Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est aussi dans l’actualité…

Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, a salué le retour des fans dans les stades de football, après les restrictions dues la pandémie

Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, a salué le retour des fans dans les stades de football, après les restrictions dues la pandémie, © Geisler-Fotopress

18.09.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce 18 septembre 2020.

Retour progressif du public dans les stades

Les länder allemands se sont accordés hier sur un assouplissement des mesures de restriction d’accès aux stades et terrains de sport. Ils souhaitent permettre le retour de 20 % des spectateurs, dans le respect des mesures de distanciation et d’hygiène. Il faudra cependant tenir compte de l’évolution de la pandémie à l’échelle locale et des capacités de traçage des autorités locales de santé. Le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, en charge des Sports, s’en est félicité. « Je ne peux pas imaginer que le sport reste sans public sur une longue durée car il fait partie intégrante de notre culture », a-t-il déclaré. « Nous voulons rendre la vie sociale à nouveau possible sans négliger les mesures sanitaires ». L’accord ne sera pas encore effectif pour le match d’ouverture de la nouvelle saison de la Bundesliga, qui opposera ce soir le FC Bayern au FC Schalke 04.  Mais il ouvre une période de test de six semaines. La situation sera réévaluée à la fin du mois d’octobre.

Climat : l’Allemagne soutient le nouvel objectif proposé par la Commission européenne

La ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze, a apporté son soutien à la proposition de la présidente de l’Union européenne (UE), Ursula von der Leyen, de relever de 40 % à 55 % l’objectif européen de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 (par rapport à 1990). « La Commission a de bon arguments », a-t-elle affirmé au nom de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. « Il revient désormais aux Etats de prendre position ». Mme Schulze réunira ses 26 homologues européens fin septembre à Berlin. Elle entend « tout faire », durant la présidence allemande, pour aller vers un accord.
Selon la ministre, l’objectif fixé en 2014 (-40 % d’émissions en 2030) n’est plus suffisant et « nous savons, en Europe, que nous pouvons faire mieux ». L’Accord de Paris sur le climat, la maturité des énergies renouvelables, la sortie du charbon, l’expansion attendue de la voiture électrique et le développement de l’hydrogène vert comme carburant « font de l’Europe un site important pour les technologies d’avenir », a-t-elle souligné. Les citoyens ont, de plus, davantage conscience des enjeux climatiques.
Dans son discours du l’état de l’Union européenne, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a cité mercredi le « pacte vert » comme l’une de ses grandes priorités. Elle entend fixer à l’UE l’objectif de la neutralité carbone en 2050 et souhaite financer 30 % du plan de relance européen de 750 milliards d’euros par des obligations vertes.

L’Allemagne va accueillir plus de 1.500 réfugiés du camp de Moria

L’Allemagne s’est déclarée prête à accueillir 1.553 réfugiés du camp de Moria qui a brûlé il y a quelques jours sur l’île grecque de Lesbos. Il s’agit de 408 familles avec enfants. Ils s’ajoutent aux 150 mineurs non accompagnés auxquels l’Allemagne a déjà ouvert ses portes. 53 d’entre eux ont déjà été accueillis sur le sol allemand, a indiqué mardi le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert. L’Allemagne appelle toutefois à une solution européenne sur la question des réfugiés. La Commission européenne doit faire une proposition le 23 septembre, a rappelé le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer.  « J’essaierai alors d’aller autant que possible vers un accord dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne (UE) », a-t-il ajouté. « Chacun doit le comprendre : si l’UE n’agit pas et ne définit pas de politique commune en matière de migrations à ses frontières extérieures, nous ne cesserons d’assister à des événements terribles en matière de migrations vers l’Europe ». Plus d’informations

Angela Merkel condamne fermement la poussée de l’antisémitisme

Vexations, menaces, théories du complot : à l’occasion du 70ème anniversaire du Conseil central des juifs d’Allemagne, la chancelière Angela Merkel a qualifié de « honte » l’antisémitisme « plus visible et désinhibé » apparu « depuis un certain temps » en Allemagne. « Nous n’avons jamais le droit de nous taire face à cela », a-t-elle affirmé. « L’antisémitisme constitue une agression envers l’être humain, l’humanité et l’existence humaine en tant que telle ». Le gouvernement allemand a renforcé ces derniers mois les mesures de prévention et de lutte contre l’extrémisme, le racisme et l’antisémitisme. En octobre dernier, un attentat contre une synagogue à Halle, près de Francfort, lors de la fête de Yom Kippour avait frappé les consciences. Selon la chancelière, l’Allemagne peut toutefois se réjouir d’accueillir aujourd’hui « une vie juive épanouie ». Elle a remercié le Conseil central des juifs d’Allemagne pour son action de veille critique et de défense des intérêts des juifs, ainsi que pour son rôle de partenaire en politique et au sein de la société. Tout cela n’aurait pas été possible sans une très grande confiance, a-t-elle souligné. Fondé à Francfort-sur-le-Main le 19 juillet 1950 pour être la voix des personnes de confession juive en République fédérale, le Conseil central des juifs d’Allemagne représente aujourd’hui près de 100.000 personnes. Plus d’informations (en allemand)

Vaccin : Berlin subventionne trois laboratoires pour accélérer les recherches

Le gouvernement allemand va soutenir les laboratoires BioNTech, CureVac et IDT Biologika à hauteur de 750 millions d’euros pour accélérer la recherche d’un vaccin contre la Covid-19. Le vaccin est la clé dans la lutte contre la pandémie, a souligné la ministre fédérale de la Recherche, Anja Karliczek. Les négociations sont d’ores et déjà bouclées avec les laboratoires BioNTech (375 millions €) à Mayence et CureVac (230 millions €) à Tübingen. Elles sont en cours avec l’entreprise IDT Biologika à Dessau-Rosslau.
La subvention couvre les recherches jusqu’à la conclusion des essais cliniques de phase 3. Le ministre fédéral de la Santé, Jens Spahn, espère un vaccin d’ici à la mi-2021. La sécurité prime toutefois sur la précipitation. « Seul les vaccins sûrs sont acceptés par la population », souligne-t-il. « Le monde entier a beau être dans l’attente d’un vaccin, nous ne prendrons pas de raccourcis risqués. »
La vaccination contre la Covid-19 ne sera pas obligatoire. Il faudrait que 55 à 65% de la population soit vaccinée pour atteindre l’immunité collective. « Nous sommes très, très confiants », a dit M. Spahn.

Covid-19 : 1900 cas de plus en 24 heures

L’Allemagne comptait au 18 septembre à minuit 267.773 cas avérés d’infection au nouveau coronavirus, soit 1.916 de plus qu’hier. Sept nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures. Cela porte à 9.378 le nombre de victimes de la pandémie. Près de 238.700 personnes ont guéri du Covid-19, soit 1.400 de plus qu’hier. L’Institut Robert Koch (RKI), chargé de la veille sanitaire, appelle la population allemande à continuer à respecter strictement les mesures sanitaires en vigueur.

Trois nouveaux vitraux de Gerhard Richter à découvrir en Sarre

Trois vitraux réalisé par Gerhard Richter ont été dévoilés hier à l’abbaye de Tholey, en Sarre. Le célèbre artiste allemand contemporain les a réalisés à partir d’une image abstraite façonnée par des subdivisions et des jeux de miroirs successifs. Les motifs, où dominent le rouge, le bleu et au centre, le jaune, sont tirés de son livre « Patterns  ». Gerhard Richter, âgé de 88 ans, a fait don des trois vitraux aux moines bénédictins. Il a annoncé qu’il s’agirait de sa dernière œuvre en grand format. Les vitraux mesurent 1,95 m sur 9,30 m. Ils seront accessibles au regard des visiteurs à partir du mois d’octobre.

Les prix immobiliers au plus haut

Après les prix des logements, les prix des terrains constructibles battent à leur tour des records en Allemagne. Selon l’Office fédéral des statistiques, ils ont grimpé de plus de 55% en dix ans, atteignant une moyenne de 189,51 €/ m2 en 2019 contre 122 €/m2 en 2009. Ces chiffres cachent toutefois d’énormes écarts entre les régions, ainsi qu’entre les villes et les zones rurales. Berlin (1328 €/m2) et Hambourg (1158 €/m2) sont les régions les plus chères. Les trois länder orientaux de Thuringe, de Saxe-Anhalt et de Mecklembourg-Poméranie occidentale hébergent à l’inverse les terrains les moins onéreux (moins de 60 €/m2). De manière générale, le prix augmente avec la taille de l’agglomération, constatent les statisticiens. Plus d’informations

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page