Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les chefs-d’œuvre du Cabinet d’art de Dresde s’exposent à Paris 

Elias Geyer Récipient pour boire : licorne de mer, Leipzig, vers 1600, coquille d’escargot turban, argent doré, reste de couleur, h. 20,0 cm, l. 22,0 cm, p. en haut ca. 8 cm, poids 799 gr

Elias Geyer Récipient pour boire : licorne de mer, Leipzig, vers 1600, coquille d’escargot turban, argent doré, reste de couleur, h. 20,0 cm, l. 22,0 cm, p. en haut ca. 8 cm, poids 799 gr, © Grünes Gewölbe, Staatliche Kunstsammlungen Dresden / Carlo Böttger

13.09.2022 - Article

Le Musée du Luxembourg, à Paris, présente dans une somptueuse exposition des trésors acquis entre le XVIe et le XVIIIe siècle par les princes électeurs de Saxe. L’exposition est à voir du 14 septembre 2022 au 15 janvier 2023.

C’est un monde en miniature. Il contient des objets d’art et des curiosités ethnographiques, des instruments scientifiques et des matériaux rares, des globes terrestres et des pièces en ivoire. Le Cabinet d’art de Dresde est l’un des joyaux de la Florence de l’Elbe. Ses trésors sont des pièces uniques, achetées par les princes électeurs de Saxe entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Elles expriment la quintessence de sa splendeur et de l’esprit baroque. Elles sont aussi le reflet de la puissance et de l’influence acquises par la cour de Saxe en Europe. Il est rare de pouvoir les admirer en France. Du 14 septembre 2022 au 15 janvier 2023, elles font l’objet d’une grande exposition au musée du Luxembourg, à Paris.

L’exposition s’intitule « Miroir du Monde. Chefs-d’œuvre du Cabinet d’art de Dresde ». Elle rassemble une centaine d’œuvres et d’objets exceptionnels, dont certains remontent à 450 ans. Elle met l’accent sur la qualité artistique des œuvres, et sur leur provenance qui reflète l’intensité des relations politiques et culturels entre la Saxe et le reste du monde. On y trouve des trésors provenant de la Voûte verte, de la Salle d’armes, du Salon de mathématiques et de physique, de la Galerie des maîtres anciens ou encore des Collections d’ethnographie de Saxe.

Un monde en miniature

La Kunstkammer (cabinet d’art) fut la première collection d’Europe à ouvrir ses portes au grand public. Elle était considérée comme un lieu de savoir et d’éducation. Ses trésors témoignent d’une fascination pour le rare et l’inconnu. Des cartes et des globes illustrent l’accroissement des connaissances sur les différentes régions du monde. Des instruments scientifiques astucieusement conçus rappellent l’essor des activités de recherche, stimulé par l’esprit de conquête de l’époque moderne.

Bassin nacré Gujarat, probablement fin XVIe siècle feuille de nacre polie, bois h. 6,0 cm, d. 43,0 cm
Bassin nacré Gujarat, probablement fin XVIe siècle feuille de nacre polie, bois h. 6,0 cm, d. 43,0 cm© Grünes Gewölbe, Staatliche Kunstsammlungen Dresden / Paul Kuchel

Des matériaux variés, pour certains précieux, illustrent la multiplicité des échanges avec le reste du monde. Ils ont été acquis lors d’expéditions ou offerts comme cadeaux diplomatiques. Plus ils étaient rares en Europe, plus ils étaient précieux, à l’instar des ivoires d’Afrique, des noix des Seychelles et des Maldives, des nautiles du Pacifique, de la porcelaine de Chine, de la nacre d’Inde ou des ethnografica d’Amérique du Sud et d’Afrique.

L’or blanc de Saxe

La porcelaine a revêtu pour la Saxe une importance particulière. Cet « or blanc » a été l’un des premiers produits à avoir été commercialisé à l’échelle mondiale. Il est devenu l’un des symboles des échanges entre l’Orient et l’Occident. Et nombreux sont les souverains à avoir succombé à la « maladie de la porcelaine ».

Auguste Le Fort (1670-1733), Prince électeur de Saxe et roi de Pologne, fut l’un d’entre eux. Ce souverain extravagant, étonnant, amateur de faste et grand admirateur du Roi Soleil alla jusqu’à échanger un régiment de ses dragons avec son cousin Frédéric II de Prusse contre 151 magnifiques pièces de porcelaine d’Asie. Il rassembla à Dresde la plus grande collection européenne de porcelaine asiatique. C’est à lui que l’on doit la création de la célèbre manufacture de Meissen, en 1710.

Les objets, les chefs-d’œuvre que rassemblent l’exposition témoignent d’une grande soif de nouveauté et d’une curiosité insatiable. Ce faisant, ils sont aussi le reflet de la vision du monde, moderne et euro-centrée, des contemporains. Elle se déploie sous la plume des artistes qui prenaient part aux voyages de découverte. Ils ont laissé de nombreux esquisses, dessins et comptes rendus. On y lit à la fois l’intérêt pour la découverte scientifique et les prémisses des stéréotypes qui allaient marquer les relations avec les hommes des autres cultures.
A.L.

Miroir du Monde. Chefs-d’œuvre du Cabinet d’art de Dresde
Exposition au Musée du Luxembourg, à Paris, du 14 septembre au 15 janvier 2023
organisée en collaboration avec les Staatliche Kunstsammlungen Dresden

En savoir plus (en français)

Retour en haut de page