussi d’une nouvelle présentation. Celle-ci s’intitule « Neue Welten » (litt. : « nouveaux univers ») et met l’accent sur les ruptures et les nouveaux départs dans l’histoire de l’art.  Chacune des 24 salles est organisée autour d’une œuvre phare qui lui donne son thème. Les frontières entre les genres et entre les époques s’effacent, dans l’esprit cher à Karl-Ernst Osthaus.

Le expositions du centenaire

Tout au long de l’année 2022, le musée Folkwang fêtera son centenaire. Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, est attendu samedi 5 février pour inaugurer les festivités. Deux grandes expositions seront présentées au cours de l’année : une rétrospective de l’impressionnisme fondée sur les collections de Karl Ernst Osthaus et de son contemporain japonais Matsukata (« Renoir, Monet, Gauguin – Bilder einer fließenden Welt  », du 6 février au 15 mai) et une vaste exposition sur l’expressionnisme (« Expressionisten am Folkwang. Entdeckt – Verfemt – Gefeiert  », du 20 août 2022 au 8 janvier 2023).

A.L.

En savoir plus (en allemand, français et anglais)

 

Retour en haut de page