Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

En bref

La Semaine de Kiel, grand événement nautique international, s’ouvre ce samedi dans le nord de l’Allemagne.

La Semaine de Kiel, grand événement nautique international, s’ouvre ce samedi dans le nord de l’Allemagne., © picture alliance/ DUMONT Bildarchiv

04.09.2020 - Article

Le tour de l’actualité en Allemagne.

A Kiel, du vent dans les voiles

Finie la galère sanitaire, vive le grand air de la mer ? Demain s’ouvre à Kiel la 126e édition de la Semaine de Kiel (nord de l’Allemagne). Ce rendez-vous nautique international est l’un des plus importants au monde. Il associe régates, parade de vieux gréements et fête populaire. Traditionnellement organisé au début du mois de juillet, il a été reporté à la fin de l’été en raison du coronavirus et se tient jusqu’au 13 septembre. La fête populaire fait les frais des contraintes sanitaires. Mais la Semaine de Kiel offrira cette année encore un (très beau) programme de régates et une majestueuse parade de voiliers traditionnels, un événement toujours très spectaculaire et apprécié. La crise du coronavirus permet finalement un retour aux sources pour le rendez-vous nautique créé en 1882, se consolent d’ailleurs les organisateurs.

L’Allemagne reste sous la barre des 3 millions de chômeurs

Pas d’alerte au coronavirus sur le front du marché du travail allemand. Le nombre de demandeurs d’emploi est certes en légère hausse au mois d’août (+ 45 000 en données brutes), mais c’est uniquement l’effet de variations saisonnières habituelles, souligne l’Agence fédérale pour l’emploi (BA). L’Allemagne compte 2,955 millions de personnes sans emploi, soit 6,4 % de sa population active. C’est 636 000 de plus qu’en août 2019. Mais les experts de la BA s’attendent à une nette reprise en septembre-octobre si l’épidémie de Covid-19 se stabilise. Pour l’heure, les conséquences de cette dernière ont été amorties par les dispositifs de chômage partiel. Plus d'informations

Les salons professionnels redémarrent prudemment

Après six mois de paralysie due au coronavirus, le secteur se réveille prudemment avec l’ouverture en cette fin de semaine du Salon international de l’électronique grand public (IFA) à Berlin et du salon Caravan à Düsseldorf. Le premier, traditionnellement un événement phare de la rentrée avec ses 6000 exposants et 240.000 visiteurs, n’accueille cette année que les professionnels. Le second reste ouvert au grand public. Il tentera de surfer sur le retour en force du camping-car à l’ère de la Covid-19. Dans les deux cas, les conditions d’hygiène sont strictes. Les professionnels ne s’attendent pas, en effet, à ce que le secteur se réinvente en privilégiant des formats « tout numériques ». Il table plutôt sur une reprise des salons intégrant davantage les possibilités offertes par les outils numériques. Ce devrait notamment être le cas à la Foire du livre de Francfort du 14 au 18 octobre. Le véritable redémarrage du secteur est cependant attendu à partir du mois de novembre.

L’Allemagne s’apprête à lancer ses premières obligations « vertes »

L’État fédéral lancera au mois de septembre un emprunt « vert » sur dix ans pour un montant d’au moins quatre milliards d’euros. Il financera des investissements dans le verdissement des transports, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la recherche en matière de transition écologique. 12,7 milliards d’euros d’investissements ont été identifiés. Une deuxième émission aura lieu au dernier trimestre 2020. Berlin lancera ensuite un emprunt vert tous les ans. Plus d'informations

À Hambourg, une bourse universitaire pour… ne rien faire

S’est-elle inspirée du Bartleby d’Hermann Melville et de son célèbre « I would prefer not to… », qui finit par mettre ce clerc de notaire à l’abri de tout travail ? L’Université des Beaux-Arts de Hambourg (HFBK) propose en tout cas une bourse universitaire de 1 600 euros à trois candidats décidés… à ne rien faire. Les postulants doivent préciser dans leur dossier de candidature ce qu’ils s’engagent à ne pas faire : se taire durant une réunion avec ses collaborateurs, ne pas se rendre au travail en voiture pendant un mois, etc. Les trois heureux élus seront présentés dans le cadre d‘une exposition intitulée « L’école de l’action sans conséquence ».

Il y a 30 ans, la signature du traité de la Réunification

Le 31 août 1990, Wolfgang Schäuble, ministre de l’Intérieur de la République fédérale, et Günther Krause, secrétaire d’État de la RDA, signaient le traité d’unification entre les deux Allemagne. La Réunification eut lieu un mois plus tard, le 3 octobre 1990. Trente ans plus tard, la pandémie n’a pas découragé les organisateurs du jubilé. Une exposition en plein air intitulée « EinheitsEXPO » s’ouvre ce 5 septembre à Potsdam (Brandebourg), près de Berlin. Elle présente les 16 länder de la République fédérale. Le jubilé proprement dit s’ouvrira officiellement en comité réduit le 3 octobre, date de la fête nationale allemande. Il a pour slogan « Zu neuen Ufern  » (Vers de nouveaux rivages). La formule entend refléter l’optimisme et l’envie d’un nouveau départ qui règne depuis 30 ans dans le Brandebourg.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page