Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Les fêtes créent un sentiment d’appartenance

Personnages de sorcières bienveillantes, les « Spättlehansel » au carnaval de Gengenbach

Personnages de sorcières bienveillantes, les « Spättlehansel  » au carnaval de Gengenbach, © picture alliance / imageBROKER

08.12.2022 - Article

Comment fait-on la fête dans les régions d’Allemagne ? Voici un bref tour d’horizon des traditions allemandes, entre feux sur la plage, carnavals, fêtes portuaires et marchés de Noël.

En Allemagne, il existe plusieurs façons de chasser l’hiver : sur les îles de la mer du Nord comme Sylt ou Amrun, on fait de grands feux sur la plage appelés « Biikebrennen ».  En Rhénanie du Nord-Westphalie, les défilés de carnaval bruyants et colorés ponctués de lancers de bonbons et de « alaaf  » criés à tue-tête sont censés faire fuir les démons de l’hiver, tandis que dans le Bade-Wurtemberg, la « Fastnacht » souabe-alémanique prend des allures nettement plus inquiétantes avec ses masques en bois effrayants. Aussi différentes soient-elles, toutes ces coutumes régionales ont un point commun : ce sont des fêtes locales importantes qui, depuis toujours, visent à rapprocher les populations. Elles sont d’ailleurs aujourd’hui reconnues par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

« Par cette classification, nous protégeons et préservons les coutumes, les techniques artisanales ancestrales ainsi que les savoirs » explique Miles Spohr, directeur de l’association allemande des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. La liste du patrimoine culturel immatériel allemand comprend actuellement 131 inscriptions. « Nous promouvons ainsi la visibilité et la pérennisation des spécificités culturelles de nos régions. Nous contribuons donc très fortement et durablement à la préservation des identités régionales », ajoute M. Spohr.

Les fêtes, des marqueurs forts d’identité régionale

 « Biikefeuer » (feu de plage) près de Husum
 « Biikefeuer » (feu de plage) près de Husum© picture alliance / dpa

Rien, en effet, ne marque autant l’identité d’une région qu’une célébration commune. En faisant des feux sur la plage ou en défilant lors du carnaval, il ne s’agit pas tant de réellement chasser l’hiver que de s’adonner ensemble à un rituel. Selon une étude menée par 15 universités internationales sous la direction de l’université d’Oxford, les rituels créent des liens entre les êtres humains. Autrement dit, ils font émerger un sentiment d’appartenance unique.

L’anniversaire du port de Hambourg

Il n’est donc pas surprenant que certaines communautés n’hésitent pas à se créer des traditions de toutes pièces, à l’instar de Hambourg avec l’anniversaire de son port. Depuis 1977 seulement, la ville hanséatique commémore chaque année un passe-droit de l’empereur Barberousse, daté du 7 mai 1189, accordant un régime de franchise douanière aux navires dans le port de Hambourg.

La fête du port de Hambourg attire des millions de personnes
La fête du port de Hambourg attire des millions de personnes© picture alliance/dpa

​​​​​​​Bien que le document soit probablement un faux, environ un million de personnes sont à nouveau attendues début mai 2023 pour célébrer ce qui sera officiellement le 834e anniversaire du port de Hambourg.  

La force des fêtes et rituels réside précisément dans le fait qu’ils ne reposent pas strictement sur des événements historiques mais peuvent, au contraire, être adaptés facilement aux époques et aux besoins. Le « Schaffermahlzeit » de Brême en est un exemple : depuis 1545, ce traditionnel repas d’adieu des commerçants et des armateurs à leurs capitaines à la fin de l’hiver a lieu selon des règles immuables. Jusqu’à ce qu’une d’entre elles soit modifiée en 2020 : depuis lors, les femmes sont également conviées au « Schaffermahlzeit ».

Quand les fêtes allemandes font des émules dans le monde entier

Cette évolution montre que le sentiment d’appartenance lié aux rituels n’est pas rigide. Lors de la grande fête bavaroise par excellence, la fête de la bière de Munich, un cinquième des visiteurs vient désormais de l’étranger. Certaines coutumes allemandes ont même franchi les frontières du pays pour devenir des événements prisés aux quatre coins du monde. Ainsi, on trouve aujourd’hui des marchés de Noël allemands en Angleterre, en Italie et même à Shangaï et chaque année, la « America’s largest Oktoberfest », une réplique américaine de la fête de la bière munichoise organisée dans l’Ohio, attire chaque année des centaines de milliers de personnes. Une chose est certaine : l’être humain aura toujours besoin de fêtes et autres rituels collectifs.

© www.deutschland.de / ambassade d’Allemagne

Retour en haut de page