Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

À Wolfenbüttel, la Bibliothèque du duc Auguste fête ses 450 ans

La Bibliothèque du Duc Auguste à Wolfenbüttel (Basse-Saxe) a fêté cette semaine ses 450 ans

La Bibliothèque du Duc Auguste à Wolfenbüttel (Basse-Saxe) a fêté cette semaine ses 450 ans, © picture alliance/dpa | Swen Pförtner

07.04.2022 - Article

Elle a traversé les siècles et nous offre des trésors de pensée remontant jusqu’au Moyen Âge. La Bibliotheca Augusta de Wolfenbüttel a fêté cette semaine ses 450 ans. « Les bibliothèques sont des lieux porteurs de promesses d'humanité », a  souligné le président Frank-Walter Steinmeier.

C’est l’une des plus anciennes bibliothèques du monde. Longtemps considérée comme la plus grande bibliothèque au nord des Alpes, elle a parfois été décrite comme la huitième merveille du monde. La Bibliothèque du duc Auguste de Wolfenbüttel (Bibliotheca Augusta), en Basse-Saxe, a fêté mardi 5 avril son 450e anniversaire en présence du président fédéral, Frank-Walter Steinmeier.

Un acte du 5 avril 1572 signé de la main du duc Jules de Brunswick-Wolfenbüttel est considéré comme son acte de naissance. Le duc souhaitait organiser sa collection de livres de manière professionnelle. Mais c’est à son successeur, le duc Auguste II de Brunswick-Wolfenbüttel (1579-1666) que la bibliothèque doit son nom et sa renommée.

Ce dernier a enrichi méthodiquement la collection pour atteindre le nombre de 140 000 imprimés et manuscrits. En ce milieu du XVIIe siècle, la Bibliotheca Augusta était l’une des plus vastes bibliothèques d’Europe. À la mort du duc, elle fut ouverte au public.

Leibniz et Lessing bibliothécaires

Cette bibliothèque hors du commun, épargnée plus que d’autres par les incendies, les guerres et les catastrophes, a eu des directeurs prestigieux. Le philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz en a été le bibliothécaire de 1690 à 1716. Le dramaturge Gotthold Ephraim Lessing lui a succédé quelques décennies plus tard, dans les dernières années de sa vie (1770-1781). La maison qu’il a occupée a été transformée en musée.

Aujourd’hui, la Bibliothèque du duc Auguste est devenu un lieu prisé des chercheurs. Elle contient un million de manuscrits, d’incunables, d’imprimés, d’ouvrages et de livres, dont près de 12 000 manuscrits (2 700 datant du Moyen Âge), 3477 incunables et plus de 400 000 imprimés.

De ses illustres bibliothécaires, le lieu a en effet gardé l’idée que les livres qu’il contient ne sont pas seulement des témoignages du passé, mais aussi des ferments pour l’avenir. Les livres créent les livres de demain : tel pourrait être son credo. La conservation du patrimoine a aussi pour vocation de permettre à de nouvelles connaissances d’émerger.

C’est aussi dans cet Esprit que la bibliothèque propose jusqu’au 3 juillet une exposition célébrant ses 450 ans. Le passé prestigieux y est mis en valeur dans une vision dynamique de la création du savoir. Intitulée « Wir machen Bücher », elle présente des livres qui possède un lien particulier avec la Bibliotheca Augusta, et qui n’auraient pas pu être écrits sans elle : des romans, des guides de voyage, des catalogues et des livres d’artistes majeurs du XXe siècle.

Des trésors exposés

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, lors du 450e anniversaire de la Bibliotheca Augusta
Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, lors du 450e anniversaire de la Bibliotheca Augusta© picture alliance/dpa | Julian Stratenschulte

On y découvre aussi des trésors qui ont traversé les siècles tels qu’une roue à catalogues et l’Évangéliaire d’Henri le Lion et de Mathilde d’Angleterre. Cette pièce inestimable date de la fin du XIIe siècle. On trouve aussi dans l’exposition l’encrier que le moine Martin Luther aurait jeté à la face de Satan pendant qu’il traduisait la Bible en allemand enfermé dans la forteresse de la Wartburg (Thuringe).

« Les bibliothèques sont des lieux porteurs de promesses d'humanité », a déclaré Frank-Walter Steinmeier dans son allocution. Le président allemand a souligné leur importance dans le contexte actuel, marqué par la guerre, mais aussi la censure. « La liberté d’accès aux bibliothèques est un assez bon indicateur de l’état de liberté dans une société », a-t-il affirmé en évoquant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Selon lui, l’anniversaire de la Bibliotheca Augusta « est une occasion de célébration et de reconnaissance, y compris en cette période difficile pour tous et pour la vision d’un monde humain ».

A.L.

En savoir plus

 

Retour en haut de page