Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

En bref

Le château de Berlin doit accueillir le Forum Humboldt, un prestigieux centre culturel. Son ouverture partielle fixée au mois de décembre a été maintenue malgré le coronavirus.

Le château de Berlin doit accueillir le Forum Humboldt, un prestigieux centre culturel. Son ouverture partielle fixée au mois de décembre a été maintenue malgré le coronavirus., © picture alliance

18.06.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce 19 juin 2020.

Covid-19 : Berlin adopte un deuxième projet de loi de finances rectificatif

Le gouvernement allemand a adopté mercredi un projet de loi de finances rectificatif d’un montant de 24,8 milliards d’euros pour faire face à la crise du Covid-19 et à ses conséquences économiques. Il porte les dépenses de l’État à 509,3 milliards d’euros cette année. Un premier budget additionnel de 122,5 milliards d’euros avait été présenté en mars. Ces mesures conduiront Berlin à s’endetter pour la somme inédite de 218,5 milliards d’euros en 2020. Cet argent financera notamment le plan de relance et d’investissements d’avenir de 130 milliards d’euros présenté il y a quelques jours. « Nous pouvons financer cet effort parce que nous avons eu une gestion responsable ces dernières années », a commenté le ministre des Finances, Olaf Scholz.

La réouverture complète des écoles prévues après les vacances d’été

La chancelière Angela Merkel et les ministres-présidents des 16 länder se sont accordés mercredi sur la réouverture complète des établissements scolaires et des jardins d’enfants après les vacances d’été si l’évolution de l’épidémie de coronavirus reste favorable. Physiquement réunis à Berlin pour la première fois depuis la mi-mars, ils restent néanmoins très vigilants. Les grands rassemblements (sportifs, culturels, etc.) restent interdits. Et les mesures barrières (distanciation de 1,5 m, mesures d’hygiène renforcées, restriction des contacts et port du masque obligatoire dans certains lieux publics) demeurent la norme. « C’est la base », a déclaré Angela Merkel. Tant qu’il n’existe pas de médicament, ni de vaccin, « nous devons vivre avec la pandémie » et nous protéger mutuellement.

Le gouvernement débloque un milliard d’euros pour la culture

Le Conseil des ministres a approuvé les grandes lignes d’un programme de soutien d’un milliard d’euros au secteur de la culture fragilisé par la crise du coronavirus. Baptisé « NEUSTART KULTUR  » (« nouveau départ pour la culture »), il a plusieurs objectifs : soutenir la réouverture des établissements privés en finançant la mise en place des nouvelles normes d’hygiène (250 millions d’euros), aider les institutions et les créateurs de projets dont les recettes ont fondu pour qu’ils reprennent une activité et signent à nouveau des contrats avec des indépendants (480 millions d’euros), soutenir les porteurs d’offres alternatives et numériques qui ont fleuri pendant le confinement (150 millions d’euros), compenser une partie des pertes des institutions habituellement subventionnées (100 millions d’euros) et aider les stations de radio fragilisées par la chute des recettes publicitaires. Le programme Neustart entrera en vigueur dès que le Parlement aura approuvé la nouvelle loi de finances rectificative. Le vote est prévu début juillet.

L’Allemagne commémore le soulèvement du 17 juin 1953 en RDA

67 ans après, l’Allemagne a commémoré mercredi la répression du soulèvement des travailleurs en RDA le 17 juin 1953. Quatre ans après la division de l’Allemagne, les ouvriers qui travaillaient sur le prestigieux chantier de la Stalinallee à Berlin-Est avaient cessé le travail pour protester contre le relèvement des cadences de travail (équivalant à une baisse de salaire). Le mouvement avait embrasé en quelques heures une RDA déjà irritée par les queues interminables devant les magasins et par les coupures d’électricité nocturnes. Mais la grève générale fut réprimée dans le sang par les chars soviétiques et la date du 17 juin devint jusqu’en 1990 la fête nationale à l’ouest, en République fédérale. Aujourd’hui remplacée par le 3 octobre (Réunification), elle n’en reste pas moins l’une des dates les plus marquantes de l’histoire allemande récente. À cette occasion, la ministre allemande de la Justice, Christine Lambrecht, a appelé à toujours s’opposer aux « attaques directes contre notre liberté » que sont le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et la haine de celui qui pense différemment. La construction d’un monument à la mémoire des victimes du communisme est, par ailleurs, en projet.

Le Forum Humboldt ouvrira à partir du mois de décembre

Prestigieux projet culturel en construction au centre de Berlin, le Forum Humboldt a décidé de maintenir la date de son ouverture partielle, fixée à décembre 2020, malgré la crise du coronavirus. Il ouvrira en trois étapes jusqu’à l’automne 2021. Il hébergera plusieurs collections, musées et institutions culturelles dans l’ancien château des Hohenzollern, en cours de reconstruction aux abords de l’avenue Unter den Linden.

 Le livre de poche a 70 ans en Allemagne

Il y a 70 ans, les éditions Rowohlt lançaient en République fédérale le premier livre de poche en allemand : le roman de Hans Fallada « Quoi de neuf, petit homme ». Chaque titre avait un tirage initial de 50 000 exemplaires. Ainsi, très vite, les lecteurs allemands eurent accès aux chefs-d’œuvre de la littérature allemande et mondiale pour la modique somme de
1,50 deutsche mark. La plupart des éditeurs allemands suivirent le mouvement, plus ou moins vite. Le format de poche reste aujourd’hui très prisé des lecteurs allemands.

 Le Prix de la Paix des libraires allemands attribué à Amartya Sen

L’économiste et philosophe indien Amartya Sen, spécialiste de la lutte contre les inégalités et Prix Nobel d’économie, est le lauréat du Prix de la Paix des libraires allemands en 2020, a annoncé le jury cette semaine. Cette distinction prestigieuse est dotée de 25 000 euros. Elle est traditionnellement remise au dernier jour de la Foire du livre de Francfort, au mois d’octobre.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page